Difficile de décrire autrement la musique ondoyante du Marseillais Olivier Scalia, et de son projet solitaire Johnny Hawaii, autrement qu’en la ramenant à son élément premier : la mer. Celle d’huile léchant paisiblement quelques doigts de pieds en éventail, celle agitée, ravissant de ses lames, une soif inextinguible de sensations fortes. Il est presque impossible d’ailleurs de traverser par l’écoute ses tribulations hypnotiques sans se sentir parcouru, presque immédiatement, d’un alanguissement classique des périodes estivales caniculaires. Dédaignant les mélodies pour les loops et arrimant sa ligne de flottaison à la répétition de motifs sonores en perpétuelle recomposition, notre homme s’intime tel le double antithétique d’un High Wolf s’étant épris de surf music, ou d’un Matt Mondanile de Real Estate et Ductails ayant découvert pied au plancher l’ayahuasca, balayant le sable le plus cramé de soleil de ses vagues auditives génialement paresseuse et « où les embruns miment un psychédélisme ouaté et où la houle se fait guitare réverbérée » (lire). Quatre ans après un split partagé avec l’Américain Dan Svizeny de Cough Cool (lire), et trois après son premier LP Southern Lights (lire), le Phocéen vient de révéler le 21 mars dernier, une nouvelle fois via La Station Radar (lire), son second album New Age On A Board, aussi aéré qu’apaisé. L’occasion idoine pour lui poser quelques questions, en plus de lui soutirer une mixtape pour le moins relaxante. Fermez les yeux, il est lundi, les vacances sont proches, et l’onirique morceau Fluoreswamp est en écoute exclusive ci-après.

Audio (PREMIERE)

Olivier Scalia aka Johnny Hawaii l’interview

Johnny Hawaii - New age on a board - photographie_johnnyhawaii_parfleurd

Photo © Fleur Descaillot

Cela fait presque trois ans que tu as sorti ton premier LP solitaire Southern Lights. Était-ce compliqué de lui donner une suite ou as-tu préférer prendre ton temps pour essayer de le faire vivre un maximum, notamment par le biais de concerts ? Qu’as-tu fait pendant ces trois longues années ?

Il y a deux raisons principales aux (presque) trois années écoulées entre les deux albums. La première est qu’effectivement j’ai pas mal joué après la sortie de Southern Lights. Il y a eu plus de dates que je ne l’espérais, de bons festivals et il a fallu bosser le live, donc pendant un an tout le temps dédié à la musique le fut aux préparations de concerts. Ce n’était pas calculé, ça s’est présenté comme ça. Et Southern Lights  a bien vécu!

La deuxième est que pour le nouveau disque je voulais laisser les choses venir. Je m’étais mis la pression pour Southern Lights, c’était mon premier LP et j’ai parfois un peu perdu les pédales pendant l’enregistrement. Donc, du temps pour enregistrer, puis attendre les dispos des personnes avec qui le label et moi souhaitions travailler pour le mixage et le mastering, concevoir la pochette, ajouté aux délais de pressage du vinyle…tout ça a pris une année supplémentaire.

Ton prochain album, New Age On A Board sort ce mois-ci. L’inscris-tu dans la continuité du précédent ou as-tu opéré une rupture dans ton procédé d’écriture ?

Avec ce nouvel album, je voulais pousser un peu plus loin les idées développées sur Southern Lights. Le procédé d’écriture est peu ou prou toujours le même, je crée une ambiance sonore en triturant samples et synthétiseurs, puis viennent les percussions et la basse. Les guitares arrivent toujours en dernier.

J’ai cette fois-ci davantage travaillé sur le son. Je tenais aussi à ce que les musiques d’arrière plan, les « ambiances » donc puissent tenir debout toutes seules à la manière d’un véritable album d’ambient music, qu’elles ne soient pas purement décoratives.

L’une des permanences entre les deux albums est cette façon très particulière que tu as de sculpter une certaine idée de la mélancolie sur les sables mouvants d’un alanguissement instrumental. Quelles émotions tentes-tu d’émettre via tes compositions ?

J’ai découvert et réalisé que mes morceaux dégageaient mélancolie et langueur en lisant les chroniques du dernier album, là ou moi je ne voyais que laisser-aller, « coolitude ». Il va falloir que je commence à accepter mon spleen… Plus sérieusement, je n’essaie pas tant de transmettre des émotions que de créer une ambiance, un cadre, poser l’auditeur à un endroit qu’il va devoir explorer lui-même.

Une autre permanence évidente : la durée des morceaux, longue, et l’absence de chant au profit de fields recordings plaçant la nature et les éléments au cœur de tes morceaux. L’expérience musicale signifie-t-elle pour toi l’idée de voyage introspectif, à la manière de ce que peux faire High Wolf, et l’irruption des piaillements d’oiseaux ou du bruit des vagues possède-t-elle à tes yeux une symbolisation autre que figurative ?

Oui, il s’agit de ça, fermer les yeux et creuser en soi, à la recherche de territoires inconnus. Le chant des oiseaux est la porte d’entrée de ce monde intérieur, il est là pour te signifier que ça y est, tu l’as pénétré. Les vagues sont le véhicule, elles vont faciliter le périple, te porter d’un bout à l’autre du voyage.

Plus techniquement, je ne chante pas parce que je suis un mauvais chanteur. Quant à la longueur des morceaux, c’est un choix conscient, comme dit plus haut, je voulais pousser loin certaines idées effleurées sur Southern Lights. New Age On A Board est en fait un seul morceaux de quarante minutes, un récit découpé en cinq chapitres.

Ton approche rythmique semble plus complexe, notamment en installant d’éparses percussions faisant apparaître une batterie qui se laisse désirer – notamment sur Fluoreswamp – ou en te servant de quelques boîtes à rythmes : tes vagues psyché se muent alors en ondulations cosmico-kraut. Quelles sont tes sources d’inspiration en la matière ? 

Tous les rythmes, batteries et percussions proviennent de samples. J’ai voulu tout d’abord élargir ma palette, je suis allé chercher des sons et motifs dans les musiques traditionnelles, le jazz, la musique contemporaine là où précédemment je faisais mon marché uniquement dans la surf music et l’exotica. J’ai même samplé un bon gros morceau de variétoche… J’ai ensuite essayé d’intégrer ces rythmiques au mouvement général, à l’onde, et d’espacer les interventions, de ne pas me contenter de poser une boucle et de la laisser tourner, ce que j’ai pu faire par le passé. Donc pour répondre à la question, oui j’ai complexifié mon approche rythmique, dans le sens où les rythmes ne sont plus là uniquement pour servir de socle aux guitares.

Mon influence principale en matière de musique psyché/cosmique reste Pink Floyd, en particulier les albums Meddle, Ummagumma et la BO de More, bref, toute la période pré Dark Side Of The Moon. Je me suis plongé très récemment dans la musique kraut et kosmische, également dans la musique new age, j’ai pas mal accroché sur Popol Vuh, Neu! et Laraaji. C’est assez frais, mais ça s’entend peut-être déjà sur mes enregistrements.

10410571_1178827235475918_966124641336215818_n

Comme son nom ne l’indique qu’à moitié, la musique que tu produis semble plus tournée vers une sorte de mysticisme assumé. Se traduit-il dans ta vie de tous les jours ? Ou est-ce ce que tu tentes de transmettre aux gens de ta personnalité via ta musique ?

Ça reste avant tout une expérience musicale. L’idée du voyage introspectif, j’apparenterai plus ça au psychédélisme sixties qu’à du mysticisme. Je ne me promène pas en toge dans les collines avec des petites clochettes en annonçant la dernière vague qui nous emportera tous.

Tu es originaire et tu vis à Marseille. Outre tes accointances artistiques, en quoi cette ville déteint sur ta musique ? Pourrais-tu composer ailleurs ?

Le bruit des vagues présent sur quasiment tous mes morceaux n’est pas anodin, l’environnement influe forcément. Est-ce que la mélancolie et la langueur auxquelles tu as fait référence sont aussi le produit de cet environnement? C’est possible.

Oui je pense qu’au bout de deux albums et demi j’ai bien intégré la matrice Johnny Hawaii et je pourrais composer ailleurs sans que ça n’influe forcément sur le résultat.

Ton disque sort à nouveau via La Station Radar. Quelle est ton histoire avec cet iconoclaste label basé dans le Lubéron ? 

Jérôme et Fleur, qui gèrent La Station Radar sont présents avec moi depuis le début. Ils ont sorti ma première cassette en co-release avec Hands In The Dark et Atelier Ciseaux, puis Southern Lights encore une fois avec Hands In The Dark. Cette fois-ci ils sont seuls aux commandes. Le fait qu’on habite le même coin a sans doute facilité les choses, on a pu se rencontrer et nouer des liens qui vont au-delà de la simple collaboration discographique. On a en outre la même vision de la musique, de ce que doit être un disque, de comment il doit être présenté. Ils prennent vraiment soin de chacune de leurs sorties. Je suis maintenant un artiste « maison », j’aime bien cette idée de parcours commun.

Quelle est ton approche de l’expérience scénique ? Est-elle distincte pour toi que celle que tu retranscris sur tes disques ?

J’envisage la scène comme un espace récréatif. Lorsqu’on passe des semaines à bosser en solo sur des morceaux, il est important à un moment donné d’ouvrir les fenêtres, faire respirer tout ça, de « jouer » littéralement. C’est aussi l’occasion de m’immerger totalement dans la musique, de m’y perdre alors que dans le processus d’enregistrement il y a toujours un recul à avoir, une analyse permanente de chaque chose.

Comme sur disque j’essaie d’installer un climat et d’envoyer une vibration, sans forcément jouer les morceaux à la note près, en espérant que l’auditeur se branche sur la même fréquence, rentre dans le truc.

Peux-tu nous présenter en quelques mots ta mixtape ?

J’ai la chance de travailler dans une grande médiathèque avec un immense fond musique. Lorsque je suis en phase d’enregistrement je me constitue toujours un gros stock de CD à la recherche de sons à sampler qui pourraient former ma matière première sonore. J’ai sélectionné des titres qui ont pu servir ou serviront peut-être.

Mixtape

01. Piero Umiliani – Papete Aru (Exotic Mood 3)
02. Ronny & the Daytonas – Nanci.
03. The Musicians of Tampaksiring Temple – Galan Kangin
04. Stu Philipps – Ceylon – Goyapana
05. Bud Shank – Up in Velseyland
06. Eden Ahbez – Full Moon
07. Kurt Bloch – Lude 9.6
08. The Surf Mariachis – Baja
09. Pink Floyd – Quicksilver
10. Piero Umiliani – Le Isole dell’Amore (Nel Villaggio)

Tracklisting

Johnny Hawaii – New age on a board (La Station Radar, 21 mars 2016)

A1. Into la manglar
A2. Bali Kraut
A3. The cool box
B4. Fluoreswamp
B5. New age on a board