EP

▼▲▼ Vagina Vangi – Benighted United EP

today09/02/2011 31

Arrière-plan
share close

coverPas de doutes, les corbacs auront su s’adapter à l’ère digitale avec une aisance déconcertante. Troquant leur éternel spleen baudelairien contre des concassements de voix saturées, le post-gothisme se veut aussi craspec que D.I.Y. L’ère des romantiques laisse place à la rage du bitume, celle où le stupre, la drogue et l’inconscience sont monnaie courante. Ces nouveaux punks des cimetières fascinent et séduisent, réduisant en poussière un héritage bâti d’ossements et construit dans les larmes. Ian Curtis peut enfin reposer en paix, il risque de se passer un bon moment avant que le nom de Joy Division ressorte des tiroirs. Et ma foi, ce n’est pas trop tôt. La presse préfère faire les choux gras de , Zola Jesus, oOoOO et leurs émules, qui auront contribué à inventer la witch house, genre conspué, mais dont tout le monde raffole pourtant. Cherchez l’erreur.

Dans ce cadre d’affolement musical est né une multitude de copycats, dont une simple page ne suffirait pas à résumer la liste. Quelques bons, mais surtout du mauvais, où tout du moins du médiocre. Certains peuvent cependant se vanter d’échapper à la règle. C’est d’ailleurs le cas de ▼▲▼ Vagina Vangi qui ne partait pourtant pas forcement gagnant. En usant la corde des pseudos à symbole et des pochettes patchwork, le jeune Russe derrière l’entité synthé-goth ne donnait pas vraiment dans l’audace et la témérité. Par chance, la musique, elle, ira au-delà des préjugés. Benighted United est un ovni aussi cauchemardesque que carré. Un frisson d’angoisse perpétuel qui saisit l’échine, sans vouloir lâcher son étreinte. Pied-de-nez aux multitudes crews californiens, pour la plupart (mais ce n’est qu’un détail), ▼▲▼Vagina Vangi installe un climat de terreur permanent à travers une techno sombre qui semble jouée au ralenti. Les beats claquent comme des coups de masse tandis que les chants nous entraînent yeux bandés au fond des abysses. Pendant horrorcore d’un genre qui ne respire pas foncièrement la gaieté de vivre, cet EP n’est pas seulement un sound-design pour péloche de série B, mais une véritable usine à sabbath. Un amoncellement de cantates funestes scandées par des psychopompes enragés, qui depuis leur lugubre demeure illustrent notre dernière transe. Benighted United est un objet maléfique duquel on ne s’échappe pas et contre lequel il serait bien difficile de lutter. Un véritable tour de force pour ce Ruskov sans label qui coiffe pourtant au poteau nombre de concurrents.

Audio

Tracklist

▼▲▼ Vagina Vangi – Benighted United (2011)

1. From Darkness
2. Servants of Death
3. To Bleed
4. Christ

Écrit par: Akitrash

Rate it

Article précédent

Specials

Requiem pour Meg White

Photos © Juergen Teller Vous ne pouvez pas ignorer la nouvelle : le 2 février, les White Stripes ont officialisé leur séparation déjà effective depuis 2007 par un communiqué publié sur leur site internet. Si le divorce était déjà consommé depuis plus de trois ans, Jack White s'employait avec application à garder le mystère sur une possible reformation du duo de Détroit à longueur d'interviews évasives agrémentées de verbes au […]

today09/02/2011 5299

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%