Tying Tiffany – A Lone Boy (PREMIERE)

Si l’Italie à toujours eu une place à part dans la synth-wave continentale et plus largement dans le post-punk européen, plus froid et expérimental qu’ailleurs – la récente compilation sortie l’année passée sur Strut Records Mutazione: Italian Electronic & New Wave Undergound 1980 – 88 en atteste – , la grande botte recèle encore de figures conjuguant à merveille, sous un vernis électronique minimal, beauté mélodique et ambiance gothique. On pense à Valentina Mushy (lire), mais aussi et surtout à Tying Tiffany qui a donné en mars dernier une suite au torturé Dark Days, White Nights (2012) avec le LP Drop paru à la fois sur le label New-Yorkais ZerOKilled et l’allemand Trisol. Et ce, une année après le EP One sur la jeune structure Mecanica (lire) instiguée par César Moscoso qui a postérieurement invité l’ancien mannequin à relire le morceau No Turning Back de Soft Metals sur Lenses Remixes (lire). Extrait du LP Drop, Tying Tiffany avait a cœur de mettre en images le morceau A Lone Boy, inspiré d’une rencontre faite dans un avion avec un homme écartelé entre l’amour pour son père et le refus de ce dernier à reconnaître l’homosexualité de son fils, l’obligeant ainsi à la solitude familiale et l’exil. Réalisé par Brenda Lien et scénarisé par Oliver Rossol, la vidéo, à découvrir ci-après, reconstitue la pesante atmosphère du doute et de l’hésitation, tout en épousant les aspérités mélancoliques de la voix de celle qui compose également des musiques de film et jeux vidéos – dont Fifa 2012 – avec son acolyte et producteur Lorenzo Montanà sous l’acronyme TTL. Ou quand l’angulosité des synthétiseurs se conjugue à l’intimité des thèmes suggérés.

Video (PREMIERE)

Audio

Tracklisting

Tying Tiffany – Drop (ZerOKilled / Trisol, 11 mars 2014)

01. One Place
02. Spin Around
03. A Lone Boy
04. One Second
05. Neon Paradise
06. One Girl
07. Deep Blue River
08. No Way Out
09. One End 
10. Dissolve