Chairlift L'interview

char

De passage en France pour assurer la première partie de la tournée de Phoenix, Aaron Pfenning, Caroline Polachek et Patrick Wimberly, les trois membres de Chairlift, nous ont, à la sortie de leur prestation au Zenith de Paris le 19 octobre dernier, accordé quelques minutes pour répondre aux différentes questions qui, depuis la sortie l'an passé de leur séminal premier album Does you Inspire you, nous brûlaient les lèvres.

Video


Beak - Iron Acton (video)

beakbandAvec franchise, répondez... qui écoute encore l'album Third, l'ultime album de Portishead ? N'y avait-il pas quelque chose qui clochait ? Une redite malencontreuse, maussade et ternie d'une démentielle attente... non ? A l'écoute du projet de l'échappé Geoff Barrow, accompagné, dans sa toute récente formation bristolienne Beak, de Billy Fuller (Fuzz Against Junk) et de Mat Williams (Team Brick), n'y a-t-il pas un signe que c'est vers d'autres horizons que le désormais quadra regarde ? Peut être vers l'est, peut être vers les années 70, à l'heure d'un krautrock enregistré live, en 12 jours, où l'improvisation se pare d'une discipline d'acier et où les claviers nike air max pas cher nike air max pas cher analogiques ne faiblissent pas devant une section rythmique répétitive et hypnotique ? Il n'y a que le résultat qui compte et l'album éponyme, sorti fin octobre sur Invada Records, est à prendre, pas à laisser. Et Geoff Barrow d'ajouter "je ne pense pas que nous conquerrons les charts US avec ce premier album, mais si nous nous donnons le temps, Beak continuera d'exister dans le futur."

Thibault

Videos


A Place to Bury Strangers - Exploding Head

page 1&4Les superlatifs ne manquent pas et chacun peut, à sa sauce, les amonceler, les superposer pour dépeindre ce que provoque l'écoute du premier album éponyme d'A Place to Bury Strangers. Facile aussi de leur coller une montagne de références, bien trop partagées pour être indicatives, des Cure à The Jesus and Mary Chain en passant par Joy Division ou My Bloody Valentine, et d'étiquettes éculées, shoegaze or not, post punk ou quoi. Et si le prolixe critique se gargarise à l'avance du second album du trio new-yorkais, Exploding head, paru sur Mute records, le lecteur, lui, se perd déjà dans cet océan de mots annonçant le déluge tellurique, le ras de marré sonique. La terre tremble dirait l'autre, les acouphènes frémissent. Mais si science du bruit il y a, celle qui habite le groupe réputé jouer le plus fort de la scène new yorkaise va définitivement plus loin qu'un simple jeu de miroir réfléchissant trente ans d'histoire noise. S'ils collectionnent depuis 2006, année de formation du groupe, les affiches prestigieuses - ils ont tourné en première partie des Brian Jonestown Massacre, Jesus and mary chain ou encore Nin Inch Nails - Oliver Ackermann (guitare et voix), Jono Mofo (basse) et Jay Space (batterie) confectionnent avant tout des morceaux à la puissance pop imparable malgré l'épaisseur bruitiste de leur texture sonore. Et en premier lieu de celle de leur guitare saturée. En cela, rien de très surprenant lorsque l'on sait qu'Oliver Ackermann dirige sa propre boîte de pédales de distorsions, Death by Audio, et non des moindre puisqu'elle fournit des groupes tels Wilco, My Bloody Valentine ou Lightning Bolt. S'ils agaçent certains à mixer fort leurs compositions - sans doute trop fort, à tel point que ceux ayant voulu transférer le single To Fix the Gash in Your Head pour l'Angleterre ont vu leur beau matériel rendre l'âme - les dix morceaux intrinsèquement sombres, contenus sur leur premier album, esquissent, à rebours de l'actuelle scène new yorkaise, la beauté frustre d'un rock ciselé, nimbé d'électricité, où la voix s'efface à dessein. Au sein de ce manifeste pour le moins compact, la noirceur lente et vénéneuse de The Falling Sun contraste avec celle intempestive et violente de My Weakness quand I Know I'll See You est un incontournable sommet pop, véritable réminiscence new orderienne. D'évidence Exploding head se situe dans le prolongement de son prédécesseur. D'abord parce que nombre des morceaux qu'il comporte ne sont pas de toute première jeunesse. Everything Always Goes Wrong comme I Live My Life to Stand in the Shadow of Your Heart figuraient à l'état brut comme face b de précédents maxis (Breathe pour le premier, Missing You pour le second), tandis que Deadbeat et Ego death - qui s'appelait alors Gimme Acid - étaient déjà jouées par le groupe en version live (SXSW radio session). Ensuite parce que le disque est cousu d'un même fil, acéré et radical, laissant l'urgence s'insinuer dans les interstices d'une production cependant plus fine et aboutie. Les guitares, empruntes d'une surf music crasse et entêtante (Deadbeat, Exploding Head), dressent ce qu'il faut d'intensité rock et d'efficacité pop pour voir se déployer, entre-deux, une rythmique folle (Is it Nothing, Smile When You Smile) ou inquiétante (Lost Feeling, Ego Death). Keep Slipping Away constitue le point d'orgue mélodique d'Exploding Head, quand I Live My Life to Stand in the Shadow of your Heart et sa basse sur-saturée le conclut de la plus brutale des manières. Un second disque et un second tour de piste en moins d'un an : A place to Bury Strangers enchaîne dès octobre les dates de concert, dont une, le 19 novembre à la Maroquinerie (Paris).

Thibault

Audio

A Place to Bury Strangers - Smile When You Smile

Tracklist

A Place to Bury Strangers - Exploding Head (2009, Mute)

1. It Is Nothing
2. In Your Heart
3. Lost Feeling
4. Deadbeat
5. Keep Slipping Away
6. Ego Death
7. Smile When You Smile
8. Everything Always Goes Wrong
9. Exploding Head
10. I Live My Life to Stand in the Shadow of Your Heart

nike free run 5.0 pas cher | nike blazer pas cher femme | escarpin louboutin pas cher | nike air max 90 pas cher | Nike Air Max 1 Pas Cher | air max femme pas cher | montre pas cher | air max pas cher | | | | Louis Vuitton Outlet Online Store | Louis Vuitton Outlet Online | | | gucci outlet online | nike air max pas cher


Swanton Bombs - I Like it

swantonCela ne sert strictement à rien d'aller cueillir au berceau des groupes et de les introniser futur Strokes ou futur truc pour s'apercevoir par la suite que de futur il n'y avait pas l'ombre d'un disque. Un peu comme au football où l'on se précipite, le plus souvent à tort, lorsqu'il s'agit de dénicher le nouveau Zidane. On se gardera donc de lister l'ensemble des figures tutélaires potentielles de ces deux garnements, pour préciser que Swanton bombs, c'est Dominic McGuinness, grand échalas jouvenceau, au chant, à la guitare et au piano et Brendan Heaney, visage de petite teigne épileptique, à la batterie. Assurant de belle manière la première partie de la récente tournée de Girls, les deux gamins méritent de faire leur trou sous le soleil des plus facétieux de Londres tant ce qu'ils donnent sur scène est digne d'intérêt pour tout amateur de pop songs à l'énergie rock. Après l'EP 4 titres Mammoth skull auto-produit (et distribué gratuitement lors de leurs concerts), ils sortent dès octobre Doom, dont I Like it est extrait.

Audio

Swanton Bombs - I Like it

nike free run 5.0 pas cher | nike blazer pas cher femme | escarpin louboutin pas cher | nike air max 90 pas cher | Nike Air Max 1 Pas Cher | air max femme pas cher | montre pas cher | air max pas cher | | | | Louis Vuitton Outlet Online Store | Louis Vuitton Outlet Online | | | gucci outlet online | nike air max pas cher


Girls - Album

album-art-girls-album-1024x1024L'intérêt que l'on porte à un groupe est souvent le fruit mûr d'un drôle de hasard. J'arrive à la bourre, comme d'habitude, rapide passage dans la chambre, histoire de se mettre en jambe et d'écouter quelques trucs. Je lui balance aux oreilles Blank dogs - le groupe d'un seul homme, Mike Sniper, au nom et à la cold wave très classe - lui me retourne dans les dents Hellhole Ratrace de Girls. Malaise. On passe à autre chose, très vite, car de toute façon il faut y aller, on nous attend. Si Girls me dit bien quelque chose dans la brume épaisse de ma mémoire confetti, ce refrain... ce refrain déglingué résonne comme le triste échos d'un temps pas si lointain, définitivement révolu. Les jours passent et la toile se met à fleurir, à l'image de la pochette d'Album, de ce nom à la fois simple et saugrenu, Girls, où le projet de deux mecs que l'on croirait tout droit sorti du film Clerks, les employés modèles. Une différence notable : on parle pour eux, comme pour the Pains of Being Pure at Heart et the Big Pink, de revival shoegazing. Alors autant commencer par là : qu'est ce que le shoegaze si ce n'est cette poudre aux yeux balancée à la volé par une nué de journalistes spécialistes du genre ? Réponse : une façon de rassembler sous la même enseigne, et sur une même scène, Oxford, des groupes partageant tant un son qu'une attitude. Pèle mêle, on cite les effets de manche, les nappes de distorsion ou encore la voix reléguée au simple statut d'instrument. Il s'agit d'incorporer le bruit dans un ensemble mélodique pour être shoegaze et ainsi se retrouver dans les pages du NME et du Melody Maker aux côtés de groupes aussi différents que My Bloody Valentine, Moose ou Ride. Ce qui laisse perplexe tant l'histoire de Girls s'appréhende différemment. On pénètre une intimité crue, dépouillée et extrêmement sensible, bien au delà de tout carcan rationnel. Ici, tout est question d'affect.

San Francisco, année 2000, Christopher Owens, véritable écorché vif au destin ubuesque (embrigadé dans une secte dont il s'échappe à l'âge de seize ans, il vagabonde sans le sous avant d'être rescapé par un milliardaire), est guitariste du groupe punk Holy Shit de Matt Fishbeck et d'Ariel Pink. Durant ces années d'apprentissage et d'excès en tout genre, il croise la route de Chet Jr White, bassiste et producteur débrouillard. Les deux types s'apprécient et, suite à un concours de circonstances, sortent discrètement Lust for Life via une page myspace créée pour l'occasion. C'est par ce biais que Frédéric Landini les contacte et leur propose d'ouvrir l'édition 2008 du Midi Festival. De l'aveu de Christopher Owens, "c'est plus ou moins le premier concert que l'on ai fait. Et presque la raison pour laquelle on a monté un groupe." John Anderson (guitare) et Garett Godard (batterie), après avoir répondu à une petite annonce des plus anodines, se retrouvent derechef embarqués pour la french riviera d'Hyères où l'embryon de groupe ne passe pas inaperçu. Un an plus tard, Christopher Owens et Chet Jr White sortent leur premier disque, et, en douze morceaux, catapulte leur carrière sur les devants de la scène. Il n'y a là rien d'injustifié tant le ressenti personnel magnifie des influences subtilement suggérées et minutieusement produites. La voix, rappelant celle de Lawrence Hayward de Felt, comme les guitares, évoquant le garage sixties, les Beach boys ou encore Yo la tengo, bâtissent un univers fictionnel propice au naturalisme juvénile et faussement naïf de Christopher Owens. Les grands sentiments tels l'amour et l'amitié, le doute ou l'abandon tapissent en filigrane l'ensemble d'un disque entamé pied au plancher par l'épique Lust for life. Si les figures changent, fusionnelles ou délicates, (Laura, Lauren Marie), les blessures restent les mêmes, arides et soniques (Morning light, Summertime) non loin de l'errance confondante (le magnifique Hellhole Ratrace à la mélancolie aigre-douce, Headache). Darling conclu le disque d'un ton presque enjoué et l'on comprend Christopher Owens lorsqu'il confie que ce morceau "parle du bonheur [qu'il a] à écrire des chansons". C'est déjà un tel bonheur de les écouter.

Thibault

Audio

Girls - Lust For Life

Tracklist

Girls -  Album (Fantazy Trashan, 2009)

1. Lust for Life
2. Laura
3. Ghostmouth
4. Goddamn
5. Big Bad Mean Motherfucker
6. Hellhole Ratrace
7. Headache
8. Summertime
9. Lauren Marie
10. Morning Light
11. Curls
12. Darling


Music Go Music - Warm in the Shadows

musicgoarch

On croyait avoir bu le calice du revival jusqu'à la lie mais c'était sans compter sur l'éclosion des Californiens de Music Go Music lesquels,  à travers Expressions, leur premier album, revisitent avec une approche faussement naïve la disco pop  d'il y a trente ans. D'ailleurs le titre en écoute cette semaine, longue odyssée mélodique, vous ferra vraisemblablement  pensez à un bon titre d'Abba, s'il en existe un.

Audio

Music Go Music - Warm in the Shadows

Video

Tracklist

Music Go Music - Expressions (Secretly Canadian, 2009)

1.I Walk Alone
2.Thousand Crazy Nights
3.Light of Love
4.Reach Out
5.Explorers of the Heart
6.Love, Violent Love
7.Just Me
8.Warm in the Shadows
9.Goodbye, Everybody


Phoenix - Fences (Friendly Fires remix)

phoenix1901

Bonjour, c'est rigobert, pas de vieux jeux de mots pour le remix de cette semaine, dsl, comme on dit quand on a pas le tps.

Audio

Phoenix - Fences (Friendly Fires Remix)


Chris Garneau l'interview

Ceux qui réduiront la musique de Chris Garneau à un simple ersatz  de chanteur à la complainte facile par le seul fait que le new-yorkais manie le chialage de piano  à merveille, ceux-là donc n'auront définitivement pas saisi les acceptions véritables de l'élégance et du dépouillement.

De passage à paris pour la promotion du successeur de Music For Tourists, Chris, homme attachant et bavard, nous a offert quelques minutes de son temps pour revenir sur la genèse d'El Radio, ses différentes influences et ses dernières expériences scéniques.

Video


The Drums - Summertime!

the_drums_press_shot_3Les choses auraient pu tourner autrement. Jonathan et Jacob auraient pu se détester à jamais l'un l'autre, ne pas transformer cette amitié fraternelle débutée lors d'un camp d'ado estival, quelque part sur la côte est des Etats-Unis, en une des plus belles promesses musicales des années à venir. Pis, Jonathan et Jacob auraient pu ne jamais se trouver d'affinités électives, l'un et l'autre étouffés par la certitude de n'être pas fait musicalement l'un pour l'autre et ainsi, assouvir leur amour commun de la chose musicale seuls, dans leur coin, à des jours de voiture l'un de l'autre sans jamais confondre leur talent. Mais voilà, The Drums existe et Jonathan et Jacob n'ont jamais cesser d'y croire, nous donnant ainsi à entendre sur ce premier Ep le mélange atypique et détonnant découlant de la rencontre fortuite de deux univers musicaux. Véritable pont entre deux rives , celui reliant les distorsions électriques de la surf music  aux élucubrations sonores de la  Madchester,  Summertime! est finalement l'album qui saura le mieux cette année accompagner musicalement les changements de saisons et ce, que vous les aimiez chaudes ou froides.

Ian curtis et Dick Dale apprécieront.

Benoît

Audio

The Drums - I Felt Stupid

Video

[flashvideo file=http://www.youtube.com/v/8dBv4i0dXUc /]

Tracklist

THE DRUMS - Summertime! (Twentyseven Records, 2009)

1. Saddest Summer
2. Let's Go Surfing
3. Make You Mine
4. Don't be a Jerk, Jonny
5. Submarine
6. Down by the Water


Busdriver - Me Time

busdriver

Busdriver prête sa gouaille diabolique de ténor du rap indie à un pantin désarticulé qui fait basculer un goûter d'anniversaire d'adorables jeunes têtes blondes dans l'horreur.

Video

[flashvideo file=http://www.youtube.com/watch?v=1a0Y-CRx4nE /]


Lightning bolt – Earthly Delights

1250294297-403Réaction à la sortie d'un concert de Lightning Bolt le 26 novembre 2008 :

Réaction A : «mouais....pas trop accroché à Lightning Bolt .... Le bassiste a failli m'endormir et les solos de batterie quand on fait toujours la même chose, c'est chiant. Sur la longue le concert était ennuyeux même si certains passages et un morceaux ou deux l'ont grave fait mais ils étaient minoritaires »

Réaction B : « lightning bolt, finalement je préfère sur disque ..... bien joué par contre la dispo des concerts et les glaces au dessus des zicos, comme ça tu crois vraiment que tu es devant la télé !!!!! »

Réaction C : « l'une des bases musicales de lightning bolt en live c'est l'idée d'une sorte de trance "no wave" on va dire..c'est à dire que plus tu te laisses porter par leur son mieux c'est etc...
pour schématiser ce que j'avais ressenti au niveau de la puissance de leur son je fais référence à l'effet que peut faire le son en teuf électro à supra burnes....mais peut être que cet effet n'a pas eu lieu hier soir tant pis pour vous »

Réaction D : « Lightning Bolt c'est très bon en concert, je crois juste que mercredi c'était pas un bon concert. On ne pouvait pas les entourer car ils étaient contre un mur et tant que tu n'est pas juste à côté d'eux, t'as l'impression que c'est de la branlette. Sinon tu t'en prends plein la gueule et ça marche à fond !!!! »

Réaction A : Piste 1, Piste 5

Réaction B : Piste 4, Piste 6, Piste 7

Réaction C : Piste 2, Piste 3

Réaction D : Piste 8, Piste 9

(classement variable selon les humeurs)

Nicolas

Audio

Lightning bolt - S.0.S.

Tracklist

Lightning bolt – Earthly Delights (Load Records, 2009)

1. Sound Guardians
2. Nation of Boar
3. Colossus
4. The Sublime Freak
5. Flooded Chamber
6. Funny Farm
7. Rain on Lake I’m Swimming In
8. S.O.S.
9. Transmissionary


Cold Cave - Love Comes Close

coldcaveGrand espoir de l'année musicale s'il en est - et, à vrai dire, il ne suffirait pas de dix doigts multipliés par autant de mains pour tous les compter ces temps-ci - Cold Cave se détache néanmoins de cet afflux incessant de nouvelles têtes sur le marché du "bon goût" par son extrême intransigeance face à la qualité. Il nous allait donc vous en toucher quelques mots avant que les garants du buzz médiatico-emphatique n'infligent à cette sortie l'étiquette "révélation découverte par nos soins" et se retrouve par la-même entassée dans la discothèque numérique de monsieur tout le monde. Non encore tout à fait endimanché - Philadelphie n'étant pas New-York et The heartworm, la Factory - Cold Cave possède encore cette position excitante de l'entre-deux, tout encerclé qu'il est par, d'un côté, la fameuse "force des choses" laquelle pourrait très bien leur ouvrir en grand la porte des oubliettes et de l'autre, par "ce hasard qui fait parfois si bien les choses" et qui, à l'inverse, pourrait tout autant leur offrir une gloire méritée. Seulement voilà, cette incertitude face au succès,  lorsque le talent inspire à ceux qui y aspirent la volonté de bien faire, engendre généralement un trésor qui ne demande qu'à être découvert et ce Loves Comes Close, assurément, rejoint ce point de vue. Il nous aura quand même fallu au passage  attendre l'essoufflement du revival 80's pour que, mis à par les flamboyants mais trop discrets texans d'ILYBICD, un groupe rende un hommage honorable à la musique de synthé tout en marquant sa propre époque de sa classieuse modernité. Pourvu qu'on ne se trompe pas, mais ça, seule l'histoire nous le dira.

Benoît

Audio

Cold Cave - Sex Ads

Tracklist

Cold Cave - Love Comes Close (2009, Heartworm Press)

1. Cebe And Me
2. Love Comes Close
3. Life Magazine
4. The Laurels Of Erotomania
5. Heaven Was Full
6. The Trees Grew Emotions And Died
7. Hello Rats
8. Youth And Lust
9. I.C.D.K.


Washed Out – Summer 2009

washedoutwashed_out_beachColumbia, caroline du sud, produit un nombre non négligeable de hipsters qui ont pour point commun d'être à l'origine d'une « scène » locale occupant, avec plus ou moins de réussite, toutes les niches des musiques dites « actuelles ». Au programme : pop carencée, house filtrée, noise rock et, cerise sur le gâteau, un projet synthétisant un peu tout ça (Toro y moi).

Washed Out, également originaire de Columbia, apporte une touche « baléarique » et quelque peu efféminée, il faut bien l'avouer, au tableau dressé plus haut. WO performe le genre de pop qu'on ne croyait pouvoir être produite que par nos amis du nord de l'Europe, connus pour leur sensibilité trouble résultant d'un agglomérat complexe (épanouissement de tous les instants/mélancolie latente). Sur le plan musical, émettre un rapprochement avec The Embassy (New theory) et Air France (Lately) ne serait pas calomnieux, pas plus que de citer Georges Michael (Get up) et Turning Shrines (Feel it all around) au petit jeu des références. On a déjà vu pire...

Nicolas

Audio

Washed Out - Feel It all aroud

Tracklist

1. Feel it all around
2. Get up
3. New theory
4. You'll see it
5. Lately

télécharger l'album via Last.fm


Vic Chesnutt - Chain

vic_leafy_sandlingaither_size480Retrouvez en écoute Chain, l'un des titres du prochain album de Vic Chesnutt qui sortira dans nos contrées le 21 septembre prochain. Second Album pour le label canadien Constellation et toujours accompagné par le groupe Silver Mt Zion, le songwritter continue avec At the Cut de nous étonner même après plus de 20 ans de carrière.

Audio

Vic Chesnutt - Chain


Tracklist

Vic Chesnut - At the Cut (Constellation)

1. Coward
2. When The Bottom Fell Out
3. Chinaberry Tree
4. Chain
5. We Hovered With Short Wings
6. Philip Guston
7. Concord Country Jubilee
8. Flirted With You All My Life
9. It Is What It Is
10. Granny


Girls - Hellhole Ratrace (video)

girls

C'est le groupe que l'on attendait, le Bon Iver de l'année 2009, des chansons simples et délicates, une musique des extrêmes, quelque part entre l'esprit lumineux des Beach Boys, l'univers inspiré de Jesus And Mary Chain et la douce mélancolie des Shangri-Las.

Video

[flashvideo file=http://www.youtube.com/watch?v=lcqwfFKagH4 /]