Run DMT

run-dmt-art
Faut-il être myope pour ne pas déceler les jeux de mots en carton-pâte de l’ami Mike Collins aka Run DMT ? Un humour potache qui ne s’accorde à rien sauf au microscopique label basé tout comme lui à Baltimore, Wigflip, distribuant philanthropiquement une dreamtronica à la physique expansive (de Mickey Mickey Rourke – sic – à la Happy Family), et trouvant échos dans les irrésistibles bombes à fragmentations que torpillent aussi bien ses deux fameuses mixtapes, Bon Voyage et Get Ripped and Die Trying, disponible ici et via Chokolate Bobka, que ses propres comptines à l’épilepsie cosmopolite. Sélecteur inconditionnel de samples venus d’ailleurs, des limbes tropicales et africaines aux contingences les plus urbaines, les collages sonores de Run DMT s’arrogent cette paisible cosmicité d’opiacés ingérés, bien calé que l’on est dans une chaise longue, à scruter un ciel blanc constellé d’étoiles noires. Début d’expérience, ici-même, avec l’enchanté Spruce Bringsteen et l’introspectif mix Amanda Huggakiss – en collaboration avec la Happy Family et disponible sur Wigflip. Ou quand la doucereuse léthargie se fait science de l’âme.

Audio

Run DMT – Spruce Bringsteen

Run DMT – Amanda Huggakiss