Ok Go – Of The Blue Colour Of The Sky

okgo_cover_hiresComme vous peut-être en ce moment même, Ok Go ne me disait rien. Alors, j’ai fait ce que vous attendez de moi. J’ai consciencieusement écouté leur troisième album. Pas vraiment convaincue par le début, je me laisse conquérir (mollement tout de même) par Skyscrapers, et par ce qui suit. Allant jusqu’à accompagner mes déplacements dans le réseau tentaculaire du métro des ritournelles lascives qui font « Oh sugar, oh sugar » (parfois je ne me comprends pas moi-même). La raison de mon obstination à écouter cette gentille soupelette pour pique-niques boboesques au bord du canal Saint-Martin ? Je n’arrivais pas à mettre le doigt sur l’autre groupe auquel ces sympathiques Américains me faisaient penser. Cette voix de mâle qui s’échine à grimper dans les aigus, ces arrangements typiques d’un rock californien détendu de la planche de surf, nom de nom ! Bien sûr les Beach Boys nous rient au nez à l’écoute de deux secondes et demi de Ok Go… Mais plus récemment, les Gallois bien frappés de Super Fury Animals nous ont gratifiés de ce genre de pop ensoleillée avec comme seule ambition de produire du bien-être en barres à leurs auditeurs en mal d’amour et de massage.
Ok Go se situe sur ce créneau. C’est du moins ce que je croyais, jusqu’à ce que Oh surprise ! J’aille faire un petit tour sur leur site internet et que je ne découvre, avec une stupéfaction entrecoupées de grosses rigolades, ce que ces gars-là manigancent en loucedé dans leur garage après avoir fait genre « on est un groupe tout à fait normal normal ». Si je vous dit « chorégraphie sur tapis-roulant » je suis sure que ça fait tilt. Et oui, ce clip complètement zinzin et savamment chorégraphié, c’était eux ! Mais il ne s’agit pas d’une simple toquade enfantée un dimanche de pluie ! A la lumière de leur foisonnante collection de vidéos, toutes plus délirantes et geeks les unes que les autres, il apparaît sans aucun doute possible que Ok Go fait de la musique à seule fin de pouvoir réaliser des performances filmées (et des chorés dignes de tous les boys bands de la planète) ! Pour preuve de cette théorie un brin tirée par les veuches : la vidéo de This Too Shall Pass, véritable bijou pour amateur de dominos, préparée pendant trois mois et filmée en un seul plan séquence. S’en est suivi un concours faisant appel à la créativité de leur fans qui semblent tout aussi atteints de geekitude et décidés à participer à ce curieux projet musicalo-youtubesque.
Tout ça pour quoi ? Et bien, quand on voit que Here It Goes Again sur les tapis roulants a été visionnée à peu près 50 millions de fois (!!!) on comprend mieux l’entreprise fofolle derrière ce groupe à l’apparence anodine et bien coiffée. S’il existait un prix du buzz marketing musical, Ok Go le remporterait haut-la-main ! Mais n’y voyez pas une critique acerbe. Je suis sincèrement partagée entre stupeur et admiration ! Tant de travail et d’énergie (et de chorés cent fois mieux maîtrisées qu’à la starac avec Kamel Ouali) consacrée à ce projet ne peuvent qu’épater l’assistance. Of The Blue Colour Of The Sky ne révolutionne strictement rien. Mais s’écoute avec simplicité, et devrait ravir les kékés qui veulent serrer des meufs dans les soirées. Et ça. c’est déjà pas mal.

Audio

Ok Go – End Love

Video

Tracklist

Ok Go – Of The Blue Colour Of The Sky (Capitol, 2010)

1. WTF?
2. This Too Shall Pass
3. All Is Not Lost
4. Needing/Getting
5. Skyscrapers
6. White Knuckles
7. I Want You So Bad I Can’t Breathe
8. End Love
9. Before the Earth Was Round
10. Last Leaf
11. Back From Kathmandu
12. While You Were Asleep
13. In the Glass