News

RE(FLUX) 8

today27/06/2013 14

Arrière-plan
share close

artworks-000050248794-5dty8g-t500x500Point d’auto-persuasion ici, ça fait déjà quelques temps qu’on a fermement pris la décision d’aller en Normandie début juillet. Alors certes, à moins d’ être sacrément cocu, la destination est a priori plutôt mal choisie pour attaquer l’Opération Bronzage annuelle. Mais à défaut de réagir aux UV, notre épiderme pourrait bien être sollicité tout de même par quelques frissons, qu’ils soient de plaisir ou d’angoisse. Car si comme s’agissant de la plupart des gros festivals estivaux, il conviendra de séparer le bon grain de l’ivraie, le raout caennais de Beauregard réunira tout de même assez de visages amis sur scène pour justifier notre déplacement. Et nous donne une bonne occasion de revenir, à la manière de notre habituel RE(FLUX) mensuel, et donc de façon sommaire, partielle et subjective,  sur trois albums dont on a pas pris le temps de parler jusqu’à maintenant, et dont les instigateurs seront présents au Festival de Beauregard, du 5 au 7 juillet prochains.

local LOCAL NATIVES – Hummingbird (Infectious Music/PIAS, 2013)

Écueil du second album évité pour les Californiens qui, avec Hummingbird ont réussi à faire coup double : conserver tout ce qu’on a pu aimer de leur premier opus tout en gagnant en maturité, en ampleur, en précision. Si certains pleurnicheront sur la perte de l’innocence et de l’énergie rafraichissantes des débuts, on est quant à nous ravis de cette évolution qui leur fait éviter tant le piège de la redite que celui de l’expérimentation vaine. Producteur de cet album, Aaron Dessner de The National n’y est sans doute pas pour rien, faisant gagner ici aux chansons des Local Natives une précision et une patine, qui loin d’annihiler leurs qualités intrinsèques, leurs confèrent une réelle plus-value en termes d’émotions et de classe. Et comme ces garçons-là restent tout de même de vrais garnements, la scène, à l’image du studio, reste un réel terrain de jeu. Et on a hâte de s’amuser avec eux.

20120911-meat-x306-1347385955THE JON SPENCER BLUES EXPLOSION – Meat + Bone (Bronze Rat/Modulor, 2012)

On attendait franchement plus grand chose du Jon Spencer Blues Explosion. Après avoir dynamité les années 90 avec leur rock rageur, crasseux et sexuel, nourri au funk et au hip-hop, on s’était dit que le groupe avait définitivement été victime du bug de l’an 2000. Après l’ACME de 1998, des albums pas franchement jojo, et la vague impression que ces types-là avaient décidé de passer la main. Mais finalement, on n’est jamais à l’abri d’un miracle : Meat + Bone remet merveilleusement les choses en place et rend finalement la justice qu’il mérite à un groupe dont on avait presque oublié qu’il était indispensable. Humble et semblant débarrassé du poids de son passé, le Jon Spencer Blues Explosion nous livre un album bouillant, qui donne joliment la fessé à ceux qui se réclament du groupe tout en en restant au stade d’une bien pâle descendance, à commencer par les Black Keys et consorts.

Push-The-Sky-Away-PACKSHOT1-768x768NICK CAVE & THE BAD SEEDS – Push The Sky Away (Bad Seed LTD/PIAS, 2013)

Quinzième album et trente ans de carrière. Autant dire qu’à l’instar de David Bowie, on serait tout bonnement satisfait, sans émotion particulière, que Nick Cave vieillisse dignement, sans trop écorner l’image d’une discographie jusqu’à maintenant éminemment respectable. Mais le bonhomme a visiblement encore les crocs, et pond un nouvel opus superbe de noirceur, de tension et de retenue. Exit donc l’image du vieux sage encore digne. Nick Cave a toujours l’énergie d’un jouvenceau, mais sait comment la canaliser, à dessein.

Local Natives, The Jon Spencer Blues Explosion, Nick Cave & The Bad Seeds en concert du 5 au 7 juillet au Festival Beauregard, Hérouville-Saint-Clair (14).

Audio

Écrit par: S.L.H.

Rate it

Article précédent

News

Échos 2013 : Faire corps avec la montagne

Nous vous faisons vivre depuis hier les préparatifs du festival Échos dans les Hautes-Alpes qui aura lieu ce samedi. Après Tamagawa qui a eu la chance d'inaugurer la résidence de ces artistes oscillant dans la musique non rythmée, c'est au tour d'Insiden de prendre corps avec la montagne et de s'emparer de l'écho transmis par les trompes dans cette amplification sonore entièrement naturelle. C'est à eux et particulièrement à Hugo […]

today26/06/2013 22

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%