Pour la petite histoire, la photo qu’on te file pour la mixtape c’est un jeune qui a volé le laptop de Jean-Baptiste, qui a pris une photo de lui, l’a mise sur l’ordi, et s’est fait sauter par la police… du coup on a récupéré l’ordi, nos prod et… sa toph de fils de…. Tsantza est le projet analo-techno de deux échappés de Night Riders, projet dénommé ainsi en hommage aux réducteurs de têtes indiens Jivaros. Explications : l’idée était de proposer une approche hardware avec très peu de machines, développer une méthode, enregistrer live et improviser sur certains thèmes préalablement composés. Le but était aussi de travailler dans une idée très rythmique mais beaucoup plus lente et lourde que les tempos utilisés dans le genre depuis longtemps, l’esprit deep du truc, bien cérébrale, et pas très bling. Après la seconde face de leur cassette à paraître en novembre sur Svn Sns Rcrds AA1 dévoilée il y a quelques jours par The Drone (lire), les deux Tsantza nous donnent à écouter la première A1, qui, en plus d’avoir un nom facile à retenir, colle parfaitement à leurs dires. En prime, ils nous ont confectionné un mix vinyle one shot enregistré à Château d’Eau sagement intitulée Classiques anti-victimes. C’est une mixtape que l’on pourrait qualifier de classics, et anti-élite, très orientée garage et dub 2000, house de rasta, ambiance mystiques, minimal et voodoo. Je dirais que même si c’est très éloigné de notre son, c’est le genre de musique qui nous a le plus influencés : les mélanges improbables, l’approche futur, et le truc des mouvements underground hyper fédérateurs, tout comme les ambiances, le mix « à l’arrache » hyper orienté dub, avec rewind schlagos et tout le folklo jamaïquain. Aussi on a préféré ne pas mettre la playlist pour que l’auditeur ait son propre point de vue. Dans cet ordre d’idée, il y a un maxi hyper limité hors-album de Sbtrk caché dans le mix – qui l’eut cru, hahaha. Oui, qui l’eut cru. Tsantza sera en concert ce vendredi 17 octobre avec Geena au 114 (Event FB).

Audio (PREMIERE)

Mixtape