EP

Stephen Molyneux – The Shape of Clouds to Come

today17/12/2014 21

Arrière-plan
share close

Entre l’outsider Stephen Molyneux, délayant une folk expérimentale, éthérée et suspendue aux bribes du temps, et le label établi dans l’ensoleillé Lubéron La Station Radar, responsable cette année d’un beau disque de Fausto Maijstral (lire), l’histoire ne date pas d’hier. Elle tire ses racines dans un disque un peu fou, The Beginning of a Protracted Struggle, composé en 2009 par un joli all star de la folk aventureuse, réunissant au sein de Horsehair Everywhere, Frank Baugh de Sparkling Wide Pressure, Geoffrey Sexton, Patrick Singleton, Caleb Steelman, Samuel Steelman, TJ Richards, Lee Noble et donc Stephen Molyneux. Et si les deux derniers cités ont ensemble fondé No Kings Records, notamment pour sortir leur projet commun aux résonances post-punk assumées Poet Named Revolver, notre homme, de retour d’un long voyage en Thaïlande, s’est naturellement entiché des orfèvres de La Station Radar afin de donner une suite, le 8 décembre dernier, à son ultime effort solitaire Called to Leave (No Kings, 2013). Une nouvelle fois enregistré à Nashville, comme toutes ses productions, l’EP The Shape of Clouds to Come est le fruit de sessions rassemblant Alice Buchanan au violon, Caleb Steelman à la batterie, le gracile Lee Noble aux claviers et Stephen Molyneux au chant et à la guitare. Rasséréné comme un soir d’été au fin fond du Colorado, paisible telle une invitation à la rêvasserie et éternel comme une musique américaine, le lyrisme folk de Stephen Molyneux se pare d’une ampleur insoupçonnée quand ce dernier entonne ses morceaux avec une volubilité si fragile et charnelle, usant d’un timbre vocal qu’un Léonard Cohen jeune n’aurait certainement pas renié. A l’image de ses clichés photographiques révélant une luminosité toute particulière, clichés pris lors de son périple en Asie du Sud et illustrant chacun de ses albums, Stephen Molyneux confère une coloration à ses balades pastorales, entre brumes magnétiques et fragments mélancoliques, tissant un intime voile sonore, entre réverbérations et scintillement dronisant, que chacun prendra pour soi en plein cœur de l’hiver. Pour preuve, l’élégie des morceaux An Oath to Beds We Lie Upon et Bones Pored Over, matinée des ondes instrumentales de Light Drawn ou Moon to Will the Salt.

Audio (FULL STREAM PREMIERE)

Tracklisting

Stephen Molyneux – The Shape of Clouds to Come (La Station Radar, 8 décembre 2014)

A1. An Oath to Beds We Lie Upon
A2. Light Drawn
B1. To Divide Us
B2. Bones Pored Over
B3. Moon to Will the Salt

Écrit par: Thibault

Rate it

Article précédent

Artistes

Loney Dear report & interview

Loney Dear, Luleå, Jeudi 20 Novembre 2014 par Melville Bouchard Loney Dear est un artiste trop discret. Récemment pourtant, et après quatre ans d’absence, il donne quelques signes de vie en annonçant une tournée de villes et villages près du cercle polaire arctique, accompagné d'un orchestre classique. A l'époque, s'il reste énigmatique sur les lieux et les dates, il est suffisamment intrigant pour m'inciter à lui rendre visite sur ses terres. Octobre […]

today16/12/2014 251

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%