Reviews

Jónsi – Go

today03/04/2010 75 3

Arrière-plan
share close

Ajonsi-go-covervant même de pénétrer dans l’univers sinueux de Jónsi Þór Birgisson et de s’abandonner totalement à ce premier essai solo du chanteur de Sigur Ros, impossible de ne pas se figer à l’écoute du single et morceau d’ouverture : Go Do. Comment ne pas rester ébahi devant cet envol majestueux dont les surcouches de voix composent à elles-seules une mélodie. L’organe vibrant de Jónsi se croisant à celui de mille oiseaux claquant des ailes et filant droit vers le soleil. Les percussions rappellent de secs battements de pieds marquant l’excitation et l’impétuosité de cette folle odyssée. Go Do fait partie de ces rares titres qui vous collent un sourire béat et que vous vous repassez en boucle, atteint d’une étrange déprime une fois la dernière note jouée. Un track qui jusqu’à ses arrangements inspire la liberté, donne l’envie de se déshabiller, de courir nu en pleine nature, et de se rouler à poil avec ses potes dans les talus… Ça fait trop gay ? Bon, tant pis pour le lectorat de Têtu…
Pourquoi avoir parlé avec tant d’honneur de Go Do avant même d’avoir présenté cet exercice de style qu’est Go ? Car bien triste, à l’image du fabuleux Tornado, sera le reste de l’album. On attendait beaucoup de cette farouche entreprise de l’Islandais de s’affranchir de son groupe afin d’explorer un univers plus électronique, plus à l’image des préoccupations de ce pinson un brin mélancolique. A cela nos attentes étaient peut-être démesurées. Ce qui n’excuse pourtant pas les facilités prises par Jónsi qui livre au final un album aux 2/3 pop (Boy Lilikoi, Animal Arithmethic…), se sabordant lui-même par un chant en anglais pas désagréable mais soyons honnête loin d’apporter le dépaysement et le lyrisme de la langue qui a lui-même inventé, le Vonlenska. Et alors que ses poèmes deviennent des maux, ses mots deviennent pour nous un problème. Les textes restent assez vides pour un auteur aussi visionnaire qu’est cet habitant de Reykjavík dont la voix de fausset nous laissait autrefois imaginer d’étranges histoires.
Jónsi le borgne aura beau s’accompagner de Grizzly Bear, Antony & The Johnsons ou même Bonnie « Prince » Billy, force est de constater que n’est pas Thom Yorke qui veut. L’artiste n’arrive pas totalement à se décoller de la musicalité de Sigur Ros tout en la pourrissant d’une superficialité grasse voir affligeante. De tristes heures pour l’Islande, après l’égale déception pour le Standing on Top of Utopia de Kasper Bjorke. Une malheureuse entreprise qui s’éteint fort heureusement dans un Hengilas vaporeux où le multi-instrumentiste retrouve sa langue d’origine et les climats nébuleux dont il nous avait auparavant habitués. Reste le magnifique Go Do pour se consoler de cette terrible maladresse. Allez hop tout nu !

Akitrash

Audio

Jónsi – Tornado

Tracklist

Jónsi – Go (Parlophone, 2010)

1.Go Do
2.Animal Arithmetic
3.Tornado
4.Boy Lilikoy
5. Sinking Friendships
6. Kolnidur
7. Around us
8. Grow till tuss
9. Hengilas

Écrit par: Akitrash

Rate it

Article précédent

Medias

Yacht – Afterlife

On pensait que Yacht en croisière mais le duo foutraque et un brin frappé du ciboulot Jona Bechtolt/Claire L. Evans lui, n’en avait pas réellement fini avec nous et c’est dans la préparation de leur seconde tournée qu’ils nous envoient la vidéo christique de The Afterlife. Baptême hilarant pour qui connait l’univers et comprend les paroles de ces deux trasheurs signés sur DFA.Un pur régal pour les yeux et les […]

today03/04/2010 151

Commentaires d’articles (3)

  1. benoit sur 22/04/2010

    N’ayant jamais été un très grand fan de Sigur ros, je trouve que c’est son album le plus réussi, même si j’aime bien aussi son projet Jonsi & Alex.

  2. akitrash sur 23/04/2010

    pourtant le fantôme de Gobbledigook et surtout de ses remixes n’est pas très loin…
    Le chant en anglais désoriente l’auditeur appréciant l’univers barré de Sigur Ros.
    Après l’album n’est pas complètement à chier… Mais je préfère de loin les expérimentations d’Avey Tare et Kria Brekkan ou de Thom Yorke dans le genre… Surement un peu trop pop pour moi…

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%