Pale Blue - The Past We Leave Behind

Pale Blue - The Past We Leave BehindCo-fondateur d' avec Johnny Jewel, Mike Simonetti s'est récemment barré de la machine à tube italo-disco orégonaise. On a cru un temps qu'il noyait son ressenti ou sa nouvelle liberté dans le n'importe quoi, dégoisant des fonds de tiroirs dédiés à la space music plus ou moins potables, dénommés At the Juncture of Dark and Light et débités en quatre volumes sur différentes micro-structures - respectivement sur Far Away Tapes, Grovl Tapes, Opal Tapes et Harsh Riddims - , mais non, son leitmotiv restait bel et bien son nouveau label, 2MR, doté le 14 avril 2015 d'un premier LP de Pale Blue appelé à faire date puisqu'il s'agit de sa nouvelle formation avec Elizabeth Wight de Silver Hands au casting vocal. Co-édité par son pote Mike Sniper sur Captured Tracks, ce-dernier vient d'être défloré jeudi 4 décembre avec le morceau-titre The Past We Leave Behind, soit, hasard du calendrier ou non, le même jour de l'annonce du cinquième album des Chromatics. Car si Johnny Jewel s'est mis en tête d'expédier lui aussi un quintal de compositions relativement non abouties sur son soundcloud, l'ambitieux Pierrot La Lune prévoit pour la Saint Valentin - mais bordel quelle idée naze - le successeur de l'adoubé Kill for Love, baptisé Dear Tommy et dont l'imposant tracklisting et la pochette sont à décrouvrir ci-après. Histoire de ne pas les départager trop tôt, ils sont d'ores et déjà exclus l'un et l'autre des top 2015 s'agissant des artworks.

Audio

Tracklisting

Pale Blue - The Past We Leave Behind (2MR / Captured Tracks, 14 avril 2015)

01. The Past We Leave Behind
02. The Scars
03. Distance to the Waves
04. Mia
05. Tougher
06. Myself
07. The Scars (Reprise)
08. Dusk in Parts
09. The Math
10. Rain
11. The Eye
12. Embrace
13. One Last Thing

Chromatics - Dear Tommy (Italians Do It Better, 2015)

01. Fresh Blood
02. In Films
03. Time Rider
04. I Can Never Be Myself When You’re Around
05. Cherry
06. She Says
07. Just Like You
08. 4 A.M.
09. Teacher
10. Camera
11. Dear Tommy
12. Touch Blue
13. After Hours
14. Shadows
15. In Silence
16. Colorblind
17. Endless Sleep

Chromatics - Dear Tommy


Mike Simonetti (Italians Do It Better) l'interview & mixtape

Fidèle à sa réputation, insaisissable, avare de mots mais toujours enthousiaste, Mike Simonetti, DJ, producteur et pierre angulaire des labels Italians Do It Better et Perseo, a accepté de répondre à nos quelques questions dans l'optique d'un double show qu'il donne les 31 mars et 1er avril prochains dans l'antre du Social Club et de celle du Silencio. L'occasion, trop belle, pour évoquer tour à tour lesdits labels - dont , qu'il co-dirige avec Johnny Jewel, et ce à l'aube d'un retour fracassant de celui-ci flanqué des nouveaux albums de Chromatics, Kill For Love, et Glass Candy, Body Work - mais aussi sa propre carrière de DJ, ses lubies et sa vision de l'industrie musicale : "Je pense qu'on a mieux à faire que de se battre avec des gens qui veulent écouter notre musique...". Imparable, à l'image de ses edits. En sus, une sélection commentée ci-après et téléchargeable à merci.

Audio

Entretien avec Mike Simonetti

Tu as fondé Italians Do It Better avec Johnny Jewel en 2005. Quelles étaient alors tes intentions et quelles sont-elles aujourd'hui ?
You have built the label Italians Do it Better with Johnny Jewel in 2005... What were your intentions at the time, and what are they today?

J'ai fondé IDIB pour me concentrer sur la dance music, et pour sortir un nouvel album de Glass Candy. C'est marrant car ça n'a pas changé !

I started italians to focus more on dance music, and to release new Glass Candy material. It's funny because it is still the same intentions now!

Tes premières amours sont hardcore et punk (Troubleman Unlimited). À quel moment t'es-tu intéressé au disco ?
From your roots in hardcore and punk (Troubleman Unlimited), can you tell us when your interest in disco started and why?

Je bossais dans des clubs vers la fin des années 80, et mes intérêts ont commencé à pencher au fil des ans vers la house et le disco. J'ai toujours aimé le disco, la soul, le funk et le rap...

I worked at night clubs in the late 1980's and it morphed over the years towards house and disco music. I was always into disco, soul, funk and rap...

L'esthétique Italians Do it Better est reconnaissable parmi cent : qui décide ? qui fait ?
The aesthetics of Italians Do It Better have got this unique and recognizable flavor : who decides? Who does the work?

Johnny s'occupe de tout ce qui est visuel. Heureusement, je n'ai pas à y toucher. C'est vraiment stressant. L'image du label est entièrement entre les mains de Johnny. Il en a une idée bien spécifique et c'est génial.

Johnny does all the visual work. Thankfully i do not have to deal with that stuff. It is very stressful. The image of the label is all Johnny's doing. He has a specific vision, and it's great.

Quel est le futur proche d'Italians Do It Better ?
Whats the near future of Italians Do It Better?

After Dark pt. 2, le nouveau Chromatics, Glass Candy, Perseo (le label de réédition issu d'Italians Do It Better) et peut-être un nouvel album de mon côté aussi...

After Dark pt. 2, new Chromatics, Glass Candy, Perseo, and maybe another record by me as well...

À ce propos... Personnellement, tu en es où ?
Personally, what are you working on?

J'ai des morceaux en cours de composition, et j'ai bossé avec des collaborateurs sur des parties vocales et d'autres instruments pour mon prochain album. J'ai aussi travaillé avec Chris Burns sur de la house 'big room', et avec Momty Luke sur d'autres parties chantées... Il y a aussi eu des edits, et des remixes. Ça avance lentement...

I have songs written in various stages, and have been working with collaborators on vocals and other instruments for my next record. Also been working with Chris Burns on big room stuff and Momty Luke with some vocal based stuff... Edits as well. Remixes too... Moving slowly...

Si tu devais n'écouter plus que trois disques dans ta vie, tu choisirais lesquels ?
If you only had to listen to 3 records for the rest of your life, wich one would they be?

Wouah, c'est une question difficile. Je ne sais pas si je pourrais écouter seulement trois trucs différents jusqu'à la fin de mes jours, je deviendrais fou, sans doute.

Wow that's a tough question. I don't know if i would want to listen to three things for the rest of my life i would probably go crazy...

Tu n'arrêtes pas de jouer aux quatre coins du monde. Quelle est ta relation à la scène ?
You haven't stopped touring around the world, how is your connection to the stage?

On dit que je ne regarde pas assez la foule, que je n'interagis pas assez. Je pense qu'on attend du DJ qu'il soit divertissant. C'est un produit direct de la pensée des années 2000. J'ai tendance à laisser la musique parler pour elle-même. Je passe juste de la musique, créée par d'autres personnes. Mon boulot consiste à faire danser les gens, pas à les avoir en face de moi à me regarder en brandissant leurs iPhones. Je préfère me focaliser sur la programmation de bons morceaux en soirée, plutôt que de faire exploser les haut-parleurs en sautant en l'air et en éclaboussant des jeunes filles prépubères de champagne, et plutôt que de sauter dans la foule ou d'autres conneries du genre.

People say i don't look and interact with the crowd enough. I think people expect a dj to be an entertainer. That is a product of 2000's thinking. I tend to let the music speak for itself. I am just someone playing other people's music. My job is to make the people dance, not to have them stare at me and hold up their iPhones. I'd rather concentrate on programming good songs for night rather that banging it out and jumping up and down splashing champagne on underage girls, or stagediving or some other bullshit.

Quels sont les artistes dont tu te sens proche ?
Wich actual bands/DJ do you feel close to?

Je considère tous les artistes présents sur Italians comme faisant partie de ma famille.

All the artists on Italians are my family.

Tu mets beaucoup de choses en téléchargement gratuit. Quel est ton sentiment sur les évolutions actuelles en la matière ?
You put many things in free download. What's your feeling on the current evolution on this matter?

Je pense qu'on a mieux à faire que de se battre avec des gens qui veulent écouter notre musique. C'est vraiment honteux de perdre son temps à se battre contre les téléchargements illégaux. Sois juste content que des gens veuillent de ta musique et reprends-toi. À ce stade, c'est vraiment pour raquer des centimes. Un téléchargement coûte quoi, 99 cents ? C'est une perte de temps.

I think it's better to focus on other things than fighting people who want to hear your music. It's embarrasing to waste your time fighting illegal downloads. Just be honored people want to hear your music and get on with it. At this point you are chasing pennies. What's a download, 99 cents?? It's a waste of time.

Qu'est ce qu'on peut te souhaiter pour 2012 ?
What can we wish you for 2012?

M'occuper de mes enfants, de ma carrière de DJ et enregistrer.

Parenting, djing, recording.

Mixtape

(DL/TC)
01. Todd Richards - Shall Go

Todd, le Dieu, n'est pas seulement une légende, il vient de la ville juste à côté de la mienne. C'est bon de le voir revenir.

Todd the God is not only a legend , he's from the town next to me. Good to see him back.

02. Lana Del Rey - Video Games (Joris Voorn edit)

J'aime les remixes pop, plus particulièrement encore quand de bons producteurs s'en chargent. Et puis ça surprend les hipsters quand je les passe.

I love pop remixes, especially when really talented producers do it. It also makes the hipsters confused when i play it.

03. Chris Burns and Gavin Holland - Malcolm X Park (Party Bros)

Avec Chris on sort un disque bientôt... "big room house".

Me and Chris have a record coming out together... big room house.

04. Variations De Noir (Mike Simonetti Remix)

Mon dernier mix. Je l'ai seulement mis là car le titre est en français.

My latest remix. I m only putting this on this list because he is French!

05. Sam Sparro - Happiness

Ces nouveaux trucs sont bons. Intransigeants et dotés d'une sacrée voix.

His new stuff is great. uncompromising and such a great voice.

06. Wolfram - Thing Called Love (Legowelt Remix)

Legowelt est le meilleur producteur au monde actuellement (derrière la famille Italians Do It Better bien sûr).

Legowelt is the best producer in the world currently , in my opinion (besides the Italians Do It Better Family of course).

07. Radiohead - Everything In Its Place (Afefe Iku remix)

Afefe Iku manque rarement...

Afefe Iku rarely misses...

08. Sycorax - Euphrates

C'est le nouveau projet de mon ami Ben Manzone.

New project by my friend Ben Manzone.

09. Split Secs - Slave

C'est un gars de la Côte Ouest nommé Travis. Un producteur de malade sur le point d'exploser.

West coast guy named Travis (aka TK). Sick producer about to blow up.

10. Chromatics - Lady

Ce nouvel album va changer la donne.

This new album is going to change the game.


Chromatics - Into The Black


Depuis l'annonce en octobre dernier de la sortie imminente de Kill For Love, attendu successeur de l'inoubliable Night Drive, nous n'avons eu de cesse de nous demander si ce nouvel album de Chromatics méritait notre impatience, fébriles que nous étions à l'idée d'être possiblement touchés par la déception après l'écoute d'un premier extrait ni vraiment bon ni tout à fait mauvais. C'était sans compter sur un second extrait lâché par l'ami Jewel, nous offrant par là-même la deuxième bonne surprise du week-end après l'annonce de la mort de Whitney. Petit bijou improbable en forme d'élégante réinterprétation d'un classique de Neil Young, ce titre porté de bout en bout par la voix troublante et réconfortante de Ruth Radelet est, on l'espère cette fois, l'incipit d'un nouveau chef-d’œuvre.

Audio

Vidéo


Glass Candy - Feeling Without Touching EP

feeling12Posté le 25 mars sur le blog de leur label , le premier clip "officiel" de Glass Candy, admirablement mis en scène par Travis Peterson, accompagne la sortie d'un EP, Feeling without Touching, lui-même annonçant un album Body Work en cours de finalisation. Une véritable actualité en cascade pour le duo de Portland également à l'affiche en compagnie de Desire, Chromatics, Mirage, Farah, Bottin, Twisted Wires et Appaloosa au sein de la compilation anniversaire Into the Black (After Dark 2) à paraître bientôt dudit label soufflant ses trois bougies. Feeling Without Touching, loin de représenter une révolution de palais, est dans la pure veine italo-disco de B/E/A/T/B/O/X, dispensée sur les dancefloors du monde entier depuis déjà deux bonnes années. Le beat enlevé, et mâtiné d'une instrumentation synthétique du plus bel effet, laisse libre court au timbre de voix envoûtant d'Ida No pour une mélopée cadencée dont on regrettera seulement la trop courte durée. S'ensuit deux morceaux au kitsch assumé, où l'on s'entiche sur Sugar & Whitebread d'un ersatz de saxo pas franchement convaincant et d'une complainte un brin ennuyeuse sur Covered In Bugs, puis un instrumental où Johnny se fait plaisir sans que l'on sache trop quoi penser de ces paresseuses nappes de claviers. En bonus inutiles, les instrumentaux des deux premiers morceaux, où comment remplir un EP sans trop se fouler la rate. L'essentiel n'est - on l'espère - pas là : si l'EP Feeling without Touching peut s'avérer dispensable, son morceau-titre augure lui, par sa sensualité aguichante, d'un été pétri de désir. Si l'attente vous semble insurmontable, Sonnymoon est là pour vous. Parole de scout.

Audio

Glass Candy - Sugar and Whitebread

 

Video

Tracklist

Glass Candy - Feeling without Touching EP (Italians Do It Better, 2010)

01. Feeling Without Touching
02. Sugar & Whitebread
03. Covered In Bugs
04. Shine Like Gold And Diamonds
05. Sugar & Whitebread (Instrumental)
06. Feeling Without Touching (Instrumental)


Desire - II

ii-desireLe label Italians do it better fraye agilement son chemin. S'il n'est pas pourvoyeur de têtes gondoles à fort potentiel mercantile - ce n'est pas ce qu'on lui souhaite - le voilà néanmoins confortablement installé au sein d'un mouvement musical d'ampleur, celui revisitant et magnifiant tout ce qu'il y a à magnifier des eighties et en particulier Giorgio Moroder. Fondé en 2005, par Johny Jewel et Mike Simonetti, Italians do it better cultive à dessein une marque de fabrique plus indie que commercial : l'art-work aux couleurs criardes est fait maison, les disques crachotent tandis que la communication s'opère via un blog des plus minimalistes... Dès 2007, les italiens d'Oregon font mieux que tout le monde. D'un groupe au passé discographique relativement anodin (les dispensables chrome rats vs basement rutz et plaster hounds), les Chromatics d'Adam Miller se métamorphosent, par le biais d'un maxi (nite) et d'un album (night drive) de toute beauté, en subtil et addictif panachage, associant dans les grandes largeurs d'une dérive au cœur de la nuit, cold wave noire et italo disco scintillante. Une mue confondante de talent, et ce talent à un nom, récurrent : Johny Jewel. Devenu membre et producteur des Chromatics, après que son ami Adam ne le rejoigne à Portland, Jonhy Jewel transfigure l'atonie no wawe des débuts par d'envoûtantes nappes synthétiques magistralement lovées autour de basses à la langueur hypnotique. La voix lascive de Ruth Radalet et la guitare gracile d'Adam font le reste : les Chromatics s'imposent comme une des révélations de l'année. Janvier 2008. Glass candy, formation où sévit Johny Jewel depuis le bug de l'an 2000, reprend la balle au bond et convertit avec l'album B/E/A/T/B/O/X le retour d'un glam glacial et enivrant à l'érotisme éthéré. Des synthétiseurs omniscients et une boîte à rythme dépouillée de tout superflu laissent à Ida No les coudées franches pour électriser de sa voix d'opale les dancefloors du monde entier. 2007, 2008 et donc 2009. L'année de Desire. On y retrouve Johny Jewel en compagnie de Nattie, batteur des Chromatics, et de Megan Louise, incarnation brune et montréalaise de Blondie, au timbre de voix généreusement cristallin. L'album, (inexplicablement) intitulé II, débute par les remerciements, en français dans le texte, d'une chanteuse qui nous plonge instantanément dans les affres de son intimité : à l'odyssée brève et onirique d'une rencontre fantasmée (montre moi ton visage, mirroir mirroir) succède irrémédiablement l'absence et son substrat mélancolique. La promesse, vite balayée par les violons du magnifique don't call, mue et engendre les vertiges d'une douleur aussi verte que créatrice (Colorless Sky, If I can't hold you). Si les compositions font la part belle aux claviers qui agissent moins en nappes qu'en lignes mélodiques, de furtives boucles de guitares miment ici et là les larmes d'un cœur profondément étrillé (dans mes rêves). D'énigme il n'y a pas. Sur Under your Spell Megan Louise dévoile tout, d'une simple interrogation : quelle différence y a-t-il entre l'amour et l'obsession et entre l'obsession et le désir ? Sûrement moins qu'une feuille de papier à cigarette : Desire ne prendrait pas autant aux tripes.

bred 11s

Présage pour l'avenir : 2010 sera l'année de Twisted wires.

Thibault

Audio

Desire - Don't Call

Tracklist

DESIRE - II (Italians Do It Better, 2009)
1. Montre Moi ton Visage
2. Mirroir Mirroir
3. Don’t Call
4. Dans mes Reves
5. Under Your Spell
6. Colorless Sky
7. If I Can’t Hold You
8. Part II