Reports

On y était – Terror Bird & La Femme

today05/07/2010 72 1

Arrière-plan
share close
terrorbird0008Photos Youngloup pour Hartzine

Terror Bird & La Femme, Paris, Le Motel, le 22 juin 2010

Le lendemain d’un début d’été tout en cacophonie. La veille, je reste cloîtré dans mon deux pièces attendant les derniers soubresauts d’un tintamarre à la saveur de l’enfer, quand l’ami Pat s’en est allé guincher au son d’un R’n’B dégoulinant Cours Saint-Emilion. Pour autant, c’est en bons amis que l’on se retrouve au Motel, histoire de sortir négligemment un mardi soir tout se repaissant d’une musique emportant l’unanimité.

De La Femme, on vous en a déjà parlé et on vous en fera profiter, abuser, en toute conscience, incessamment sous peu. Ils étaient de la partie, de notre party. Inutile donc de déflorer l’indicible énigme d’autant que les conditions live du Motel sont ce qu’elles sont : excessivement exiguës. De Terror Bird vous en saurez également beaucoup plus bientôt dans nos pages. S’il s’agissait de la release party de Shadows in the Halls, EP paru le jour même via la Station Radar et l’Atelier Ciseaux, Nikki Nevver était seule, munie d’un micro et d’un minuscule clavier de poche, son mari de batteur n’ayant pas la place de s’inviter sur scène. Bien décidée à prendre la pose et à nous faire hocher la tête, sa voix faisant preuve d’un grain impérissable, l’ambiance feutrée de ses morceaux ne put jamais véritablement prendre corps dans un Motel garni mais bien trop affairé à conter fleurette. Malgré tout, comment blâmer celle qui hante mes nuits ?

Photos

[flagallery gid=48 name= »Gallery »]

[flagallery gid=49 name= »Gallery »]

Écrit par: Thibault

Rate it

Commentaires d’articles (1)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

HZ since 2007

Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

Contact us

doner dooner

dieu vous le rendra….

0%