Featured

ON Y SERA: La Route Du Rock #31 du 16 au 19 Août 2023 à Saint-Malo

today19/07/2023 334 1

Arrière-plan
share close

On n’est pas non plus sur de la dinde aux marrons, mais La Route Du Rock commence sérieusement à relever de la bonne vieille tradition. Tant et si bien qu’année après année, il devient de plus en plus complexe de se renouveler dans la présentation de l’incontournable rendez-vous malouin. Non pas que le festival, lui, ne se renouvelle pas, loin de là. Mais il sait de manière constante s’appuyer sur des valeurs qualitatives qui elles, font office d’inaltérable socle aux envolées soniques annuelles de la manifestation. On le redit encore, dans un paysage des festivals estivaux de plus en plus désœuvré à force de vouloir appâter le chaland à coups de programmations consensuelles et adipeuses, La Route Du Rock continue de creuser son propre sillon en ayant le courage de faire des choix: c’est Baxter Dury lui-même qui en 2014, lors de son passage, nous exprimait en interview son plaisir de jouer dans un festival d’où transpire « une vraie intention » (lire). Et c’est exactement ça: ici, on défend une certaine idée de la musique, de la création, du plaisir, sans jamais pour autant sombrer dans de la pédanterie crasse. Alors pour sûr, les ganaches constituant le line-up, vous ne les croiserez pas beaucoup ailleurs, et c’est tant mieux. Il faudra vous pointer dans le légendaire écrin du Fort Saint-Père pour profiter d’une programmation 2023 en forme de tour de force, tant elle tord les paradoxes en étant à la fois protéiforme et cohérente, brutale et raffinée, rassurante mais excitante. Sachant qu’elle ne connait pas vraiment de point faible, on ne se lancera pas dans un name dropping qui finirait par être quasi exhaustif. Mais on a forcément quelques préférés à sortir du chapeau, histoire d’orienter un peu vos choix et décider du bon horaire pour faire la queue au stand saucisses. Pour les plus furieux, ça démarrera dès le mercredi 16 Août en salle, avec l’agrégat VIP Warmduscher, qui en injectant une nouvelle dose de funk dans leur post-punk déjà bien fiévreuse, devrait faire s’agiter joyeusement vos boules. Mais bref, ne nous attardons pas et projetons nous direct vers les agapes qui nous attendront au fort… Le jeudi, on va forcément citer Les foufous stakhanovistes King Gizzard & The Lizard Wizard, qui après leur annulation de l’an passé, viendront se faire pardonner à grands coups de tatane, sans que l’on puisse savoir vraiment à quoi s’attendre, tant chaque concert des australiens est différent du précédent. En même temps, quand tu peux faire ta tracklist du soir en piochant dans 24 albums (!) les possibilités sont larges. On attendra aussi au tournant l’équipe des Special Interest, qui réussissent salement à caler de la précision et de la félicité dans une tempête sonore dont on n’arrive toujours pas à voir les contours. Bref, ça devrait claquer sévère. Le passage de Gilla Band (ex Girl Band) fera aussi partie des rendez-vous immanquables: là aussi, dur dur de décrire en mots ce qui peut nous arriver dans la face à l’écoute des Irlandais, quasi seuls dans leurs catégorie d’accidentés (de la route) du rock, n’ayant de cesse d’enchaîner dans leur musique des embardées dangereuses entre noise et pop bancale. M83 et Viagra Boys viendront compléter le tableau, mais eux, on ne vous les présente forcément plus, on attend juste qu’ils fassent le taf. Le lendemain, notre highlight à nous, ça sera forcément nos chouchous Yo La Tengo, qui cette année avec This Stupid World n’ont pas sorti leur album le plus accessible, mais sans doute l’un des plus passionnants d’une carrière jonchée de trésors inestimables. Un disque convoquant tout leur savoir-faire, tant en matière d’évidence pop qu’en envolées complexes mais jamais absconses. Et rappelons le quand même, ils ne sont jamais aussi électrisants sur scène qu’en configuration summer festival, allez savoir pourquoi, mais c’est une réalité. Les Blacks Angels, de leur côté, feront sans doute vriller quelques tympans, tant leurs shows sont associés à une dimension rageuse et implacable. Mais qui sait? Avec le dernier Wilderness of Mirrors, les texans auront montré d’eux-mêmes une délicatesse qu’on soupçonnait moins, finalement plus en adéquation avec une résignation quant à l’état du monde qui nous entoure qu’une colère sourde à laquelle on était plus habitués de leur part. On ne ratera pas non plus le passage des écossais Young Fathers, certes plus des perdreaux de l’année non plus, mais qui avec Heavy Heavy donnent l’impression d’une sorte de renaissance: comme si enfin étaient synthétisées, avec élégance et plénitude, leurs innombrables et bigarrées influences. Un petit tour de force, pour show qui s’annonce captivant. Le samedi soir, la RDR dégaine du lourd avec le retour au fort de Jamie XX. Alors certes, à part deux ou trois nouveautés sorties du chapeau dernièrement, l’actualité reste calme pour le gars Jamie, mais la qualité de ses lives se dément rarement: pas mal de monde, en plus d’un plaisir sonore non feint, se sera d’ailleurs pris une belle claque visuelle au dernier Coachella, On ouvrira donc bien les yeux en plus des esgourdes. Les londoniens de Sorry feront aussi partie du voyage, et on jubile déjà à l’idée de tester en live leur musique aussi réconfortante qu’un grog en pleine grippe hivernale: le miel pop est bien là pour adoucir le mal, mais on oublie surtout pas sa dose de citron et de rhum pour tout autant acidifier le quotidien qu’anesthésier un spleen urbain envahissant. En parlant de londoniens, Jockstrap devrait également tirer son épingle du jeu: le duo, avec I Love You Jennifer B l’an dernier, nous a sacrément surpris avec sa mixture à l’extravagance rare, d’autant plus appréciable qu’elle n’est pas vaine: on se prend cette tempête pop en pleine poire avec plaisir, le fun l’emportant toujours sur l’emphase, la cohérence sur le désordre. Ca va transpirer. On ajoute à cela les bouillants Bodega, qu’on avait déjà croisé aux Transmusicales il y a quelques temps (lire l’interview) pour un live tranchant et dansant comme on les aime, un post punk avec le sens du groove et de l’intelligence à revendre, qui vaudra son pesant de cacahuètes. Et pour finir en beauté, citons quand même les increvables Brian Jonestown Massacre du magicien fêlé Anton Newcombe, et le tableau devrait être à peu près complet.

Pour le reste, on vous laisse consulter la programmation intégrale directement ci-dessous, ou bien sur le site du festival,juste ici.

Pour acheter vos places pendant qu’il en reste encore, c’est par ici que ça se passe. Pour toutes les autres infos dont vous pourriez avoir besoin, c’est toujours sur le site du festival, juste .

PROGRAMMATION


Mercredi 16 Août, La Nouvelle Vague

– Warmduscher
– The Psychotic Monks
– HotWax

Jeudi 17 Août, Fort Saint-Père

– King Gizzard & The Lizard Wizard
– M83
– Viagra Boys
– Dry Cleaning
– Gilla Band
– Special Interest
– Marie Davidson DJ Set
– Aoife Nessa Frances (La Plage ARTE Concert)

Vendredi 18 Août, Fort Saint-Père

– The Black Angels
– Yo La Tengo
– Osees
– Young Fathers
– clipping
– Billy Nomates
– Deena Abdelwahed
– Zone Rouge
– Leoni Leoni (La Plage ARTE Concert)

Samedi 19 Août, Fort Saint-Père

– Jamie XX
– The Brian Jonestown Massacre
– Bodega
– Sorry
– FLOHIO
– They Hate Change
– Jockstrap
– Comme ça
– Grand Blanc (La Plage ARTE Concert)

AUDIO

PLAN

Écrit par: Claude Pimp

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

HZ since 2007

Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

Contact us

doner dooner

dieu vous le rendra….

0%