OUPA l'interview & mixtape

J'avais déjà croisé le bonhomme lors du Midi Festival 2010. Touchant malgré lui, restant en retrait et à l'ombre, tandis que ses compères de Yuck se régalaient plage de l'Almanarre, Daniel Blumberg nous avait accordé une entrevue (voir) pour parler essentiellement de son groupe, pas encore auréolé du succès qu'on lui connaît à présent. Selon ses dires et son attitude d'oiseau blessé toisant mélancoliquement la vie, on devinait que les fameux morceaux de Yu(c)k - avec une parenthèse donc - dénotaient bien plus qu'une posture artistique. Un jardin secret par ailleurs peuplé d'une fantasmagorie couchée sur le papier que Daniel entreprend désormais de faire voler de ses propres ailes. Ainsi, Boiled Egg voit-elle le jour, micro-structure destinée à la publication de sa musique et de ses dessins, indépendamment de Yuck. Une façon d'affranchir son intimité en révélant celle-ci dans un autre contexte, celui d'OUPA. Premier refuge de cette charnelle escapade, entre comptines de chambrée et symphonies vespérales, Atelier Ciseaux publiait en août dernier Forget, une cassette éditée seulement à cinquante exemplaires. L'occasion pour nous de contacter une nouvelle fois le jeune homme tout en lui extirpant une mixtape aussi aboutie qu'instructive sur ses influences et ses accointances.

Audio

OUPA "FORGET" by atelier ciseaux

Interview

Qui es-tu Daniel ?
Who are you Daniel?

Je suis un artiste basé à Londres : je fais de la musique sous le nom de OUPA et avec le groupe Yuck.

I am an artist from London, I make music as OUPA and in the band Yuck.

Pourquoi un tel nom de groupe, OUPA ? Quelle est l'histoire...
How did you come up with this band name, OUPA? What's the story...

Mon premier morceau, Weakend, est sorti sous le nom de Yuck. Initialement, je voulais que tout soit rattaché au groupe, pour pouvoir centraliser mes morceaux. Mais, c'était devenu trop déroutant, et j'ai changé de nom pour OUPA.

Oupa, c'est mon grand-père. Il jouait du ukulélé et du piano. Il jouait tout le temps au piano ces morceaux, longs et mélancoliques, à chaque fois que je venais le voir. J'aime assez le mot "Oupa" en lui-même, c'est aussi une sorte d'hommage que je rends à mon grand-père qui était le seul musicien dans ma famille proche.

My first solo release, Weakend, was under the name 'Yu(c)k'. I started off wanting it to be quite attached to the band as a way of centralising my outputs. This was way too confusing though, so I changed the name to OUPA. Oupa was my Dad's Dad and he used to play ukulele and piano. He played these long melancholy piano songs over and over again every time I saw him. I like the word Oupa and it's also sort of a dedication to him as he was the musical man in my direct family.

Peux-tu expliquer en quelques mots quel est ton ambition musicale ? OUPA est pour toi la face intime de Yuck ou est-ce complètement différent ?
Could you introduce your musical project in a few words? OUPA is for you the intimate face of Yuck or is it completely different?

Je fais de la musique, produit et sors ma musique sous le nom de OUPA. Je viens tout juste de créer mon propre label, Boiled Egg, pour pouvoir sortir ma musique et mon travail en tant qu'artiste visuel, sans avoir à planifier ou attendre de trop. Je veux m'épanouir en tant qu'artiste en distribuant ce que je fais et passer à autre chose. Yuck est le groupe dans lequel je joue. Je compose avec Max et joue avec Mariko et Jonny, donc c'est vraiment séparé de tout ce que je peux faire avec OUPA. Yuck est un groupe d'amis qui travaillent ensemble : c'est très différent mais tout aussi gratifiant.

I make music and then record it and then release it using the name OUPA. I’ve just set up my own label Boiled Egg so I can release my music and visual art in a direct way without too much planning and waiting. I want to grow as an artist through releasing what I’ve done and moving on. Yuck is the band I’m in. I write the songs with Max and play with Mariko and Jonny, so it’s quite separate to the OUPA material. Yuck is a group of friends working together and so it’s a very different but equally rewarding experience.

Comment la musique est-elle entrée dans ta vie ? Quel est ton premier souvenir à ce sujet ?
How did music enter in your life? What are your first memories about it?

Je me souviens être assis dans une salle, parmi des tambourins et d'autres gosses de trois ans, qui bavaient et jouaient du tambour.

I remember sitting in a hall with tambourines and other three year olds rolling toys around, dribbling and beating drums.

Tu vis à Londres. Peux-tu nous dire en quoi ceci influence ta musique et si cela a de l'importance sur ton inspiration ?
You live in London. Can you describe how that affects your music and if it's an important inspiration?

J'ai toujours vécu et travaillé à Londres, alors je ne peux pas vraiment faire de comparaison. Ceci dit, après avoir tourné et vu pas mal d'endroits, je pense vraiment que Londres a ce quelque chose de "translucide" : il n'y a pas vraiment de culture ou de tendance proéminentes, ça reste assez ouvert et varié. C'est pourquoi on peut faire ce que l'on veut, en étant sûr de toujours pouvoir trouver sa place à un endroit donné, d'une façon ou d'une autre.

I've always lived and worked in London so I have nothing to compare it to really. However after going on tour and seeing many places I do think London feels slightly translucent. I think there's not really a clear culture or direction, its very open and diverse. So you can do whatever you want and it will fit in somewhere and somehow.

Quelles sont tes influences ?
What are your influences?

En termes d'influences musicales, j'aime beaucoup Mark Kozelec et Smog (Bill Callahan). Ce sont vraiment les deux seuls artistes que j'aime réécouter et qui continuent de me surprendre avec leurs nouvelles sorties. Silver Jews, Lambchop, Sparklehorse et Codeine sont d'autres groupes que j'apprécie également énormément. Il y a quelques années de ça, il y avait aussi ce groupe, les Video Nasties, de Londres. Ils m'ont pas mal inspiré, surtout leur auteur-compositeur James Churcher, tout comme Alex Shields (A Grave With No Name) et Mauro Remiddi (Porcelain Raft), deux musiciens qui vivaient à Londres alors que je travaillais sur l'album de OUPA. J'ai pu leur montrer le résultat final et comme on était tous assez productifs à ce moment-là, c'était très intense et dynamisant.

Cet album était très personnel et parfois, on a juste besoin d'un peu d'encouragement des gens qui vous inspirent pour pouvoir aller jusqu'au bout sans avoir à partager.

In terms of musical influences, I really love Mark Kozelec and Smog (Bill Callahan). They are the two artists I can really go back to all the time and continue to excite me with their new releases. Other bands I love a lot are Silver Jews, Lambchop, Sparklehorse and Codeine. There was a London band called Video Nasties who were around a few years ago. I draw a lot of inspiration from them, especially the songwriter James Churcher. Two artists who were in London at the time I made the OUPA record and who I showed it to when I finished it were Alex Shields (A Grave With No Name) and Mauro Remiddi (Porcelain Raft). I think we were all being quite productive at the time so it was exciting and stimulating.

This record was so personal to me and sometimes you just need some encouragement from people you respect, to actually follow through with sharing it.

As-tu des ambitions particulières avec ce premier album de OUPA, Forget ?
Do you have specific goals for your first album, Forget?

Ma première ambition, alors que j'écrivais, était de tout sortir et de terminer aussitôt. Je voulais pouvoir retranscrire cette spontanéité temporelle dans l'album. J'ai enregistré chaque morceau live, à l'aide d'un dictaphone, pour pouvoir vraiment créer quelque chose d'intense et intime. J'espère que c'est ce qui se ressent à l'écoute, même juste pour une personne, quelque part, qui en ferait l'expérience.

My main goal when I was writing it was to get it down and out. I wanted to capture that time period in the record. I recorded every track live, on a Dictaphone so I was trying to create something intimate and intense. I hope that translates to a listener, even if it’s just one person somewhere who sits down with it and has an experience.

Quel type de sentiments essayes-tu de faire passer au travers ta musique ?
What kind of feelings are you trying to convey with your music?

Je crois que ça s'explique tout simplement à travers les morceaux, qui sont assez explicites.

I think that’s quite self-explanatory, the songs are pretty specific and explicit.

Dis m'en plus au sujet de ces deux merveilleuses chansons, Physical et New Home...
Tell me more about this two beautiful songs, Physical and New Home...

Ces deux morceaux ont été composés et enregistrés sur un orgue Casio. Physical a été écrit le même jour que Forget. Ce jour-là, j'ai su que ça deviendrait un album plutôt qu'un EP, car pour moi, ces morceaux (avec Those Are The Senses) sont à la base de cet album. Après avoir écouté Distortions de Clinic, j'ai vraiment eu envie de composer avec des orgues et des batteries électroniques, et je pense que Physical en a été le résultat, à un moment où je me sentais expressif. Avec Forget, j'ai vraiment laissé le champ libre à l'écriture, plutôt que de rester embourbé au stade de l'enregistrement. Après avoir fini l'album de Yuck, dont l'enregistrement fut assez long, je voulais vraiment juste écrire des morceaux et les enregistrer aussitôt.

New Home est un peu un intrus à ce niveau-là, car j'avais quelques pistes pour un morceaux, mais j'ai senti ce jour-là que je voulais passer plus de temps à enregistrer. C'est pourquoi ce morceau est un peu différent et un peu moins dénudé.

These two songs were written and recorded on my Casio organ. I wrote Physical on the same day I wrote Forget. I knew that day that it would be an album rather an EP because for me, those songs (along with Those Are The Senses) are the foundation of the record. After hearing Distortions by Clinic I really wanted to start working with organs and drum machines and I think Physical was drawing on that idea at a time I was feeling expressive. I was certainly letting the writing lead the way on Forget, rather than getting too bogged down in recording. After just finishing the Yuck record, which was a long process, I was really interested in just writing songs and capturing them instantly.

New Home is the odd one out in that respect because I had a sketch of a song and just felt one day that I wanted to spend a concentrated time recording. So that’s why there’s a different feel to that that song and more things going on.

Pourquoi avoir choisi le format K7 ?
Why did you chose K7 for this first LP?

Je n'avais pas de master pour ce LP qui n'avait pas été produit dans un studio très high tech, alors je me suis dit que ça serait un bon moyen pour que l'album existe. La compression sur cassette a réuni tous les morceaux dans un "tout" sonique, un procédé assez proche du "mastering". En tant qu'artiste, j'ai l'impression que le format K7 est vraiment libérateur en ce moment. Je pense qu'il y a une sorte de détachement du monde digital, chose très rare et précieuse ces temps-ci.

Je voulais aussi que l'auditeur écoute l'album d'un seul coup. Avec une K7, on ne peut pas sauter un morceau ! Je pense que c'est un album qui demande du temps et une écoute intégrale, et ce format permet cela.

I didn't master the record, and I didn't record it in a studio using hi-tech equipment so I thought it would be a nice place for the record to exist. The compression of the tape seems to pull the songs together into a sonic whole in a similar way to mastering. As an artist I feel that tapes are the format of freedom at the moment. I think there’s a detachment from the digital world and that is very rare and precious these days.

I also wanted the listener to hear the album in one go. With a cassette you can't skip the track! I think it's an album that someone needs to spend time with and listen to as a whole and this format lends itself to that approach.

Merci à toi d'avoir répondu à nos questions et plus spécialement encore pour cette mixtape faite exclusivement pour Hartzine. Peux-tu nous introduire celle-ci ?
Thanks for the interview and the mixtape specially released for Hartzine ! Could you introduce it to us?

Voici quelques morceaux. Je pense qu'ils sont fantastiques.

Here are some songs I think are incredible.

Traduction : Simone Apocalypse

Mixtape


(DL)
01. Mark Kozelek - Up To My Neck In You
02. Slowdive - Alison
03. Williams, Lucinda - Are You Alright?
04. A Grave With No Name - Silver
05. Sparklehorse - Sea Of Teeth
06. Video Nasties - Stay Home
07. Pure X - Twisted Mirror
08. Smog - Ex-con
09. Lambchop - Being Tyler
10. Porcelain Raft - Backwords

Vidéo


Winter Family l'interview + chronique

Je ne suis jamais allé à Jérusalem, pourtant j’ai l’impression de connaître cette ville. Simon Finn fut mon premier guide en 2007 lors d'un concert aux Voûtes à Paris, et aujourd'hui c'est avec Ruth Rosenthal et Xavier Klaine, ce couple qui forme Winter Family, que je me perds dans Jérusalem.

Winter Family me fascine par son regard lucide et intransigeant sur la politique d'Israël. L'émotion et la tension présentes de bout en bout me consument, dans les instruments, le mixage des prières ou des sirènes, dans la voix grave et tendue de Ruth. Car les Winter Family conçoivent leur travail comme un tout, cristallisant intelligence, esprit et humanité pour atteindre un résultat musical sensoriel extraordinaire de précision et de sens, de vérité et de beauté. Les drones (sons tournoyants) élevés par des orgues puissants, hamonium, et field recording (enregistrements de sons d'ambiances additionnels de lieux omniprésents) plantent un décor sculpté par Xavier, à la frontière du documentaire autobiographique et du conte.Ruth, habitée, bouleversante, est le personnage principal, le narrateur et la voix off de cette œuvre terrestre et magnétique qui nous rappelle aussi bien Les Ailes du Désir, qu'Hiroshima mon Amour. Elle ne chante pas, mais incarne et porte Red Sugar vers la performance théâtrale. Ce n'est donc pas un hasard s'ils ont monté aussi cette année Jerusalem Plomb Durci, une extension de leur travail musical dans une pièce de théâtre contemporain. L'utilisation du field recording et notamment les enregistrements de prières créent des ponts entre chaque morceau, faisant de cet album un parcours sonore que je préfère ne pas tenter de rendre dans cette chronique pour éviter de le spoiler. Ruth a bien voulu répondre à quelques questions qui s'imposaient après les écoutes obsédantes de Red Sugar.

Winter Family sera en concert le 1er novembre au Point Ephémère. L'album Red Sugar est disponible chez Ici d'ailleurs. Xavier à Paris, et Ruth en duplex à Jérusalem, ont présenté leur travail à l'antenne de France Culture dans l'émission L'atelier du son de Thomas Baumgartner.

 

Winter Family l'interview

Je vous ai vus en 2009 lors de la Nuit Curieuse programmée par Dominique A à la Ferme du Buisson. C'était il y a deux ans exactement. L'album aurait dû sortir en début d'année 2010 et il a finalement vu le jour cette année. Pourquoi avoir attendu aussi longtemps ?
I saw your show in 2009, at the occasion of the Nuit Curieuse festival curated by Dominique A at the Ferme du Buisson. It was precisely 2 years ago, and the album should have been released in early 2010 but it finally came out this year. Why have you been waiting so long?

C'est la faute de cette année-là, pas la nôtre. On n'avait même pas remarqué qu'autant de temps s'était écoulé... Mais j'imagine que notre vie quotidienne, nos voyages et le fait que nous travaillions alors sur notre spectacle de théâtre et d'autres projets en 2010 ont retardé la sortie de l'album jusqu'à aujourd'hui. Aussi, il y a dans cet album des morceaux sur lesquels on a travaillé pendant quatre ans, ils ont grandi avec nous... D'autres morceaux au contraire ont été faits très récemment et très rapidement.

It's the year's fault, not ours. We didn't even noticed so much time have passed... But I guess our daily life and travels and the fact we were working on our theatre show and other stuff during 2010 are part of the reasons why the album was waiting until now. But also, in this album there are tracks that we worked on during 4 years, they grew with us... Some other songs were done very lately and fast.

Qui a mixé l'album ?
Who mixed the album?

Xavier.

Vous vous êtes rencontrés en 2005, vous vivez depuis en couple, vous avez vécu en France, et maintenant vous résidez à New-York. Qu'est ce qui vous a poussés à quitter Paris pour la Grosse Pomme ?
You met in 2005 and have been living as a couple since. You had been living in France before you moved to New York. What impelled you to leave Paris for the Big Apple?

L'aventure... New-York nous a apporté quelque chose de différent. Nous habitons à Crown Heights, le quartier caribéen de Brooklyn, et la vie y est extrême. On travaille sur les morceaux de notre prochain disque et on recueille des idées pour notre prochain spectacle de théâtre.

The adventure... NYC gave us something different. We live in Crown Heights, the Caribbean neighborhood of Brooklyn, and life here is extreme. We work on the songs for our next album and collect ideas for our next theatre show.

Pourquoi avez-vous décidé de vous installer à Crown Heights, tristement connu pour ses émeutes, et en quoi la vie est-elle extrême là-bas ?
Why have you decided to move to Crown Heights, infamous for its riots? And why is life extreme out there?

On est arrivé dans ce coin par hasard mais on l'a adoré tout de suite. C'est réel et vivant. Ce quartier est extrême à plusieurs niveaux, pour les gens qui viennent chercher de la méthadone dans le centre juste en bas de chez nous, pour les dealers de drogues et de médicaments, extrême pour le volume de la musique dans les block parties ou dans les arrière-cours, extrême à cause des 34 morts dans le voisinage rien que le mois dernier, extrême par sa puissance.

We arrived to that hood by chance but loved it from the very first moment. It's real and alive. It's extreme by any degree, people coming to the methadone center just under our place, dealers of drugs and medications, extreme with the volume of the music in block parties or in the backyards, extreme with 34 dead people in the hood last month only, extreme with its power.

Retournez-vous toujours aussi régulièrement en Israël ?
Do you still go back to Israel on a regular basis?

Oui.

Yes.

Vous avez enregistré une partie de l'album dans une ferme isolée de la Sarthe où vous avez reçu beaucoup de personnes qui ont collaboré à Red Sugar. Quels souvenirs gardez-vous de cette période ?
You recorded the album in a solitary farm in the Sarthe area where you greeted a lot of people who collaborated on Red Sugar. What memories do you keep from that period?

Nous avons vécu aux Ruelles (une ferme) pendant deux ans, juste à la limite de la Forêt de Bercé, réputée sacrée. Nos seuls voisins étaient les ânes qui, chaque soir, emplissaient la vallée de leurs braiments. C'était une très belle période, de travailler sur l'album dans cette ferme et avec nos amis qui venaient de temps en temps nous rendre visite : Norsola (Godspeed You! Black Emperor) est venu de Montréal avec son violoncelle, Fabien, avec sa basse du XVIIIe siècle, Olive avec ses cymbales, et d'autres. Cueillir des fruits et des légumes dans le jardin, enregistrer, couper du bois pour le feu et voir notre fille apprendre à marcher sur le sol de la forêt, ça sonne presque idyllique. Et ça l'était presque.
Mais ce disque a aussi été enregistré dans les rues de Jérusalem, au TCI de Paris (Théâtre de la Cité Internationale, ndt), dans une petite cabane sur Omaha Beach et dans une église à Maxeville.

We stayed in Les Ruelles (that farm) for two years, just on the edge of the sacred Forêt de Bercé. The only neighbours were the donkeys, which, every evening, ventilate the valley with their shout. It was a beautiful period. Working on the album in the farm and with friends coming occasionally and sitting in : Norsola (from Godspeed) came with her cello from Montreal, Fabien with his bass from the 18th century, Olive with his cymbals and others. Picking fruits, vegetables from the garden, recording, cutting wood for fire and seeing our daughter start walking on the forest's soil, it almost sounds idyllic. Well...it almost was.
But this album was also recorded in the streets of Jerusalem, in the TCI in Paris, in a tiny cabane on Omaha Beach and in the church of Maxeville.

Ruth, tu m'avais dit que tu n'étais pas inspirée par la musique mais plus par la vie d'une manière générale, et ta vision du monde s'exprime à travers tes textes très politiques. Pourrais-tu expliquer aux Français qui, comme moi, ne sont pas doués en anglais, la teneur de ces textes ?
Ruth, you told me that you weren't inspired by the music but by life in general, your very political lyrics express your conception of the world. Could you explain to French people who might not be fluent in English the meaning of your texts?

C'est difficile à dire. Mes textes expriment ma vision du monde. D'un côté, le monde extérieur, saturé, au bord de l'apocalypse, incarné sur l'album par Jérusalem, ma ville, qui est maltraitée par ses habitants mais qui existe à tellement d'autres niveaux. Et de l'autre côté, le monde privé, une famille, la naissance de ma fille et l'isolement de la ferme.

It's hard to say. My texts are my expression of the world. On one hand, the world of the outside, saturated, on the edge of an apocalypse, incarnated in the album by Jerusalem, my city that is sick by his men. But exists in so many other levels of life. And the other world, the private one, a family, giving birth to my daughter and the isolation in the farm.

Xavier, tu as des bases classiques, mais ta musique ne répond à aucune règle. Y a-t-il pour toi un référence majeure qui t'aurait ouvert cette direction dans ta musique ?
Xavier, you have a classical background but your music doesn't follow any rule. Do you have a role model?

DIEU mon fils.

GOD my son.

Cette rencontre entre la musique et les textes a-t-elle été longue à mettre au point ?
Was the adjustment between the music and the lyrics a long process?

Non. C'est de cette manière que l'on s'est rencontré et de cette manière que l'on vit, c'est notre dialogue naturel.

No. It's how we met and how we live, our natural dialogue.

De quelle manière cette symbiose évolue-t-elle ?
How does this symbiosis evolve?

Comme la vie.

Like life.

Les émotions générées dans votre musique prennent une dimension spirituelle lorsque vous vous produisez dans les églises. Ruth, quand tu chantes dans le micro du prêtre, que ressens-tu ? Et toi Xavier, à l'orgue ?
The emotions produced by your music take a spiritual level when you play live in churches. Ruth, what do you feel when you sing in the priest microphone? And you Xavier,when you play the organ?

Xavier pense à sa grand-mère et à combien ça l'aurait amusée de le voir jouer de l'orgue. C'est aussi une expérience corporelle à cause des vibrations de l'orgue à travers la pierre. Il aime rester des heures dans des églises de tous les pays et passer des heures seul à jouer des drones sur l'orgue. J'aime simplement utiliser un bel espace, rempli d'énergie et de la foi des gens depuis des siècles, juste pour mon plaisir. Peut-être que la dimension spirituelle vient de la rencontre de ces deux approches différentes.

Xavier thinks of his grandmother and how much it would have amuse her to see him on the organ. It's a corporal trip as well with all the organ's vibrations through the stone. He likes staying hours in churches in different states and hours playing drones on the organ for himself. I (Ruth) just enjoy using this beautiful place, filled with energy and people's belief since centuries, for my own fun. Maybe the spiritual dimension just comes from the meeting of these two different approaches.

Les concerts sont-ils difficiles à produire ou pourriez-vous jouer chaque soir comme un groupe de rock ?
Are shows more complicated to produce or could you play every night like a regular rock'n'roll band?

C'est plus compliqué dans les églises (on a besoin d'en parler avec le prêtre, d'émouvoir l'organiste, etc.) mais dans les salles normales, on pourrait jouer tous les soirs.

In churches it's more complicated (need to speak to the priest, to move the heart of the organist, etc.) but in venues we could play each evening.

On décrit souvent votre musique comme une cérémonie, vous avez chacun un rituel précis. Comme sur l'album, l'ordre des chansons est pensé lors de vos concerts. Les chansons s'enchaînent, c'est un univers qui se déploie devant l'auditeur. Qu'est-ce-qui vous a poussés à créer cette expérience intense avec le public ?
Your music is often described as a ceremony, each of you following a specific ritual. The set list is considered as much as the track listing on your record. The songs follow one another. It's a whole universe. What made you create such a hard experience for the audience?

On n'essaie pas de rendre l'expérience difficile pour le public. C'est juste qu'on ne voit pas l'utilité de s'arrêter entre chaque morceau pour demander au public comment il va... ou peut-être qu'on est simplement trop timides... Notre musique n'est pas des plus joyeuses. Mais oui, il me semble que l'on considère notre album et nos concerts comme un tout. On travaille désormais sur notre troisième album, ce sera de la salsa.

We don't try to make it hard for the public. We just don't see the use of stopping after each song and asking our public how is he doing...or maybe we're just too shy... Our music is not the gayest one. But yes, I guess we consider our album and show as a whole. We're working now on our third album, it will be salsa.

J'ai été troublé par la façon dont vous mélangez dans vos enregistrements la religion et la tension musicale. Dans Red Sugar l'intervention du muezzin, dans Dancing in the Sun cette prêcheuse, Tea and Lies with Theodor et sa chorale d'enfants. Peut-on avoir des précisons sur ces enregistrements, et leur place respective dans les morceaux que je cite ?
I had been touched by the way you mix religion and musical tension in your recordings. Mezzin in Red Sugar, the preacher in Dancing in the Sun, the children's choir in Tea And Lies With Theodor. Could you give us more details on these sounds and their role in the songs above-named?

Nous avons enregistré ces sons dans les rues de Jérusalem : le muezzin de Red Sugar, le prêcheur de Dancing in the Sun est John C. Hagee lors d'une énorme manifestation des "Christians For Israel" à Jérusalem avec des centaines d'Américains. Dans Tea and Lies with Theodor, il y a plusieurs sons de sirènes (les sirènes de shabbat, de commémoration, ou celles d'exercices militaires) et une chanson du mémorial de la Shoah (Mémorial de Yad Vashem). Dans tous ces morceaux, les enregistrements jouent un rôle significatif du point de vue du sens de la chanson et de sa texture.

Those sounds were recorded by us in the streets of Jerusalem: Mezzin in Red Sugar, the preacher in Dancing in the Sun is John C. Hagee in a huge demonstration of 'Christians for Israel' in Jerusalem with hundreds of Americans. In Tea and Lies there are several sounds of sirens (sirens for shabat, for comemoration and for a military exercices) and song from the museum of Shoa (Yad Vashem).In all those tracks the sounds play a meaningful role in the sense of the song and its texture.

Le morceau Come marque une pause après Red Sugar. On entend un bébé. J'imagine que ce morceau s'adresse à votre fille ?
The song Come comes as a pause after Red Sugar, we can hear a baby, I guess this song is dedicated to your daughter?

Oui.

Yes.

Comment êtes-vous arrivés à cette pratique du field recording ? Est-ce une pratique exigeante et en quoi modifie-t-elle votre travail ?
How did you come to the field recording technique? Is it a demanding technique and how does it affect your work?

Xavier fait des enregistrements depuis des années maintenant. Il se promène avec ses deux micros statiques. Forcément, il a fait beaucoup d'enregistrements qui peuvent être en rapport avec des sujets politiques puisque c'est ce qui nous intéresse.

Xavier have been recording since years now. Walking around with his couple of static mics. Naturally he has been recording a lot of sounds that could be connected with political subjects since that's what interests us.

La pièce de théâtre que vous avez écrite, Jerusalem Plomb Durci, répond-elle à une envie de pousser cette expérience encore plus loin ?
Does the play you wrote, Jerusalem Plomb Durci, correspond to a desire of pursuing this experience further?

Pas plus loin mais simplement en utilisant un autre média. Celui qui correspond à ce que l'on veut dire. On avait besoin de montrer, de répéter et de traduire les procédures utilisées par le régime israélien sur sa propre population. On essaie de proposer une vision de la société israélienne dans ce que l'on appelle la "dictature émotionnelle".

Not further but just with a different media. The one that the material demand for. We needed to show, repeat and translate the procedures used by the Israeli regime on its own population. We try to propose a vision of the Israeli society in what we call the 'emotional dictatorship'.

Pensez-vous que votre spectacle pourrait être censuré si vous deviez le jouer à Jérusalem ?
Do you believe your shows would be censured if you had to play in Jerusalem?

Si tu parles des concerts, on a déjà joué à plusieurs reprises en Israël. Si tu parles de la pièce Jerusalem Plomb Durci, ça m'étonnerait qu'elle soit censurée, mais je ne sais pas... J'ai l'impression que le public en Israël n'a pas envie que les artistes le ramènent à la réalité. D'un côté, ils en ont marre de ces sujets, de l'autre ne pas vouloir en entendre parler revient à les ignorer, ce qui est pire évidemment. Enfin...

If you speak about the concert, we performed several time already in Israel. If you speak about the theater show 'Jerusalem Plomb Durci', i don't think it will be censured, don't know. I have a feeling that the public in Israel don't want artists to remind them reality. On one hand they are fed up by these subjects, on the other hand from not wanting to know they just ignore it which is of course worse. Anyway.

Le cinéma ou le documentaire sont-ils aussi des médias qui pourraient un jour embrasser la musique et les textes de Winter Family ?
Could Winter Family's words and music ever fit with medias such as cinema or documentaries?

On y pense.

We are flirting with this idea.

Traduction : Marie-Eva Marcouyeux

Audio

Vidéo


LED ER EST l'interview

Ok, je ne vais pas le nier, j’étais prévenu. Les mecs de LED ER EST sont certes de très grands musiciens, mais ont pour réputation de ne pas avoir la presse facile. Je l’apprendrais à mes dépens, poussé par le vice de la curiosité de connaître un peu mieux ces trois loustics dont l’adulation est aussi grandissante que le mystère qui s’épaissit autour d’eux. L’interview la plus brève du monde, c’est ici… Et leur dernier clip en dessous.

D’où vient votre nom, LED ER EST ?
Where does your name, LED ER EST, come from?

Shawn : Liquid Ethanol Dioxide Error EST.

Votre première sortie date de 2008. Que faisiez-vous avant ?
Your first EP was released in 2008. What did you do before?

Une partie de nos anciens enregistrements est compilée sur édition limitée K7 sortie sur Throaning Tapes.

A bunch of the earlier recordings are compiled on a limited cassette from Throaning Tapes.

Votre musique allie coldwave et synth-pop sans qu’auncun genre ne se rencontre. Comment définiriez-vous le son LED ER EST ? 
Your music is between coldwave and synth-pop but never mixed together. How do you define the LED ER EST sound?

On essaye de mélanger différents genres mais c’est un constant processus entre nos goûts et notre manière d’appréhender la musique. On n’entre pas en studio avec des idées préconçues ou un son en tête en particulier, ça dépend plus de l’humeur, de l’expérimentation et du taux d’alcoolémie.

We try to mix many different genres but it is a constant process of negotiating between our different approaches to music making and tastes. We don't into the studio with a preconceived notion of how things should sound, it's based more on mood, experimentation, and alcohol intake.

Quel groupe vous a influencé auparavant ? 
Which band influenced you before?

The Doors.

The Doors.

Vous êtes passés par pas mal de labels. Pensez-vous avoir trouvé la stabilité que vous recherchiez sur Captured Tracks ?
You worked with several label before. Do you think  you have found stabibilty with Captured Tracks?

Je pense que nous sortirons probablement quelque chose sur Captured Tracks dans le futur, mais notre prochain album sortira sur Sacred Bones.

We will probably release on Captured Tracks again at some point in the future, but our next LP will be released on Sacred Bones.

Parlez-nous de votre nouvel EP, May. On peut y entendre l’excellent Lonesome XOXO, déjà présent sur votre split avec Avant-Garde. A quoi doit-on s’attendre ? 
Talk to us about your new EP, May. We can listen to the excellent track Lonesome XOXO, already on the split with Avant-Garde.  What can we expect about it?

La nouvelle version de Lonesome XOXO est différente. May dans son intégralité est assez diversifié, une vitrine de nos sensibilités pop autant que de celles beaucoup plus sombres.

The new version of Lonesome XOXO is different. The May EP as a whole is quite diverse, and showcases our pop sensibilities as well as our darker proclivities.

May est-il un avant-goût de votre prochain album ?
May is it a fisrt taste before the a new album?

Les chansons de May démontrent une nouvelle direction, mais notre prochain album explorera de nouveaux territoires puisque nous jouerons avec une vaste palette d’instruments et de textures. Nous commencerons l’enregistrement ce mois-ci entre New-York et aussi Ithaca, dans la ferme d’Owen.

The songs on May hint at a new direction, but our next LP will explore new territory in that we will be playing with a greater variety of instruments and textures. We will begin recording this month here in NYC and also in Ithaca, NY at a farm house that Owen has been living in.

Que pensez-vous de cette nouvelle scène minimal-wave, dans laquelle on vous a semble-t-il catalogués ?
What do you think about the new minimal wave stage which you belong to?

Nous ressentons ce retour à la mode d’utilisation de synthétiseurs analogiques et d’ordinateurs par tous ces nouveaux groupes, c'est génial et excitant. Tous les ranger sous des des termes comme minimal-synth ou minimal-wave est réducteur et souvent innaproprié.

We feel that the proliferation of contemporary bands utilizing analog synthesizers and hardware in a live fashion is awesome and exciting. To lump them all under the term minimal synth or minimal wave is limiting and often inaccurate.  

Êtes-vous proches de musiciens de cette vague ?
Are you close friend with others minimal wave bands?

On est potes avec plein de groupes et de musiciens qu’on adore, par exemple : SSPS, Death Domain, Mazing Vids, Epee Du Bois, Xeno + Oaklander, Staccato Du Mal, Frank Just Frank, Automelodi, GalaxyToobin', Professor Genius, Steve Moore, Innergaze, Sleep Museum, MartialCanterel, Blank Dogs, TENSE, Medio Mutante, YOU., Transient sun, Neud Photo, Nine Circles, Martin Lloyd, Newclear Waves, Plug, Cult of Youth, Light Asylum, Dream Affair, Modra, , Silk Flowers, Forma, et d’autres…

We're good friends with a lot of bands and musicians we love, including; SSPS, Death Domain, Mazing Vids, Epee Du Bois, Xeno + Oaklander, Staccato Du Mal, Frank Just Frank, Automelodi, Galaxy Toobin', Professor Genius, Steve Moore, Innergaze, Sleep Museum, Martial Canterel, Blank Dogs, TENSE, Medio Mutante, YOU., Transient sun, Neud Photo, Nine Circles, Martin Lloyd, Newclear Waves, Plug, Cult of Youth, Light Asylum, Dream Affair, Modra, Pharmakon, Silk Flowers, Forma, and others...

Vous êtes assez discrets en Europe. Vous verra-t-on bientôt sur scène en France ?
You are quite discreet in Europa. Will we see you soon on stage in France?

Oui, on aimerait venir cet automne ou cet hiver.

Yes, we would like to come this fall or winter.

Vidéo


Class B Band l'interview

Class B Band sort de l'ombre, cette année, avec son album sur Wagon Repair, Movie T. Derrière ce nom se cachent Beatmaster G, considéré comme un des meilleurs beatboxers sur la planète - il a joué aux cotés d' Afrika Bambaataa, Talib Kweli, Danny Tenaglia, DJ Hype ou encore Scratch Perverts - et Bea Tricks, DJ, qui depuis six ans tourne avec les Dollz at Play... Rien ne laissait présager que ce duo hispanique allait délivrer un album techno de haute volée. Explications avec Beatmaster G.

Comment est né ce projet ? Que souhaitiez-vous explorer avec ?
How was this project concieved? What did you want to explore?

Nous nous sommes rencontrés dans un restaurant de sushi. On a été présenté par notre ami commun, Pepito Grillo, qui était persuadé que nous devions réunir nos forces pour "créer". Il avait raison ! Un mois et demi plus tard, nous avions fini notre premier EP, Be at Risk, que Wagon Repair (le label de Mathew Jonson) a reçu à bras ouverts et qui a atteint le statut "Top Tune" décerné par IDJ Magazine. Nous partageons une vision de la musique et nous nous amusons à en faire. C'est un partenariat qui vaut le coup d'être exploré.

We met at a sushi restaurant. We were introduced by our mutual friend Pepito Grillo, who was convinced we had to unite forces to “create”. He was right! A month and a half later we had accomplished our first EP “Be At Risk” that Wagon Repair received with their arms wide open and that achieved the “Top Tune” status awarded by IDJ magazine. We share a vision of music and we have the extraordinary skill of being able to have fun whilst we make it, so its a partnership worthy of exploring!

Comment produisez-vous les morceaux à deux ? Qui fait quoi ?
How did you two produced tracks? Who's doing what?

Nous produisons nos tracks aux Tracknotic Studios à Ibiza en utilisant une combinaison de hardware et de plugins de Logic et Protools. Nous utilisons la flexibilité des VST et le son si particulier de certains vieux synthés... Ça peut varier d'un Casio cheesy à un Virus graveleux. De temps en temps, des intruments live comme une guitare ou un piano et le plus souvent le beatbox et la voix. Il n'y a pas de rôle prédéfini. Nous piochons aussi dans de vieux samples... et en échangeant des idées que nous ne prenons pas très au sérieux.

We produce our tracks at Tracknotic Studios in Ibiza using a combination or Hardware and Plugins in a Logic and Protools environment. We extract the flexibility of VST's and the analogue character of some old Synths that we have... it can range from a cheesy Casio to a gritty Virus. Sometimes we use live elements like Guitars and Piano and more often Beatbox and Vocals. There is no set role for either of us in any case. We will also dig for old samples together and bounce ideas of each other whilst laughing about it all!

Dans votre bio, vous faites référence aux "films d'horreur des années 80 et aux films d'espion de séries B, Quentin Tarantino, un androïde, un mexicain saoul, une dose d'humour noir, la SF et les anti-héros". La pochette de l'album ressemble à une couverture de comic. A quel niveau les autres formes d'arts influencent-elles votre musique ?
On your biography you're refering to "favourite 80’s horror and spy B movies, Quentin Tarantino, Elvis, an android, a drunk Mexican, a dose of dark humour, Sci-fi and anti-hero" The cover of Movie T looks like a comic's cover. How can other forms of art influence your music?

Nous avons des goûts variés concernant la musique ou toute autre forme d'art... Notre processus de création est intimement lié à nos goûts en matière d'art visuel ou littéraire. Par exemple, notre track Chale Guindas est né d'un brainstorming entre Une Nuit en Enfer de Tarantino et l'expérience de Bea au Mexique, en passant par certains de nos comics préférés des années 80... Nous faisons toujours des mises en scènes et des histoires comme des scénarii, que nous exprimons ensuite au travers de la musique. Notre album Movie T (d'où le nom) a été entièrement conçu de cette manière... chaque morceau est une scène avec ses influences et son histoire.

We have very varied tastes when it comes to music and anything artistic or creative... Our creative process is very intimately related to our tastes in visual and literary content. For instance, our track "Chale Guindas" originated from a brainstorm that took us from Quentin Tarantino's "From Dusk til Dawn" to Bea's experiences in Mexico, and passing by some of our favourite comics of the 80's...We always set up a scene and movie-like story, that we then express in a musical format. Our Album "Movie-T" (hence the name) was created entirely in this way... where every track is a different scene with a different influence and story behind it.

Comment se déroulent vos lives ?
How do your live shows take place?

Beat Tricks mixe une sélection de nos tracks tandis que j'ajoute les voix en direct ainsi que du beatboxing, des effets et du synthé pour finaliser les morceaux. C'est basé sur 100% de nos tracks. Les "Class B Band DJ Sets" sont des mixes par Bea Tricks, où elle mixe nos tracks aux cotés du meilleur de la musique actuelle. Une chose est certaine... dans un monde de clones, on essaie de faire notre propre truc ! Tu peux toujours t'attendre un set éclectique.

Bea Tricks mixes a selection of our tracks and taylor made remixes whilst Beatmaster G add's live vocals, beatbox, FX and Synth parts to complete the tracks. It's set which consists of 100% of our own music. The "Class B Band Dj Set" is performed by Bea Tricks where she will mix a selection of our tracks alongside some of the best music out there. One thing is for sure... In a world of clones we try to present our own thing! So you can always expect an eclectic dj set.

Vous avez signé sur le label de Mathew Jonson, Wagon Repair. Comment ça s'est passé ?
You have signed on Mathew Jonson label Wagon Repair. How did this happen?

Très très bien ! C'est comme travailler avec des amis... toujours à l'écoute. Nous les remercions souvent de nous avoir donné la chance de sortir notre musique et d'avoir une entière liberté. Mathew, Adam, Konrad et Nathan sont de bons amis et nous espérons sortir nos futurs projets chez eux... Ils sont une excellente équipe !

Very Well! Signing our work with Wagon Repair has been like working amongst friends... always helpful and appreciative for our collaboration. We'll always thank them for giving us a chance to release our tracks and for giving us creative freedom with our project. Mathew, Adam , Konrad and Nathan are good friends and we hope to release future projects with them... They're a great team!

Vous venez de sortir un maxi sur le label My Favorite Robot. Vous pouvez nous en dire plus ?
You released an EP on My Favorite Robot. Can you tell us more about it?

L'EP Strange Wolves est le style de projet que nous souhaitions faire après l'album sur Wagon Repair. Pour nous, il est dans la continuité de nos précédentes sorties, mais peut-être plus taillé pour My Favorite Robot et pour les DJ... Chords & Knives est plus tech-house, plus "peak time" avec moins de voix, contrairement à Strange Wolves qui contient une bonne dose d'années 80 ainsi que notre "spooky touch" à la Movie T. Nous avons de bonnes critiques à son sujet... Les deux remixes qui sont des tueries par Darabi et Dead Seal ne sont en aucun cas à laisser de côté !

Strange Wolves EP was the type of project that we wanted to do after the release of our full length Album on Wagon Repair. In our opinion it follows the style of our previous releases but its perhaps a little more taylor made for My Favourite Robot and for mixing needs of fellow DJ's... Chord's & Knives is more tech-house and a club track to be played at a peak time of a set and a lot less "vocal" driven than Strange Wolves which contains a high dose 80's nostalgia and our favourite spooky touches a'la Movie-T. It is getting really good reviews... The two killer remixes by Darabi and Dead Seal shouldn't be missed!

Vos futurs projets ?
Any futur projects?

Nous produisons de nouveaux tracks qui devraient voir le jour d'ici 2012, et quelques lives.

We are making new tracks that will hopefully be released early 2012 and we're doing shows.


HTRK l'interview

Alors encore en trio, HTRK a été vu plus d’une fois en première partie de groupes indé au public assez large. Les réactions valaient la peine d’être observées. En 2009, le Nouveau Casino affichait salle comble pour les techno-shoegazers Fuck Buttons, et les trois Australiens à la nonchalance inimitable dispensent en ouverture leurs slows synthétiques malsains baignés dans la disto à un public dubitatif mais, aussi, en avant-plan, à une rangée de 7 ou 8 fans dont certains avaient quand même prévu du poppers. Bon esprit. À Londres, à la fin de la même année, The Horrors, alors au sommet de leur stardom, venaient clore leur tournée mondiale auprès de leur public d’origine dans un Kentisch Town Forum à guichets fermés. Amis du groupe, HTRK ouvre la soirée sur une note léthargique dont ils ont bien le secret, Jonnine Standish verre de vin rouge à la main, et les deux autres vaguement affairés à leurs pédales d’effets. Dans la fosse, la foule se partage entre spectateurs médusés et d’autres carrément irrités. On entendra, de la part d’un lad bien local, “that’s the worst shit I’ve ever heard in my life”.

On ne peut pas lui en vouloir. HTRK ne s’adresse pas à tout le monde, même si le groupe lui-même se perçoit comme très accessible et spontané. Les vagues de torpeur, la sensualité létale et l’ennui suintant que déversent ces exilés à Londres ne sont pas forcément des sensations que chacun souhaite - ou peut - ressentir. Cette indolence, elle semble également se retrouver dans la dynamique du groupe, qui existe depuis 2003 mais a toujours mis beaucoup de temps pour concevoir et publier chacun de ses méfaits (un EP, un mini-album, et enfin un véritable LP). Néanmoins, les 8 titres de Marry Me Tonight, sortis sur le tard en 2009 par Blast First Petite, valaient plus en charisme et en séduction que quoi que ce soit cette année-là. Encore portés par une lame de fond noise que le groupe a désormais estompé, ils suggéraient une chute lente, quelque part entre la déchéance molle du Nightclubbing d'Iggy Pop & Bowie et les coïts désespérés du Crash de Ballard, teintés d'un romantisme saignant, fatal, propre à eux.

Mais malgré sa désinvolture, HTRK est un groupe qui a une vision unique et forte et la met en pratique avec une économie remarquable d'éléments : une TR-808 en slow-motion, quelques nappes bien senties, et la voix distante mais pénétrante de Jonnine Standish. Le trio, réduit à l'état de duo lorsque son bassiste et membre fondateur Sean Stewart s'est suicidé en mars 2010, a atteint sa quintessence avec ce Work (Work, Work) (lire) qui aura mis trois ans à voir le jour. Comme purgés par le deuil, les deux membres restants de l'entité se sont focalisés sur des sensations et des thèmes très spécifiques ("abusive push-pull romance", "manipulation", "corporate sleaze", "orgy", pour ne citer qu'eux) pour optimiser l'efficacité de leur musique. La langueur venimeuse et les grooves lancinants d'HTRK procurent désormais des frissons et une sensation d'abandon plus enivrants que jamais et que l'on aurait du mal à comparer avec qui que ce soit.
Dans des termes bien choisis, Nigel Yang nous éclaire sur les intentions bien singulières du duo.

En concert à Paris au Point Éphémère le 1er novembre.

Still a trio by then, HTRK has been seen several times opening for rather popular indie bands. The reactions were worth seeing. In 2009, the Nouveau Casino in Paris was fully filled for a gig by techno-shoegazers Fuck Buttons. The inimitably nonchalant Australians dispensed their sick synthetic slows bathed in distortions to a doubtful audience but also, in the front row, to a tiny group of 7 or 8 fans, some of whom had provided themselves with poppers for good measure. Good spirit, indeed. In London by the end of that same year, The Horrors, then at the climax of their stardom, ended a worldwide tour in a last sold-out date at the Kentish Town Forum. As friends of the band, HTRK opened the night on a lethargic note like they have knack for doing it, Jonnine Standish standing up with her glass of red wine and the other two fiddling about their pedals. The crowd divided into a weirdly mesmerized half and another highly irritated one. A typically local lad was heard saying: "that's the worst shit I've ever heard in my life".

But we can't blame him. HTRK is not meant for everyone, even if the band thinks of itself as quite accessible and spontaneous. The waves of torpor, the lethal sensuality and sweating boredom that these exiles in London are pouring out aren't necessarily sensations that everybody wants - or is able - to feel. This indolence can also be found in the very dynamics of the band that is operational since 2003 but always took ages to release any of their misdeeds (one EP, one mini-album, and finally a real LP). Nevertheless, the eight tracks on Marry Me Tonight, released at last in 2009 on Blast First Petite, were worth more in charisma and seduction than anything that came out that year. Still carried by a noise-rock tidal wave that the group has now shaded off, they suggested a slow fall, somewhere between the sluggish decay of Bowie & Pop's "Nightclubbing" and a desperate coitus from Ballard's Crash, tinged with a bleeding, fatal romanticism of their own.

But in spite of their casualness, HTRK has a unique and strong vision that they put into practice with a remarkable economy of elements: one TR-808 on slow-motion, a couple of well-inspired synth layers, and Jonnine Standish's distant but penetrating vocals. The trio, now reduced to a duo since their bassist and founding member Sean Stewart committed suicide in March 2010, has reached their quintessence with Work (work, work), an album that took three years to see the light of day. As if purged by mourning, the two remaining members of the entity have focused on quite specific sensations and themes ("abusive push-pull romance", "manipulation", "corporate sleaze", "orgy", among others) to optimize the efficiency of their music. The sense of loss and the erotic shivers that their venomous languor and nagging grooves usually offer are now more intoxicating than ever and can hardly be compared to anything around.

In well-chosen terms, Nigel Yang enlightens us about the singular intentions of the duo.

Quelles ont été les conséquences du Suicide de Sean Stewart ? Continuer le groupe en tant que tel était-il un choix qui s'est imposé naturellement ?
What have been the consequences of Sean's suicide and is it something that you somehow foresaw? Was keeping the band going a self-evident decision to make?

Des choses assez étranges se sont passées avant la mort de Sean mais ça a cependant été une surprise et un choc absolus. Il était cohérent de finir l'album qu'on avait prévu de faire depuis si longtemps. L'année 2010 a été extrêmement intense. On était lessivés après l'enterrement en Australie, mais à notre retour à Londres on s'est directement mis à enregistrer le disque et ça nous a donné l'énergie de continuer.

Some strange things happened right before Sean died but it still came as a complete surprise and shock. It made sense to finish the album that we had been talking about doing for so many years. That whole year, 2010, was really intense. We were exhausted after the funeral in Australia, but when we got back to London and started making the record in the studio, it gave us this energy to continue on with the band.

Par conséquent, quel était l'était d'esprit pendant la conception de Work (Work, Work) ?
Therefore, what was the mood during the making of Work (Work, Work)?

On pensait énormément à Sean, ça devenait légèrement obsessionnel. On y pensait constamment, mais de plein de façons différentes - parfois de manière très dépassionnée. On a passé beaucoup de temps à enquêter sur ses centres d'intérêts, ses goûts, à lire ses livres préférés, à élucider sa sexualité, tout en en faisant un obscur (ou le plus obscur) objet du désir… Musicalement nous avons été très spontanés et travaillions très rapidement en studio. On avait prévu de finir l'album à la mi-été, ce qui s'est passé, et tout était très clair pour nous. J'étais incroyablement satisfait d'avoir transformé nos émotions et notre tristesse quelque peu délirante en un album. C'était à la fois tragique et très beau, et je ne pense pas ressentir un jour une telle sensation d'allégresse.

Thinking a lot about Sean. Slightly obsessive. Really thinking about him a lot, but in many different ways - quite dispassionately at times. A lot of time spent investigating his interests and tastes, reading his favourite books (see his myspace page - siamscream), unravelling his sexuality, turning him into an obscure (the obscurest) object of desire... musically we were very spontaneous and worked quite quickly in the studio. We had planned to get the album recording finished by summer solstice, of all days, which we did, and everything was very, very clear. I was incredibly happy to have turned our emotions and somewhat delirious sadness into an album. It felt really tragic and beautiful, I don’t think I will ever experience that kind of bittersweet elation ever again.

Pourquoi l'album a-t-il donc été si long à finir et à sortir ?
How come the album's been that long to complete and release?

Pour diverses raisons. Comme le fait de vivre séparément, ou d'être, d'après les termes de Sean, "pas doués pour vivre".

Various reasons, like living apart, or being, in Sean's words, "bad at life".


L'agression électrique est un peu mise en sourdine sur ce nouvel album, et votre vocabulaire semble réduit à l'essentiel pour atteindre une efficacité parfaite. Quelle était l'approche ?
It seems like you've played down a bit the electric aggression on "Work", and stripped down your vocabulary even more to reach a perfect efficiency, was that the approach?

Nous cherchions à faire de ce disque quelque chose que l'on puisse écouter interminablement. Pour ce faire, on a pris la décision d'aplanir la dynamique, les émotions, et même notre présence. C'est une idée empruntée à Robert Bresson, l'un de nos réalisateurs et penseurs préférés. Ainsi nous avons traité chaque morceau comme une scène de film, aucun morceau ne prévaut sur les autres, il n'y a pas de "single". Pour nous, ils sont chacun des blocs de force et poids égaux qui font vraiment sens quand ils sont en relation. La plupart ont été enregistrés en une seule prise, et j'ai choisi une approche "anti-développement" pour rester au plus proche de l'intention originale, erreurs incluses. C'était un effort conscient de ne pas se compromettre à aucun goût établi et de faire quelque chose aussi personnellement cohérent et émouvant que possible.

We tried to make this record something that can be listened to many, many times. There were decisions we had to make to help achieve this, mainly a 'flattening’ of elements, so we flatten the emotions and dynamics and even our presence. This is an idea taken from Robert Bresson, a favourite director / creative thinker of ours. So we have treated each song like a scene in a film, so no song sticks out (there are no ‘singles’), to us they are like equally sized blocks of equal strength or weight, where each song gains its true meaning only in relation to the other songs. Most parts were recorded in one take, and I took an anti-development approach to the songs. Kept things as true to the original intention as possible, mistakes included. It was a conscious effort to not compromise any element for mainstream or public tastes, instead to make it as personally meaningful and moving as possible.


L'aspect cérébral et sensuel de votre musique est particulièrement mis en avant ?
It also feels you've chosen to explore further the cerebral and sensual aspect of your music, is that right?

La mélancolie peut être un état sensuel en effet, c'est ce que nous avons exploré ici.

Melancholia can be a sensual state, yes, it is something that is explored here.

Comment analysez-vous l'évolution esthétique et sonore entre le grinçant Nostalgia et le plus mental Work (Work, Work) ?
How do you personally see the aesthetic and sonic evolution between the crunchy Nostalgia and the spaced out Work (Work, Work)?

Il y a beaucoup de similarités entre les deux. Avec Nostalgia, nous étions très limités par notre matériel. On avait littéralement deux microphones et une console d'enregistrement, j'avais donc passé beaucoup de temps à exagérer la sensation d'espace dans le mix pour le rendre plus irréel. Avec Work (Work, Work), nous étions forcés de transformer nos enregistrements lo-fi en quelque chose de plus intéressant, simplement parce que nous voulions garder autant de programmations et de sons de Sean que possible, mais cela revenait à utiliser de vieilles démos et autres MP3 de mauvaise qualité qui n'étaient pas censées l'être. Comme pour Nostalgia, on a dû faire avec ce qu'on avait, et j'ai du encore passer beaucoup de temps à trouver une bonne sensation d'espace, à faire sonner des détails plus importants et à minimiser des sons plus étendus. Ce qui nous ramène encore à ce processus "d'aplanissement". Je déteste ce son "grand écran" que beaucoup de gens adoptent de nos jours uniquement parce qu'ils disposent de la technologie qui le permet. Less is more, you know. L'évolution se situe plus dans le souci du détail cette fois-ci. Nos influences esthétiques sont assez différentes aussi, on tirait notre inspiration de Philippe Grandrieux, Dennis Cooper, Mat Collishaw, Neon Genesis Evangelion, ExistenZ, Blade Runner, et de nos expériences berlinoises - entre autres. Il y a aussi une vraie tendresse là-dedans qui vient probablement du fait qu'on a grandi…

There are many similarities between the two... with Nostalgia we were very limited by our equipment - it was literally two microphones and a tape deck so I spent time expanding the sense of space to make it more sur-real. With Work (Work, Work) we were again forced to transform lo-fi recordings into something more interesting, simply because we wanted to keep as much of Sean’s playing and programming as possible, but this meant salvaging old demos and low quality mp3s that were never actually meant to be released. With Work (Work, Work) just like with Nostalgia, we had to make do with what we had, and I spent a lot of time on getting the sense of space right, like making small sounds feel bigger and making wide things sound slimmer. This goes back to the flattening thing I mentioned. I dislike the huge ‘wide screen’ sound that people go for these days just because they have the music technology. Less is more, you know. Perhaps the evolution is in the attention to detail this time. The aesthetic influences are quite different too, we are drawing from Phillipe Grandrieux, Dennis Cooper, Mat Collishaw, Neon Genesis Evangelion, ExistenZ, Bladerunner, and our Berlin experiences - these are just some examples. I think there is a real tenderness in there too that has come from growing up a bit.

Est-ce que cette mélancolie brumeuse et cette sensualité agonisante est un sentiment permanent chez vous ?
Is that hazy melancholia and dying sensuality a permanent feeling in you guys?

Je me sens comme en psychothérapie sur cette question. Je ne l'exprimerais pas ainsi, mais il y a une sentiment récurrent d'un mélange moderne de malaise, d'excitation, d'ennui et de tristesse.

I feel like I am in psychotherapy with this question. I would never put it that way, but there’s a regular feeling of a particularly modern mix of unease and arousal and boredom and sadness, probably, yes.

Concernant les origines du groupe, Sean et toi jouiez dans un groupe qui ne sonnait guère comme HTRK. Quand est-ce que la formule HTRK est née ?
Talking about the origin of the band, you and Sean played in a band that sounded quite far from the HTRK vision. When did the the concept and sound of a female-vocal/slow-paced 808/electric wash trio dawn on you?

En grandissant, notre intérêt s'est naturellement accru pour le sexe, le désir, l'amour, le pouvoir et toutes ces choses, en découvrant davantage d'art expérimental et nous passionnant pour de la poésie et de la philosophie plus radicales, nous nous sommes constitués tout un éventail de nouveaux sentiments dans lequel puiser pour faire de la musique. Alors que nos goûts se dirigeaient davantage vers la musique électronique abstraite et le noise, on s'est rendu compte que cette musique était trop détachée de la réalité, de nos instincts primaires, ainsi nous avons voulu qu'HTRK fasse appel à des pensées et des sentiments plus directs, et soit ainsi très simple dans son exécution. Pour ce, on a utilisé beaucoup d'archétypes, et d'images fortes ou familières, tout en faisant preuve d'un sens du style très prononcé pour faire résonner davantage notre musique auprès de notre public. Nous voulions un nouveau projet musical qui pourrait toujours garder une part de mystère, qui avait ses propres règles, une liberté innée, et ses propres petits triomphes. On a commencé ça avec une certaine naïveté, comme si rien de tel n'avait existé avant.

As we grew older we naturally became more interested in sex and desire and love and power and all those things, whilst reading and watching more experimental music and books and films, and engaging with more radical philosophy or poetics, and this shaped who we are and gave us a whole range of new feelings from which to draw upon in making music. As our tastes leaned more and more towards abstract electronic music and noise, we found a lot of this music far too detached from reality, from our basic drives, so we wanted HTRK to appeal to more simple thoughts and feelings, so it had to be quite simple in delivery, and use a lot of archetypes and familiar or striking images, and also have a strong sense of style, to make our music resonate further with people. With HTRK we wanted a new musical project that could always hold some mystery for us, that had its own rules, as well as its own in-built freedoms, and (personal) rewards. We came up with HTRK with a certain naivety as if nothing like it had ever existed.

Sachant que chaque morceau est fondé sur un songwriting minimal et sur des atmosphères, comment les composez-vous ?
As most of your songs are based on minimal songwriting and building atmospheres, how do you compose them and decide when they're finished?

Techniquement parlant, nos morceaux émergent d'une méthode de production au pas-à-pas. Le beat puis la ligne de basse puis la guitare puis les vocaux, dans cet ordre. L'intuition est primordiale, il n'y a ainsi que très peu d'effort en terme d'écriture de chanson, on ne veut pas se sentir forcé. Le plus longtemps on reste à travailler sur un morceau, le moins de chance il a de sortir un jour. Un morceau est fini quand il parvient à annihiler toute faculté critique chez l'auditeur et qu'il fait naître une vraie émotion en nous, ce qui est assez dur parce que nous sommes, si j'ose dire, un petit peu engourdis.

Practically speaking, our songs come off a step-by-step production line. Beat plus bassline plus guitar plus vocal, in that order. Intuition is very important, so there is very little effort going into ‘songcraft’ - we never want to feel forced. The longer we spend on getting a song right, the less chance there is of it being ever released. The song is usually finished when it works to switch off any critical faculty in the listener, and it elicits a real emotion in us, which is hard to do because dare I say we are a little numb.

Comment votre musique, aussi radicale soit-elle, a-t-elle été reçue au fil des années ? Les réactions envers elle ont-elles décidé vos différents déménagements de Melbourne à Berlin puis à Londres ?
How has your music, which is quite radical in itself, been received all through the years? were the various reactions to your sound one of the reasons for your regular moves from Melbourne to Berlin then to London?

Pour nous, notre musique n'est pas très difficile, ni radicale. Elle a été conçue pour couler de source. Je suis toujours étonné quand des gens disent qu'ils ne nous pigent pas. Cela prend souvent aux gens (et notamment à ceux de l'industrie de la musique) une année complète pour en arriver à conclure que nous sommes, je cite, leur nouveau groupe préféré. La musique d'HTRK est censée grandir chez l'auditeur et devenir additive, mais pas sur une période de douze mois, c'est ridicule. Il est vrai que nous avons bougé sur Londres parce que la réponse à notre musique était meilleure ici qu'à Berlin, mais ici encore nous faisons face à une quantité inhabituelle d'adversité.

To us our music is not very difficult, or radical. It is really designed to be a no-brainer. We are surprised when people say they don’t “get us”. It often takes people - often music industry heads - a whole year to come around to the fact that we might be their, quote, new favourite band. HTRK’s music is supposed to grow on people and become addictive but not over a 12 month period - that is ridiculous. It is true that we moved to London because the response was better here to our music than Berlin, but even then, we come across an unusual amount of adversity.

Comment imaginez-vous les gens qui s'identifient vraiment à votre musique ?
How do you imagine the people all over the world who are really into your music?

La frange de notre public qui nous importe le plus est la plus jeune, ceux qui sont au lycée et qui traversent cette période très intense où ils grandissent, où leurs hormones se font très turbulentes, où ils sont souvent déprimés, hyper-libidineux, confus, etc. C'est à cette période de ma vie que la musique a été la plus importante pour moi. HTRK est donc fier d'attirer ces gamins à la fois sublimes, freaky et malins. On les voit sur Tumblr. On espère qu'ils pourront revenir sur les albums d'HTRK quand ils seront adultes sans être embarrassés. Nous avons fait de notre mieux pour faire que ces morceaux durent.

The most important people to us who like our music are mainly younger people in high school, who are going through the really intense time of growing up, with hormones running wild, often quite depressed, oversexed, confused, et cetera. This was the period of my life that music meant the most to me, so HTRK is proud to attract these really beautiful / smart /freaky kids really. We see them on Tumblr. We hope that these people can return to HTRK albums as they grow older and not cringe. We have tried our best to make these tunes last.

Vidéos


Slim Twig l'interview

"Je n'emploie pas le mot génie très souvent, mais là je pense qu'il est approprié. Max fait partie de ces gens qui peuvent faire des tas de choses, et peu importe ce qu'il touche, c'est toujours génial... que se soit dans le métier d'acteur, de compositeur ou même quand il fait l'imbécile. Cela s'explique par l'intensité et le bon goût qu'il y met. Son style musical est proche de celui de Jean Claude Vannier. Il est un des ces très rares artistes à être formidable aussi bien maintenant que lorsqu'il aura cinquante ou soixante-dix ans." Ela Orleans

"I don't use the word "genius" very often, but I think it is appropriate here. He is one of those people who can do many things and whatever he will touch will be just great, be it acting, composing or goofing around. And that's because of intensity and great taste he brings into everything he does. I would compare his musical style to Jean Claude Vannier. He is one of a very few artists who will be consistently great in their fifties or seventies." Ela Orleans

"Max est le talent et la qualité suprême personnifiés. Avec un charisme fou et le charme juvénile d'une star de cinéma, il est unique et au-dessus de tout ce qui se fait actuellement dans la musique populaire. La pop a BESOIN de quelqu'un comme lui, et je le vois déjà contribuer à une nouvelle ère d'excellence musicale pop qui, depuis une décennie, traîne un peu des pieds. Icône au même rang que Dylan et Nick Cave, il est l'ennemi juré des types lambdas jaloux de son talent. De plus, il possède un physique rendant les filles et femmes de quatorze à quarante ans complètement dingues. Je n'exagère pas. Mon ami, c'est la qualité SUPRÊME." Alex - Dirty Beaches

"Max is talent and star quality personified. With crazy charisma and youthful appeal of a movie star, he is unique and above all else that is current in popular music. pop music NEEDS someone like him, and I foresee him bringing upon a new era of good pop music that's been lagging in this past decade. Iconic like Dylan, or Nick Cave, he is the nemesis amongst insecure beta-males who are jealous of his talent, with looks that will make girls and women from the age of 14-40 go completely ape shit. I'm not exaggerating. That my friend, is STAR quality." Alex - Dirty Beaches

Max Turnbull figure effrontément cet angélisme délesté d'insouciance. Les traits de son visage, rectilignes, tout comme sa fine moustache ciselée, dessinent les contours d'une apparence malingre et chétive, transpercée d'une intense personnalité, brûlant dans le feu sacré de son regard noir. Savamment attifé, Max semble tout droit sorti d'un film que les chansons de son autre moi, Slim Twig - littéralement la mince brindille - scénarisent à merveille, dans le fracas de ce que lui-même nomme le songsculpting. Ainsi se joue la vie de Max, jeune homme de vingt-trois piges aussi talentueux que précoce et issu d'une famille pas comme les autres. Ross Turnbull, son père, est cinéaste et producteur de films, tout comme sa mère Jennifer Hazel. De quoi donner une matière inépuisable à l'avidité créative de leur rejeton, embrassant d'un même mouvement, quand d'autres hésiteraient, une carrière cinématographique et musicale. L'une déteignant sur l'autre, et vice versa. Une apparition saisissante dans The Tracey Fragments plus tard, et ce rôle de Billy Zero qui lui sied si bien, Slim Twig s'ajoute brillamment au casting de Dog Pound - film de Kim Chapiron sur la violence juvénile en milieu carcéral. Celui-ci joue le rôle de... Max, gamin taulard, ou quand la fiction investit de ses fastes la réalité. Pour Sight Unseen, second long métrage du Canadien, sorti l'année passée, la chose est d'autant plus éprouvante qu'elle se joue en famille. "C'est un projet artistique familial. Le film a été écrit et dirigé par mon père. Il a été produit par ma mère. Et ce n'est pas fini... Ma sœur, trois cousins, ma petite amie et une quantité d'autres gens proches ont aussi eu des responsabilités dans ce film... Inutile de dire que je n'ai jamais travaillé aussi dur auparavant..."

Dans ce ce thriller psychologique indépendant, Max incarne Kitz Harrington, employé d'une boîte de surveillance ordinaire, dont la vie va être bouleversée par une technologie permettant à l’œil de capturer des images. L'utilisant sans vergogne, une inquiétante séquence qu'il n'arrive pas à déchiffrer le plonge dans un effroi étouffant. Soit la trame même de Sight Unseen. Composant la bande originale du film (écouter), le pont est vite jeté entre l'intensité dramatique de Sight Unseen et l'abondante discographie de Max, entre univers fictionnel lynchien et avant-gardisme pop à la patine rétro, rockabilly. Depuis 2005 Slim Twig ne chôme pas - pas moins de neuf EP, trois single et deux albums dont Derelict Dialect/Vernacular Violence (2008) et Contempt ! (2009) - et n'est pas prêt de s'arrêter en si bon chemin. La sortie en juin dernier d'un split vinyle sur Palmist Records en compagnie de Meghan Remy, sa compagne, officiant sous le nom d'emprunt d'US Girl (lire), préfigure d'ailleurs un troisième LP à paraître en 2012 sur Paper Bag Records. "Mon album est fini à 70%. Je travaille dessus depuis septembre dernier. Tout comme l'Histoire de Melody Nelson de Gainsbourg, ce disque s'inspire abondamment de Lolita de Nabokov - soit la transcription narrative d'un homme libidineux et amoureux. Musicalement, c'est une production psychédélique très ambitieuse, un son baroque se rapprochant d'un Beatles malsain, vicié. J'ai collaboré avec beaucoup d'artistes de Toronto parmi mes préférés, dont Owen Pallet, Louis Percival aka Onakabazien et Carl Didur de Zacht Automaat."

Pour tout néophyte de l'univers musical propre à Slim Twig, la vidéo de Gate Hearing (voir), dans laquelle celui-ci se met en scène, constitue une accroche auditive et visuelle aussi déroutante qu'irrésistible. La rythmique colle aux basques d'images stroboscopiques - d'un noir et blanc en négatif - tandis que l'éphèbe s'égosille tel un Jon Spencer en plein délire fantasmagorique ("Dont wanna be the man that broke her / I wanna be that eloquent smoker"). Une exubérante maturité de ton s'en dégage, instantanément confortée par l'écoute de Contempt! et de la trilogie Spit It Twig vol 1 & 2 / A Sheik In Scores parue entre 2008 et 2010. Le chant - scandé, déclamé, réverbéré, voir rappé - se heurte tête baissée à une instrumentation minimaliste, lo-fi, parfois radicalement expérimentale et provocante. On pense à un rockab' catatonique, tumultueux et viscéral, oscillant entre bruitisme nimbé de guitares écorchées, boogie-woogie aux claviers décatis, lacérés d'acrimonieuses stridences, et hip-hop aux beats estropiés. Les injections cinéphiles administrées à forte dose dans le sang noir de ces paysages sonores évoquent tant l'étrangeté malsaine que l'intime violence renfrognée, névrosée, épousant les contours "d'instincts primaires" à l'instabilité chronique. Soit l'alchimie incertaine de l'humain acculé, traqué, que la trogne émaciée de Max incarne sans peine. Mais celui-ci ne se contente plus de vivoter sur ce sentier des eighties, à mi-chemin entre le Frankie Teardrop de Suicide et les délires poétiques du déviant Genesis P. Orridge (Psychic TV). Le dernier split avec US Girl marque bien une césure, bien que sa trame soit partiellement cousue d'anciens morceaux (Paisley Skin et Notorious Bride sont déjà présentes sur A Sheik In Scores). La théâtralité recherchée pousse son auteur à une emphase stylistique nettement plus psychédélique, une écriture altière caressant sans ambages un classicisme rock'n'roll référencé - à équidistance de Jim Morrison, Elvis et du Rocky Horror Picture Show - pour une mise en image confinant au narcissisme bien senti (Priscilla).

Nécessité faisant force de loi, rencontre avec un artiste d’exception, quand bien même son futur LP n'est donc à espérer qu'à l'orée de 2012.

Entrevue avec Slim Twig

Peux-tu te présenter en quelques mots ? D'où vient cette envie de se consacrer à la musique ?
Can you introduce yourself and your project Slim Twig in a few words? How did you get the urge to make music?

Slim Twig est mon projet solo, bien que je joue dorénavant avec un groupe. Je suis auteur-compositeur et je vis à Toronto, au Canada. Je compose une pluralité de styles de musique que je diffuse via différents supports. Je suis obsédé par la musique, mon projet est pour moi l’opportunité de créer des morceaux combinant mes obsessions. Ça me donne quelque chose à faire.

Slim Twig is a single person (me), though I am now playing with a band. I am a songwriter from Toronto, Canada. I've made a variety of different styles of music and have released it in a variety of different ways. I am obsessed with music, my project is an opportunity for me to contribute songs that fuse my obsessions. It gives me something to do.

Si tu devais décrire ta personnalité en trois mots, lesquels choisirais-tu ?
Besides, if you had to define your personality in three words, which ones would you choose?

Je me décrirais comme étant créatif, curieux et agité.

I would describe myself as being creative, curious & restless.

Peux-tu expliquer ce nom, Slim Twig ?
Can you explain this name, Slim Twig?

Tout le monde se doit d’avoir un nom quelconque. Il n’y a pas grand-chose de plus à en dire. Ça me permet d’être ‘googleable’. Il se trouve que plus je bois de bière, moins mon propre nom n’a de sens…

Everyone's gotta have a name of some sort. There's not much more to it. It allows me to be googleable. My own name happens to bear less and less significance the more beer I drink...

Tu vis à Toronto. Peux-tu nous dire comment est "ton" Toronto ? Est-ce un bon endroit pour trouver l'inspiration ?
You leave in Toronto, Canada. Can you tell us about "your" Toronto? Is it a good place for your inspiration?

N’importe quel endroit peut m’inspirer, à partir du moment où j’ai accès à de la musique du monde extérieur, ainsi qu’à des livres et des films. Les travaux des autres fonctionnent pour moi comme de l’oxygène, étant quelqu'un de curieux et créatif. Toronto est une ville plutôt sympathique, se traversant à pieds, ce qui représente à mes yeux une qualité première pour une ville. Ma famille est composée d’artistes, vivant tous à Toronto, ce qui constitue également une grande source d’inspiration.

Any place is inspiring to me as long as I have access to music from the outside world as well as books and movies. Other peoples works function as oxygen for me as a curious, creative person. Toronto itself is pretty nice, it's walkable which is a favourite quality for a city. My family is a family of artists and we are all in Toronto, that is very inspirational as well.

Si tu es obligé de t'exiler sur une île déserte, quels disques fourres-tu dans ton sac ?
If you were forced to go into exile on a desert island, which records would you put in your bag?

Un seul sac serait un peu juste. The Idiot d’Iggy Pop, L'enfant Assassin Des Mouches par Jean-Claude Vannier, Only Built For Cuban Linx par Raekwon, par The Zombies, Donuts par J Dilla, Creature Comforts par Black Dice, toute la discographie de David Bowie. Et bien d’autres encore.

A single bag is hardly enough. The Idiot by Iggy Pop, L'enfant Assassin Des Mouches by Jean Claude Vannier, Only Built For Cuban Linx by Raekwon, Odessey & Oracle by The Zombies, Donuts by J Dilla, Creature Comforts by Black Dice, David Bowie's discography.Too many more.

Ta musique est vraiment différente d'EP en EP, plus encore sur ton album Contempt! et ta récente trilogie de mixtapes. Comment définirais-tu ta musique et quelles influences y retranscris-tu ?
Your music is really different from EP to EP, even more on your album and your three recent EP mixtapes. How would you define your music and what influences do you put together in your songs?

Je n’ai jamais essayer d'englober toute la musique que j’ai faite sous une seule définition. Mon écriture marche par phase. Avec chaque nouveau disque, j’essaye de varier de procédé. Sans doute cette approche définit-elle ma musique. Pendant un temps, je me suis interessé à la création de musique samplée, de nature expérimentale et juxtaposée à l’intensité que j'induisais dans l’écriture des paroles et le fait d’être songwriter. Maintenant je suis plus tourné vers une sensibilité artistique pop, en mettant vraiment l’accent mis sur la partie pop. Cela me permet de faire référence à un large éventail de musique qui m’interesse, de la pop psychédélique à la soul très bien produite.

I've never really thought too much about trying to cram all the music I've done into a single definition. My songwriting is phase driven, with each new record I try to define the process differently. Perhaps that approach is what defines my music. For a time I was interested in creating sample based music that was experimental in nature and juxtaposed with my emphasis on lyric writing and being a songwriter. Now I'm more interested in an art pop sensibility with emphasis on the pop part. This allows me to reference a large range of music that I'm interested in from psychedelic pop to highly produced soul.

Quel sentiment essayes-tu de faire passer à travers ta musique ?
What feeling are you trying to convey through your music?

Mes premier travaux étaient concentrés sur le type d’adrénaline faisant naître la terreur, peu différente de l’atmosphère atteinte dans certains films de David Lynch. Je cherchais à explorer la sensation de pulsions primaires ou perverses que nous avons parfois. C’est difficile d’expliquer pourquoi j’étais enclin à explorer cela. L’inspiration est une chose étrange. Maintenant j'essaye de capturer l’excitation qui vous submerge avec une pop hautement stylisée et excitante, tout en essayant toujours de rester concentré sur l’imaginaire.

My earlier works were fixated on a certain kind of adrenaline raising dread, not unlike the mood achieved in certain David Lynch films. I was interested in exploring the sensation of depraved or base impulses that we can sometimes have. It's hard to say why i disposed to explore this. Inspiration is a funny thing. I'm very interested now in trying to capture the excitement you get from highly stylized & exciting pop music while still trying to maintain my focus on the imagistic.

Par ton histoire personnelle et en réalisant toi-même des vidéos-clips, on sent ton obsession pour le cinéma. Qu'aimes-tu dans le cinéma et pour quelles raisons ?
By your personal history and video-clips, we sense an obsession for cinema. What do you like in cinema and for which reasons?

Mes parents sont producteurs, ce qui explique que l'intérêt pour le cinéma me colle à la peau depuis ma naissance. J’ai récemment fait un film avec eux appelé Sight Unseen, dans lequel j’ai joué et pour lequel j’ai composé la musique. J’aspire à plus collaborer avec mes parents et à travailler sur plus de films de réalisateurs qui m'intéressent. Mes goûts penchent vers le mystérieux et l’enjoué.

My parents are film makers so an interest in the cinema has been with me since birth. I recently made a film with them called Sight Unseen, I performed in and wrote music for it. My aspiration is to collaborate more with my parents, and to work on more films by interesting directors. My taste skews to the mysterious and the playful.

Comment décrirais-tu ton évolution en terme de songwriting et de son depuis ton premier disque autoproduit, Livestock Burn ?
How would you describe your evolution in terms of songwriting and sound since your first self released, Livestock Burn?

Je décrirais mon évolution comme étant avancée, étant donné que je peux à peine supporter ces premières productions et que je me considère désormais comme un auteur-compositieur raisonnablement décent… pas mal je suppose. J’ai toujours mis l’accent sur l’écriture des paroles, essayant par ce biais d’être peu conventionnel. Je suppose que c’est une constante, à part ça, mon évolution est complètement dictée par la musique qui me fascine. Je suis un amoureux de la musique avant tout, et plus j’en consomme, plus ma propre musique change.

I would describe my evolution as advanced as I can hardly stand those first releases and now consider myself to be a halfway decent songwriter... not bad I suppose. I've always had a focus on lyric writing, and trying to be unconventional in this way. I suppose that has been a constant, otherwise my evolution is totally dictated by music that fascinates me. I am a music lover before all else, and the more I consume the more my music changes.

Contempt!, ton premier LP, est sorti sur Paper Bag Records. Quels étaient tes souhaits pour cet album ? En es-tu encore fier ?
Contempt!, your first LP, was released by Paper Bag Records. Did you have any particular will for this album? Are you still proud of it?

Oui, mon désir à l’époque était de fusionner des idées très spécifiques qui selon moi n’avaient pas été combinées avant. Je souhaitais être l’auteur-compositeur et chanteur le plus marginal possible, tout en gardant cet accent sur les paroles et la structure du morceau. Je voulais fusionner mon amour pour la culture du sample, à la RZA et Madlib, avec une autre sensibilité. J’ai aussi été très inspiré par l’esprit de Suicide à révolutionner le rock'n'roll. Je suppose que Comtempt! pourrait être défini par ce désir. Je suis très fier de ce travail.

Yes, my desire at the time was to fuse very specific sorts of ideas that to my mind hadn't been fused before. I was interested in being the most unconventional singer songwriter possible, but still maintaing that focus on lyrics and song structure. I wanted to fuse my love of sample based culture a la RZA & Madlib with this other sensibility. I was also very inspired by the Suicide ethos to flip rock and roll on it's ear, I suppose that Contempt! could be defined by this desire. I am very proud of that work.

Que penses-tu de Paper Bag Records ? Comment as-tu commencé à travailler avec ce label ?
What do you think of Paper Bag Records? How did you come to work with them?

Ils sont basés à Toronto comme moi, c’est comme ça que nous avons été amenés à travailler ensemble. Je ne veux pas que ma musique soit définie par le label chez qui je suis ou par le style d’autres groupes ou par n’importe quoi d’autre que ma performance, mon son et mes albums. Du coup, j’essaye de ne pas du tout penser aux labels. Il y a certaines impulsions qui te poussent à t’associer avec le chic... Je me méfie de cette tendance. Ceci étant dit, Paper Bag a été très généreux en sortant mes disques et en supportant jusqu'à présent le côté peu conventionnel de ma musique. En ce sens, j’ai été chanceux.

They are based in Toronto as am I, this is how we came to work together. I don't want my music ever to be defined by the label I am on or by the culture of other bands at large or by anything other than my performance and how my records sound and look. In this way I try not to think of labels at all. There's an impulse to associate yourself with the chic, I'm wary of this trend in music. Having said that Paper Bag has been very generous to put out my records and put up with how unconventional my music has been up to now, I've been lucky in this way.

A Sheik in Scores est un disque autoproduit disponible en téléchargement gratuit ou en cassette. Peux-tu expliquer pourquoi en téléchargement gratuit et pourquoi en cassette ?
A Sheik in Scores is a self-released digital free download/limited-edition cassette. Can you explain why a free download & cassette?

Comme je viens de le dire, il est important de ne pas être défini par des labels ou par la façon dont la musique est commercialisée. Ce qui importe, c’est qu’elle soit faite et qu’elle sorte… J’ai envie de me consacrer à la musique tout le temps, j’ai toujours quelque chose sur le feu. Ces projets aiment dicter leur propre logique, A Sheik In Scores ressemble à ce qu’il devait finalement être. Je règle les paramètres, la musique fait le reste. Mon pote Andrew Zukerman fait des pochettes fantastiques, je lui dois celle-là.

As I said, I think it's important not to be defined by labels or how your music comes out. What's important is that it be made and come out at all... I have a desire to be working on music all the time, I always have something on the go. These projects like to dictate their own logic, A Sheik In Scores wanted to look the way it did. I set the parameters, the music does the rest sometimes. My friend Andrew Zukerman makes fantastic looking releases, I owe it to him with that one.

Confères-tu autant d'importance à l'esthétique des albums qu'à la musique qu'ils contiennent ? Peux-tu expliquer le processus créatif pour Contempt! ?
Do you give as much importance to the aesthetics of the album as to the music itself ? Can you explain the creative process for Contempt!?

Oui, l’esthétique est très importante. C’est d’ailleurs le premier pas dans mon processus. Avec Contempt!, celui-ci consistait à penser au genre de musique que je voulais faire. Je me suis rendu compte que je voulais faire des morceaux qui incluraient des chutes de sons samplés, et je voulais, dans la plupart des cas, avoir des chansons qui seraient chantées d’un point de vue dépravé. L’esthétique formée, je me suis mis au travail. Avec chaque sortie je conceptualise un format avant même d’écrire une seule chanson.

Yes the aesthetic is very important. It is the first step in my process. With Contempt! the first step was thinking about the kind of music I wanted to make. I realized I wanted to make songs using scraps of sampled sound, and I wanted to have songs that were sung from a depraved point of view in many cases. The aesthetic was formed and then I went to work. With each release I conceptualize a format before I write a single song.

Quel est ton futur proche ?
What’s going to happen in your near future?

J’ai beaucoup travaillé avec US Girls, co-produisant et enregistrant ses nouveaux morceaux. Une expérience passionnante. Nous avons d'ailleurs un split commun qui sortira dans les mois qui viennent. J’ai travaillé sur mon nouvel album depuis l’automne dernier. Il ne s’agit que de musique live, très bien produite. Je me concentre sur l’écriture, simplifiant mon approche pour ce qui est de l’instrumentation, notamment en rationnalisant certaines choses. J’ai beaucoup appris ces deux dernières années en écoutant énormément de pop classique. Mon nouvel album devrait sortir plus tard dans l’année. J’aimerais partir en tournée après ça.

I've been working a lot with U.S. Girls co-producing and recording her new material which is very exciting. We have a split record coming out in the coming months. I've been working on a new album of my own since this past fall, it's all original live music - highly produced. I'm focusing on songwriting, simplifying my approach as far as instrumentation goes and streamlining certain things. I've learned a lot over the last couple years by listening to a lot of classic pop. My new record should be out later in the year. I'd like to tour behind that.

Justement, Slim Twig est-il un bon groupe de scène ? Quelle est la configuration ?
Is Slim Twig a good live band? What’s its configuration while touring?

Oui, nous sommes très bons ! Je viens juste de monter un groupe pour les nouveaux morceaux. J’ai la chance de jouer avec des types qui font la musique que je préfère au monde en dehors de mon groupe. C’est la configuration la plus conventionnelle que j’ai eu jusqu’à maintenant : batterie, basse, guitare et orgue électrique.

Yes, we're very good! I just put a new band together for the new material. I'm lucky to be playing with guys who make my favourite music in the world outside of my band. It's the most conventional setup I've had so far - drums, bass, guitar & electric organ.

As-tu divers side-projects ?
Do you have any side projects?

Oui, je joue dans deux autres groupes. Tropics est un duo punk. On écrit des chansons aux sons concis et tranchants. Je joue également avec Plastic Factory, un groupe faisant des reprises psychédéliques. J’aimerais produire plus dans le futur, ce qui pourrait être considéré comme un side-project.

Yes, I play in two other bands. Tropics is a two piece punk band, we write very concise sharp sounding songs & I also play in a psychedelic covers band called Plastic Factory. I would like to produce more in the future which could be considered a side project...

Quels sont les amis de Slim Twig ? Il y a une "scène" à Toronto à laquelle tu as l'impression d'appartenir ?
Who are Slim Twig's friends? Is there a "scene" in Toronto you feel you belong to?

Ouais, les gars qui jouent dans mon groupe (deux d’entre eux jouent aussi dans mon projet de reprises). Zatch Automaat est mon groupe contemporain préféré pour le moment, ils ont sorti huit enregistrements l’année dernière, tous disponibles en ligne gratuitement (). Actual Water est un autre groupe génial de Toronto.

Yeah, the guys that play in my band (two of them also play in my covers project). Zacht Automaat is my favourite contemporary band right now, they put out 8 records last year and released them all for free online. My friend Louis Percival is the closest thing to a second member of Slim Twig, he makes music under the name Onakabazien. We've been working together for a while. Actual Water is another great band from Toronto.

Que penses-tu de la musique d'Ela Orleans ? Un bon "film pour oreilles" ?
What do you think about Ela Orleans' Music? A good "movie for ears"?

J’adore Ela Orleans. Elle est sans conteste une amie, musicalement et plus. Ses chansons suivent une logique onirique délicieusement féminine, quelque chose qui m'aurait échappé si je n'avais pas découvert sa musique.

I love Ela Orleans. She is certainly a friend of mine musically and otherwise. Her songs follow a lovely feminine dream logic, something I wouldn't otherwise be privy to if it weren't for her music.

Quel est ton opinion à propos de l'industrie musicale ?
What's your opinion about the current music business?

Il n’y a qu’une infime partie qui m’intéresse. D’après moi, les meilleurs trucs se passent dans mon voisinage direct où l'on ne voit pas vraiment ce que ‘'business’' veut dire. Ha… Le monde de la musique est tellement cyclique, dépendant du contexte. Si les gens ne sont pas familiers avec votre contexte, alors ils ne sont pas intéressés. Une fois qu’un groupe se dégage, on voit une centaine d’autres groupes connaître le succès dans leur sillage parce que le contexte est devenu tout d’un coup clair pour tout le monde. Ils deviennent familiers instantanément... puis se fanent. C’est frustrant quand on y pense, c’est mieux de se concentrer sur ce qu’on a sous la main.

There's very little I'm interested in. In my opinion the best stuff is happening in my direct vicinity and we aren't seeing much 'business' so to speak. Ha... The music world is so cyclical, it relies on context. If people are unfamiliar with your context they are uninterested, once a band breaks free we see a hundred other groups see success in their wake because the context has become clear all of a sudden - they become familiar instantly, then fade. It's frustrating to think about, better to focus on the task at hand.

Que penses-tu de la culture blog ?
What do you think about blog culture?

J’essaye de l’ignorer. Pour la plus grande part, les blogs adoptent un modèle tellement prévisible qu’il devient exaspérant de les suivre. J’essaye simplement de lire des blogs parlant de sport ou de rap. Des univers dans lesquels je n’ai absolument aucun parti pris ! Le reste, c’est (pour la majorité) de la connerie…

I try to ignore it. For the most part the blog world follows such a predictable pattern it becomes infuriating following it. I try to only read sports and rap blogs, worlds I have entirely no consequence in ! The rest is (mostly) crap...