Uncategorized

ON Y SERA : Festival des Vieilles Charrues, du 13 au 17 Juillet 2023 à Carhaix

today13/05/2023 306 3 5

Arrière-plan
share close

Et de trente-et-une pour le festival des Vieilles Charrues, qui avance en âge mais ne connait toujours pas de crise de croissance, au regard de cette édition qui se permet d’étirer les festivités sur pas moins de cinq jours, au cas où les versions précédentes vous auraient laissé sur votre faim et pas encore sur les rotules. Une cinquième journée justifiée par la présence du mastodonte Red Hot Chilli Peppers, dont l’agenda du week-end était déjà rempli. Pas de quoi arrêter le raout breton, qui s’est donc dit que finalement, en remettre une dernière cartouche le lundi n’allait pas faire peur à son endurant public. Endurant et fidèle: comme d’habitude, la manifestation risque fort d’afficher complet (mais pas encore, il reste quelques places ici), portée par des festivaliers toujours aussi nombreux, réunis autour d’une programmation imposante et protéiforme, dont le souci du rassemblement le plus large semble être le crédo. Autant vous dire, selon la formule consacrée, que les oreilles sensibles auront fort à faire en triant le bon grain de l’ivraie. Mais cela fait partie du jeu quand on se radine à ce type de festivals éléphantesques: il faut être prêt à l’usure des tatanes et des esgourdes, pour le meilleur et pour le pire, mais toujours porté par le désir de créer de nouveaux souvenirs. Sans surprise, on en remettra donc une couche cette année encore, en sélectionnant précautionneusement les concerts auxquels on assistera: côté programmation, donc, sortons quelques noms de l’entonnoir qui mériteront le détour. Le jeudi, on retiendra bien sûr l’ineffable Robbie Williams, fruit pop bien confit depuis quelques années maintenant, mais de passage pour dérouler un concert best of qui réveillera forcément une certaine nostalgie autour de quelques hits bien gravés dans les têtes. Rayon nostalgie, Morcheeba devrait aussi tirer son épingle du jeu, surtout si la divine Skye Edwards va creuser du côté de Big Calm, album de 1998 jamais égalé par le groupe britannique, qui par la suite, il faut bien le dire, a vite sombré les deux pieds dans la soupe. Pour revenir dans le présent, voire l’avenir, on ira aussi écouter attentivement le post punk des Tramhaus, dont l’EP Rotterdam vient lorgner avec joie du côté de Yard Act, avec à la fois élégance et posture laid back pas déplaisante du tout. On ira aussi prendre des nouvelles de Silly Boy Blue, qui a fait bien du chemin depuis sa première rencontre avec Hartzine (lire) il y a déjà plus de 4 ans, et dont la mélancolie urbaine et la voix en apesanteur nous avaient tapé dans l’œil à souhait. Le vendredi, évidemment, l’événement sera le show de Blur.. Mais là, franchement, que dire de plus sur eux? Grosse fête en perspective à Carhaix sur ce coup. Au-delà, on s’interessera quand même au passage des rennais SBRBS, plutôt solides sur leurs appuis rock, ou bien encore à celui des désormais endurcis Agar Agar, qui avec leur nouvel opus Player Non Player, a fait pencher le rapport plaisir/irritation de leur synth pop définitivement du bon côté: une fois gommée la fraîcheur de leurs débuts qui touchait quand même un peu trop à la naïveté, leur musique est devenue désormais assez addictive et emballante. En guise de highlight du samedi soir, on vous conseillera forcément d’aller transpirer votre alcool du côté du show des foufous Idles, vraie machine à tuer sur scène, qui gagne au fil des ans en richesse mélodique, sans s’asseoir sur la force brute des débuts. Il s’agira aussi forcément d’aller jeter un œil curieux à la prestation de Rosalia – devenu un véritable phénomène mondial et critique, sans qu’on ait saisi vraiment pourquoi jusque-là – avant de laver nos péchés devant le garage de Johnnie Carwash. La journée du dimanche ne sera pas en reste, loin de là, avec les inoxydables Phoenix et leurs lives rutilants, qui s’enrichissent chaque année de nouveaux hits au gré de leurs sorties, le dernier Alpha Zulu ne faisant pas exception à la règle. Ajoutez à cela les non moins frétillants Hot Chip, ou encore Acid Arab, et le dancefloor ne devrait pas se vider presto.

On arrêtera ici cet assommant name dropping, en vous laissant le soin de consulter ci-dessous (ou directement sur le site des Vieilles Charrues) la programmation intégrale, et préparer tranquillement votre petit périple musical. A moins que vous ne souhaitiez bien sûr laisser carte blanche au hasard, au gré de vos pérégrinations ensoleillées et/ou avinées. En tous les cas, pour participer à la fête, c’est direction la billetterie du festival, juste ici.

PROGRAMMATION

Jeudi 13 juillet 2023

  • Robbie Williams
  • BigFlo & Oli
  • Disiz
  • Hyphen Hyphen
  • Morcheeba
  • Petit Biscuit
  • Mimaa
  • Orange Blossom & Les Fleurs de métal
  • Pierre De Maere
  • Silly Boy Blue
  • Uzi Freyja
  • The Waeve
  • Tukan
  • Tramhaus
  • Vendredi 14 juillet 2023

  • Blur
  • Aya Nakamura
  • Gazo
  • Jeanne Added
  • Shaka Ponk
  • Ko Ko Mo
  • Agar Agar
  • Agoria
  • Biga*Ranx
  • Lass
  • Celtic Social Club
  • Meryl
  • Reynz
  • SBRBS
  • BRAMA
  • None Sounds
  • The Wacky Jugs
  • La Bruulu
  • Samedi 15 juillet 2023

  • Rosalia
  • Lomepal
  • Idles
  • Kungs
  • Pomme
  • Suzane
  • Leto & Guy2bezbar
  • Billx
  • Easy Life
  • Johnnie Carwash
  • Lewis Ofman
  • Minuit Machine
  • Voyou
  • Zaho De Sagazan
  • Barrut & Diridollou Lavigne
  • De La Crau
  • Fest Noz

  • Dimanche 16 juillet 2023

  • Soprano
  • Phoenix
  • Hot Chip
  • Jain
  • Lorenzo
  • Moderat
  • Paul Kalkbrenner
  • Adé
  • Acid Arab
  • Gwendoline
  • Joy.s.a.d
  • Kalika
  • Mademoiselle K
  • Stuffed Foxes
  • Avalanche Kaito
  • Kaolila
  • Parranda La Cruz
  • Taxi Kebab
  • Lundi 17 juillet 2023

  • Red Hot Chili Peppers
  • Nova Twins
  • Silmarils
  • Skip The Use
  • The Inspector Cluzo
  • Écrit par: Claude Pimp

    Rate it

    Commentaires d’articles (0)

    Laisser une réponse

    Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

    HZ since 2007

    Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
    et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

    Contact us

    doner dooner

    dieu vous le rendra….

    0%