Featured

On y était – Molly Nilsson à l’Institut Suédois

today27/03/2013 39 1

Arrière-plan
share close

Photos © Emeline Ancel-Pirouelle

Molly Nilsson à l’Institut Suédois le 20 mars 2013

Si l’on ne prend pas en compte ses chaussures, Molly Nilsson voyage plutôt léger : pas de musiciens, pas d’instruments, rien d’autre que son ordi. Sur scène, elle se contente simplement de chanter par-dessus son album – le dernier en date, History. Certains interpréteront ses lives comme une « mise en scène dépouillée », d’autres trouveront sans doute qu’il s’agit du plus gros foutage de gueule de l’univers. Certes, la première fois, on a forcément l’impression de s’être fait un peu rouler. Payer une place de concert pour assister à un karaoké auquel on n’a même pas le droit de participer, ouais, bon. Et pourtant, à chaque fois, il se passe un truc. Je ne sais pas vraiment si je saurais dire quoi.

D’abord, il y a cette femme un peu étrange, perchée sur ses écrase-merde, toujours en noir, les cheveux si blonds et géométriques qu’on dirait presque des faux. Elle parle peu et sans quitter son air grave, même quand c’est pour faire des blagues. Pour chanter, elle entrouvre à peine la bouche, et pourtant sa voix est toujours posée et puissante. Forte et fragile à la fois, elle a l’air de marcher sur un fil tout en sachant très bien où elle va. Dans la petite salle de l’Institut Suédois, plongée dans la pénombre, elle a un air de grande tragédienne. Nous, assis, cachés dans le noir, on observe sa danse d’albatros comme des voyeurs.

Consciencieusement, elle rejoue un par un presque tous les titres de son dernier album à l’identique. Par grand chose à en dire, donc, si ce n’est que la mélancolie qui s’en échappe est encore plus palpable en vrai. Sa performance, trop courte, culmine avec la sublime I Hope You Die ; elle revient ensuite pour un rappel – toujours le même – sur City of Atlantis mais là où tout le monde devrait danser, l’atmosphère reste recueillie. C’est un peu le paradoxe de la musique de Molly Nilsson, résolu de façon plus ou moins heureuse par les salles qui l’accueillent. À l’Espace B en avril dernier ou à Berlin en mai, on l’a vue debout, on a dansé. Ici, à l’Institut Suédois, le cul vissé à nos chaises, on n’est pas mal non plus. Il faut dire qu’il est tôt. Alors pop de chambre ou musique de club, on ne sait pas trop, et à vrai dire on s’en fout tant que ça dure.

Lire la chronique de History.
Lire l’interview.
Voir Molly Nilsson à l’Espace B.

Photos

Écrit par: Emeline Ancel-Pirouelle

Rate it

Article précédent

Reviews

V.A. – The End Of Civilizati​on

Dans la droite ligne d'une immixtion quasi symbiotique de Mushi au sein du label  - structure sur laquelle l'Italienne a sorti ses deux premiers longs formats, Faded Heart (2011) et Breathless (2012, lire), et dont l'initiateur, Alessandro Adriani, s'occupe des claviers lors de ses prestations live -, rappelant de près ou de loin celle d'Ela Orleans (lire) au sein de Clan Destine Records, une carte blanche a été accordée à Valentina Fanigliulo, de son […]

today26/03/2013 17

Commentaires d’articles (1)

  1. Eric Lemaresquier sur 28/03/2013

    Tres bonnes impressions ! Merci de nous rappeler ces petits instant de bonheur envoutants, et bien trop courts comme d’habitude ! A la prochaine Molly !!

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%