Hartzine Live Session: House Of Wolves, Rennes, 21 mars 2018

Du séminal Fold In The Wind paru en 2011 (lire) au plus récent troisième album éponyme (lire), Rey Villalobos, aka House Of Wolves, fait définitivement partie de ces quelques artistes avec lesquels Hartzine entretiendra toujours une histoire d'amour, du moins aussi longtemps qu'il nous gratifiera de ses chansons à la grâce et à la délicatesse infinies. Profitant de son passage à Rennes le 21 mars dernier dans le cadre de sa tournée commune avec Emily Jane White pour cause de split EP à sortir sur le très bon label Discolexique, et ce jour là, dans le cadre des 20 ans du festival Rennais Les Embellies, on a rencontré le californien.
Avant de vous proposer une longue interview à paraitre très prochainement dans nos pages, voici donc une vidéo en guise de prélude, House Of Wolves nous faisant également l'honneur d'une petite session live quelques heures avant son concert. Un chouette moment de grâce et de générosité dans un coin de loge exigu, entre une table et un évier, choisi par Rey Villalobos lui-même pour son acoustique particulière.
Le très beau track Searchlights est à retrouver sur le split EP d'House Of Wolves et d'Emiliy Jane Whiteà paraitre chez Discolexique.

Le duo est actuellement toujours en tournée:

27/03 : Dijon – adresse sur réservation au sabotage_box(at)hotmail.com
28/03 : Bourg-en-Bresse – La Tannerie
29/03 : Saint-Étienne – Le Fil
30/03 : Romans-sur-Isère – La Cordonnerie
31/03 : Toulon – Hôtel des Arts
01/04 : Toulouse – La Sainte Dynamo
04/04 : Nancy – Crypte de la Basilique Saint-Epvre (festival Off Kultur #2)
Pays Bas
24/03 : Den Haag (NL) – PAARD
Belgique
25/03 : Liège (B) – La Halte / Brunch JauneOrange (concert à 13h)
25/03 : Namur (B) – Chez Lisa (concert à 19h)

Vidéo


Session privée : Troy Von Balthazar


A l'heure où l'on vient d'apprendre que La Machine accueillera - comme elle a accueilli Troy Von Balthazar avec chaleur le 15 avril dernier - Chokebore (lire) le 31 octobre prochain (réservation), nous avons eu la chance de passer une fin d'après-midi plus que gracieuse en la (bonne) compagnie de Troy, plus parisien que jamais ces temps-ci - suite notamment à une exposition photo réalisée par Magalie Boyer (lire) et dont il fut le sujet/l'acteur. L'occasion était trop belle donc pour ne pas revisiter - en acoustique et en vidéo - l'intimiste et varié How to Live on Nothing paru sur Third Side Records (2010). Deux morceaux - Very Very Famous et The Tigers - exécutés dans le dénuement confortable d'un petit appartement parisien. A voir et revoir ci-dessous.

Si vous souhaitez faire durer le plaisir, le monsieur sera en concert lors du très bon festival Top of the Folks le 27 mai prochain à Rennes.

Vidéos


Chocolate Genius l'interview + session

Je sens encore  sur ma joue le chemin que cette larme a parcouru  à la première écoute  de Black Music, premier album brûlé dans ses moindres plissures  par la solaire mélancolie qui  habite le trop méconnu songwriter Marc Anthony Thompson alias Chococlate Genius. On croyait d'ailleurs l'homme disparu à jamais sous les affres de son spleen depuis la sortie plus que discrète voilà déjà six ans de son troisème album Black Yankee Rock. C'est donc avec une émotion non dissimulée et un certain soulagement que nous avons appris l'année passée la sortie via No Format, label à l'ouïe fine et intransigeante, du très abouti Swansong. Il ne nous en fallait pas plus pour tenter d'approcher ce monstre de simplicité. C'est donc un verre de vin à la main, installés dans un salon où crépitaient doucement les braises rassurantes d'un feu de cheminée, que nous avons cherché à percer le mystère Chocolate Genius, ce dernier nous gratifiant au passage d'une session acoustique tout bonnement captivante composée de She Smiles, titre emblématique de son dernier album, et d'une reprise tout en sobriété de Factory de Martha Wainwright.

Interview

Sessions


Hartzine Session - Botibol

Botibol n'est pas le dernier surnom qu'on m'a donné au sein d'Hartzine mais celui de Vincent Bestaven qui fait partie du collectif bordelais des Crâne Angels. Il vient de sortir, il y a déjà quelques semaines, son premier album Born From a Shore, et on est allé tout simplement à sa rencontre pour voir si les éloges autour du bonhomme étaient vrais ou pas. Un tabouret, une guitare, et puis nous voici à la conquête de la rue et du bitume. En ce mercredi après-midi, on prône une folk de proximité vers la Porte de Vincennes. One shot, one love !

Botibol nous interprète pour la première fois en acoustique We Were Foxes et le désormais classique Through the Mountains.

Merci à Vincent et à Antoine Pasqualini.

Sessions


Session privée : Ela Orleans

C'est un lieu commun de dire cela, mais internet permet de rapprocher des gens qui, à un moment donné, décident d'outrepasser les distances du numérique. Au commencement du commencement, il y a un coup de cœur, puis une idée, soudaine et fédérative. Inspectant avec cette curiosité bien placée le catalogue de La Station Radar, mon attention s'est portée, un soir de pleine lune, sur un nom à la douce consonance européenne, Ela Orleans, et une vidéo, fabuleuse et captivante, I Know (voir). J'ai dû la visionner une bonne quinzaine de fois avant de me lancer et de contacter, subjugué, Fleur de La Station Radar. S'enchaîne alors une demande d'interview, une mixtape (à lire et écouter par ici)... puis, au cours d'échanges de mails autour d'une probable soirée Hartzine, émerge l'idée d'un concert d'Ela à Paris, sous l'égide bienveillante de La Station Radar et Backyard Vacation. Terror Bird - avec qui j'étais en relation depuis son dernier passage à Paris - et Holy Strays, dont la gentillesse et le talent (voir) nous émerveillent tous encore, complètent idéalement l'affiche et une compilation réalisée par Fleur et Jérome, venus tout exprès de leur Lubéron d'adoption. Carl de Clan Destine Records (lire), traversant la manche par avion, vient prêter main forte à la sémillante Polonaise et voilà que notre petite troupe se retrouve à Paris au moment même où Andrew et Pete - de Jeans Wilder (lire) - arrivent de San Diego afin de commencer leur épopée européenne. Mis à part quelques allers-retours chaotiques à Charles-de-Gaulle, tout se goupille au mieux et, à la faveur de quelques concerts (Bo Ningen, Off & Grill Grill), verres de whisky, bateau mouches et autres "croissants" bien frenchies, nous voilà le 6 mars, veille dudit concert. Je profite de l'occasion pour demander à Ela d'enregistrer une petite session privée que Patrice s'empresse de mettre en boîte. Malgré quelques avaries techniques et l'inconvenance d'un léger survoltage dans les branchements, le rendu est sublime, projetant dans les interstices de cette poésie lunaire et volubile une fragilité non dénuée de grâce. En voici le substrat.

Vidéos


Holy Strays l'interview + session

Au-delà de sa contribution à tous les derniers évènements estampillés Hartzine, Holy Strays est un des mecs les plus talentueux et modestes croisés dernièrement sur Paris. Quelques jours avant son premier concert parisien à l'International le 7 mars dernier, Sébastien s'est confié sur la genèse de son projet et le relatif anonymat de la sortie de sa K7 sur NotNotFun l'été dernier tout en nous jouant quelques morceaux.

L'occasion d'annoncer également sa future participation au festival VOIX le 7 mai prochain au Confort Moderne (Poitiers) en compagnie du duo Anne James Chaton/Andy Moor (The Ex) et de Damien Spleeters.

Interview

Sessions

Bonus


Porcelain Raft- Hartzine Exclusive Videos

134843224_640

« C’est quelqu’un qui essaie de construire une cathédrale sous l'eau et qui n’y arrivera jamais. » C‘est par ces mots que Mauro Remiddi tentait élégamment il y a quelques mois (interview) de définir son projet Porcelain Raft. Mauro est heureux. Les longs échanges ou les brèves rencontres qui constituent son carnet de voyage notamment lors des tournées avec Blonde Redhead ou Yuck l’animent et l’émeuvent et donnent à son art ses lettres de noblesse. « Pour toutes les attentions reçues par des inconnus, je ne tiendrai jamais ça pour acquis » ; c’est ainsi que le plus anglais des Italiens nous souhaitait un joyeux Noël sur la toile avec Come Closer. Ce dernier titre avec Rubber de Yuck composent le moment de pure beauté que Mauro nous a offert il y a quelques jours en privé. J'ai toujours été séduit par la sensibilité de l'autre. Je ne parle pas ici de n’importe quelle sensibilité mais de la discrétion, de la finesse, d’une certaine grâce timide. Une attirance parfois maladive, un désir de connaissance insatiable de l’être introverti qui me déséquilibre. C’est pourquoi quand Mauro, debout, assis ou à genoux, nous offre ses morceaux, il est à la fois immense et indécent de recevoir tant d’éclat et de faire ensuite uniquement partie de ses tranches de vie. Le quitter devient alors un réel supplice que vous ne pouvez qu’écouler silencieusement et longuement en larmes de sang.

Vidéos


anything MARIA interview + live

l_87b620b7b09248408a483f8e9a190753

anything MARIA est une des révélations électro pop de la rentrée. Hartzine l'a rencontrée pour un concert privé et un entretien quelques jours seulement après son passage remarqué au Grand Palais à Paris. La belle sera en concert le 27 octobre dans le cadre du festival DESIN'VOLT au café de la Danse. Vous savez ce qu'il vous reste à faire.

Interview

Live


Hartzine Session - The Hundred In The Hands

81342229_640En cette fin d'après midi, j'ai rendez-vous à la plage du Glaz'art avec TheHundred In TheHands, la dernière signature de Warp. Duo originaire de Brooklyn, Eleanore Everdell et Jason Friedman s'apprêtent à sortir leur premier album éponyme le 27 septembre en France après un excellent EP, The Desert, paru en mai dernier. Ils qualifient eux-mêmes leur son de "summertime gothic". Une image me vient à l'esprit quand je pense à eux, c'est celle du clip de Tom Tom où Eleanore se déhanche devant un mur d'enceintes. Depuis, je suis sous le charme de ce groupe, concurrent direct d'un autre duo séduisant, She & Him. J'avais un peu le trac pour cette session car c'était la première fois que j'étais seul aux commandes, mais malgré quelques hésitations d'Eleanore (dûes au bruit de fond, Luke Lalonde m'avait fait le même coup devant le Point Éphémère), tout s'est plutôt bien passé. Ils nous dévoilent en acoustique leur premier single, Pigeons, avec Jason à la Guitare et la sublime voix fragile d'Eleanore .

Session


Hartzine Session : Avi Buffalo

avi0001A l'occasion de leur passage à Paris, les Californiens d'Avi Buffalo nous ont accordé une petite session. Je vous vois venir : Buffalo qui ? Avi Buffalo est le groupe du leader Avi Zahner-Isenberg, jeune produit de Long Beach à peine sorti du lycée. Il rêvait petit d'être un grand skateur et surtout d'avoir une Game Boy qu'il réclamait souvent à ses parents. Mais ces derniers ne cédèrent pas et pour le calmer lui offrirent une guitare à 12 ans. C'est comme cela que tout commença. Après quelques d'années d'expérimentations dans le garage familial et avoir trouvé ses trois compagnons de route au sein du même lycée, Avi Buffalo était enfin créé. Repéré sur MySpace via leur single What's In It For? par le label Sub Pop, ils ont sorti leur premier album sobrement intitulé Avi Buffalo en avril dernier. Dix ballades pop qui montrent déjà la maturité musicale de ces bambins. Dans l'ambiance rose bubble-gum des loges du Réservoir, Avi, accompagné de Rebecca, nous interprète What's In It For? et  Summer Cum.  Ils ne sont pas trop attachants ?

Vidéo