Portrait d'Alden Volney

Je lui ai donné rendez-vous à Pigalle sans en lui en dire plus, et puis je l'ai conduit chez Victor Kiswell, le plus grand collectionneur et chercheur d'or sur sillons que je connaisse, et surtout un érudit de la musique de films que je remercie infiniment pour son temps et sa disponibilité.

La véritable identité d' Alden Volney ne sera pas dévoilée dans ce portrait. En revanche, il nous parle de son goût immodéré pour les films qui ont marqué sa jeunesse.

Musicien mais aussi vidéaste et graphiste, cet artiste complet fait marcher l'œil et l'oreille dans une même veine. L'exigence qu'il s'impose pour produire sons et images avec cette obsession dont il nous parle force le respect. Alden Volney ne triche pas : chaque son qu'il fabrique sur son ordinateur personnel est issu d'un dialogue passionnel avec cette époque des années 70 qui fût le berceau de la pop et des synthétiseurs analogiques.

D'ailleurs, sa dernière mixtape vidéo téléchargeable sur son blog fourmille de références comme autant de checkpoints balisant son terrain d'inspiration. Elle s'ouvre sur François de Roubaix lors d'une rare interview filmée ; plus loin, on découvre Gainsbourg émerveillé en studio d'enregistrement, ou encore une chorégraphie des Monkeys qu'Alden a choisi aussi de commenter dans son portrait. Elle se referme sur un extrait du film I comme Icare qui a une résonance particulière dans la mémoire d'Alden ; vous saurez pourquoi en lançant la lecture. Bon visionnage !

Interview

Mixtape


AV for HZ - Warm Spring Night Mixtape
DL

http://official.fm/playlists/60662


On était sur le RING : Off & Grill Grill + Drawlings

Hartzine et Kongfuzi Booking investissaient le RING, lieu aussi iconoclaste qu'évanescent - et dont on ne remerciera jamais assez son propriétaire, Guillaume, de nous en avoir ouvert les portes - le temps d'un showcase réunissant oFF & GR†LL GR†LL et Drawlings (lire). Accointances de l'au-delà, où les rêves enfantins se meuvent en fantasmes de la nuit, où les sourires mutins se figent en rictus angoissants, il fallait passer de l'un à l'autre pour sentir cette esquisse communément signifiée où l'émotion revêt les apparats d'une expérimentation, tantôt orgiaque (oFF & GR†LL GR†LL), tantôt intime (Drawlings). La preuve par l'image.

Making Of

Off & Grill Gril

Drawlings


On y était : Hartzine & La Station Radar présentent Holy Strays, Ela Orleans & Terror Bird

linternationale-7-mars-2011L'imbécile qui a dit que les cordonniers sont toujours les plus mal chaussés n'est peut-être pas si cruche que ça quand on mesure au sein de notre rédaction le délai de latence entre nos événements et le temps de leur décoction par l'image et les mots. Confirmant dans une moindre mesure les délais d'Hartzbreaker, notre soirée organisée conjointement avec Backyard Vacation et La Station Radar ne trouve en effet qu'aujourd'hui son expression définitive dans la linéarité spatiotemporelle. Mais que patience peut être parfois mère créatrice ! Si la programmation tenait du miracle avec les prestations live d'Ela Orleans, du duo canadien Terror Bird et de notre Parisien préféré Holy Strays, son rendu visuel n'en est pas moins bon le temps d'une vidéo reprenant par ordre de passage chacun des artistes cités. S'il est vaniteux de s'administrer sa propre critique - et que dire, à part que ce fut une très belle soirée ? - il ne reste plus qu'à vous faire une idée par vous-mêmes. Le coup d'œil en vaut la peine.

Vidéos

Photos

Photos Emeline Ancel-Pirouelle pour Hartzine


Session privée : Troy Von Balthazar


A l'heure où l'on vient d'apprendre que La Machine accueillera - comme elle a accueilli Troy Von Balthazar avec chaleur le 15 avril dernier - Chokebore (lire) le 31 octobre prochain (réservation), nous avons eu la chance de passer une fin d'après-midi plus que gracieuse en la (bonne) compagnie de Troy, plus parisien que jamais ces temps-ci - suite notamment à une exposition photo réalisée par Magalie Boyer (lire) et dont il fut le sujet/l'acteur. L'occasion était trop belle donc pour ne pas revisiter - en acoustique et en vidéo - l'intimiste et varié How to Live on Nothing paru sur Third Side Records (2010). Deux morceaux - Very Very Famous et The Tigers - exécutés dans le dénuement confortable d'un petit appartement parisien. A voir et revoir ci-dessous.

Si vous souhaitez faire durer le plaisir, le monsieur sera en concert lors du très bon festival Top of the Folks le 27 mai prochain à Rennes.

Vidéos