Tribute to Dieter Moebius

Dieter Moebius

La maladie le rongeait, Dieter Moebius s’est éteint hier à l’âge de 71 ans. Véritable trait d’union dans ce que l’Allemagne eut de mieux à offrir à l’orée des années soixante-dix en matière de psychédélisme et de recherche musicale (lire), le compositeur germano-suisse a successivement participé à Kluster, bien entouré de Conrad Schnitzler et Hans-Joachim Roedelius, devenu Cluster avec le départ du premier pour Tangerine Dream, confectionnant à l’aide de pédales d’effets et de synthétiseurs balbutiants d’hallucinants paysages sonores (Cluster II, Cluster 71), puis Harmonia toujours avec Hans-Joachim Roedelius en plus de Michael Rotter, batteur de Neu!, et Brian Eno, délayant en quelques albums d’une beauté spectrale une véritable proto-électronica. Un pionnier de la musique électronique donc, de l’ambient, et père, parmi d’autres tels Klaus Schulze et Manuel Göttsching, de ce que la presse anglaise d’alors baptisa « krautrock » et qu’à son encontre on préfère nommer kosmische. Alors qu’un coffret regroupant la discographie d’Harmonia s’apprête à sortir le 23 octobre sur Grönland Records, anthologie sur laquelle travaillait Dieter Moebius lui-même, on voulait lui rendre hommage par un mix. Celui-ci on l’a trouvé dans les internets : il est l’oeuvre de l’américain Jeffrey Brodsky. Inutile d’en rajouter, il suffit parfois de savoir écouter.

Mixtape