News

Apostille – Virile Strain Transmission

today16/02/2016 174

Arrière-plan
share close

L’apostille, c’est cette note discrète en pied de page, sans rapport avec le contenu, un truc auquel personne ne fait gaffe mais qui garantit l’authenticité. Un sceau. Apostille de son propre label Night School Records (Molly Nilsson, Sally Dige, Paper Dollhouse…), aussi discret qu’efficace à promouvoir par l’expérimentation pluristylistique la diversité de son catalogue, Michael Kasparis vient de sortir son troisième album, Virile Strain Transmission, au titre étrangement parfumé d’eugénisme masculinisé dans un label à dominante féminine.

Après un Perpetual Dirt à la noise-pop technoïde et un Powerless entrelaçant EBM et new wave, l’Écossais s’extrait de plus en plus de son approche pop mais continue à synthétiser sa démence maîtrisée et offre sept morceaux de « souche virile » à classer entre IDM pour survivants de l’apocalypse musicale et raving techno pour gabbers nyctalopes. En écoute intégrale et captivante ci-dessous.

Audio

Écrit par: Ted Supercar

Rate it

Article précédent

Le son de la semaine

Slushy Guts – Thoughts Hurts (PREMIERE)

L'ex-Digan Porch Steve Keane brocante depuis 2009 sous l'alias Slushy Guts une pop bricolo, bordélique, pas forcément ludique, souvent mélancolique, cousant ses ritournelles déstructurées dans les mailles d'influences aussi diverses que le punk raturé des Dead Kennedys ou la verve lo-fi des Guided By Voices de Robert Pollard. Déjà auteur de quelques LP, dont le nonchalant Swish Swoosh paru en novembre 2014 faisant macérer une anti-folk désabusée à l'aune des […]

today16/02/2016 33

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%