EP

Spectraal – À la 95ième division armée

today03/12/2015 37

Arrière-plan
share close

Spectraal, c’est le genre de groupes qu’on ne connaît que par le bouche-à-oreilles, ou après les avoir vus en live à Metz, un malheureux 13 novembre, dans un bar minuscule à la déco beaucoup moins désagréable que le service. Dans ce premier EP autoproduit en juin dernier et passé totalement inaperçu, le duo messin qui n’aime ni les capitales dans les titres (de quoi rendre fou un grammar nazi), ni la promotion balance une noise sidérurgique entrecoupée d’extraits allemands dénués de sens, dissolue dans son contexte géographique et social aussi bien que dans son approche psych punk et les filtres nasillards de la voix fantomatique qui en jalonne le parcours musical répétitif et sec comme du sable mosellan.

Le minimalisme de la rythmique, des boucles lo-fi dégorgées par une simple boîte-à-rythme, inscrit dès les premières secondes n’importe quel morceau de spectraal dans un style dépouillé, brut voire cheap, tandis que les premiers accords en feed-back empêchent de voir le projet comme une psych appauvrie. Au contraire, les gros riffs fuzz, omniprésents et dévastateurs mais appuyés par un synth punk ponctuel, sont doublés de mélodies en sourdine, certaines jouées à la bielle, auxquelles on s’accroche comme à une bouée dans cette houle saturée et hypnotique.

On sent que cette première tentative, enregistrée à l’arrache, le DIY lo-fi prévalant sur toute approche stylistique consensuelle, classe le groupe dans une nouvelle déclinaison de la Grande Triple Alliance Internationale de l’Est autour d’un thème — l’hommage à la 95e division d’infanterie américaine — ancré dans une France frontalière à l’identité façonnée par les guerres et la sidérurgie. Et quand on sait que le projet est mené par Nafi de Noir Boy George / Scorpion Violente et Sébastien Joly de The Feeling of Love, on mesure la justesse du propos autant que du climat sonore. Et on en parle pour eux, parce qu’eux n’en ont rien à foutre.

Audio

Tracklisting

Spectraal – À la 95ième division armée (NOL, 9 juin 2015)

1. all girls must be destroyed
2. let it bleed
3. are you shimmering?
4. follow these boots

Écrit par: Ted Supercar

Rate it

Article précédent

Photoshoot

Photoshoot : The Underground Youth au Point Ephémère

The Underground Youth, c'était le 3 novembre dernier au Point Ephémère, encore une fois grâce à Dead Boy et cette fois-ci avec les français de Biche et Future en première partie du groupe psych wave de Manchester. Une belle claque, nette et froide, qui nous laisse hypnotisés au fil des chansons principalement tirées de Sadovaya (2010) et Delirium (2011), depuis Lost Recording qui ouvre le set jusqu'au zenith porté par […]

today03/12/2015 47

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%