Idiot Glee – Pinkwood

Lorsque le label digital Beko (lire) s’escrimait chaque lundi à ouvrir sa boîte de Pandore, personne ou presque ne pouvait préjuger du devenir de chaque groupe s’ajoutant à la limitative liste. S’il est inutile de citer – parmi les cent – tous ceux ayant plus qu’honorablement tiré leur épingle du jeu, James Friley fait figure d’épouvantail. Par le biais d’une référence 35, le natif de Lexington, dans le Kentucky, a en effet propulsé son projet Idiot Glee sur les cimes de quelques charts, signant derechef sur l’éminente structure britonne Moshi Moshi, et ce, peu avant de parcourir le globe ses délicates compositions en bandoulière. Plus d’une année après la sortie de son premier LP Paddywhack, voici que le pianiste de formation classique ressort du bois histoire d’adresser sans une once de redite quelques graciles mélopées dont la propagation a été confiée les yeux fermés aux labels Atelier Ciseaux et Bureau Bureau. Lovant un minimalisme instrumental, outillé de quelques claviers et boîtes à rythme, dans la chaleur de ses vocalises, le jeune homme de vingt-quatre ans glisse avec Pinkwood une doucereuse mise en bouche, où nostalgie rime avec poésie.

Audio

Tracklisting

Idiot Glee – Life Without Jazz (26 février 2013, Atelier Ciseaux / Bureau Bureau)

A1. Vibrato
A2. Pinkwood
A3. Pipes

B1. Life Without Jazz
B2. Little Berlin