Standard Fare – The Noyelle Beat

standardfare_thenoyellebeatN’en déplaise aux habitants de la commune du nord de la France mais y a-t-il endroit moins rock et glamour que Noyelles-sous-Lens ? C’est pourtant à cette ville que Standard Fare a décidé de dédier son premier album. Cela mérite quelques explications : depuis quatre ans, Music Transfer Protocol organise des échanges musicaux entre le Nord‑Pas‑de‑Calais, la Belgique et l’Angleterre.Un festival composé des groupes issus des trois pays est programmé à Noyelles-sous-Lens tous les printemps. C’est lors de sa participation à l’édition de l’année dernière que Standard Fare, trio originaire du nord de l’Angleterre, a heureusement trouvé le son qu’il cherchait depuis sa formation… La jeune bande a donc logiquement baptisé son opus The Noyelle Beat.

l_18e4fb73f879019d16e5785876ecd7c5
Enregistré en six jours, The Noyelle Beat rassemble 13 morceaux « radio edit » qui évoquent avec humour, maladresse séduisante et énergie pubertaire la difficulté d’établir des relations. Emma Kuppa, chanteuse très peu féminine mais personnage attachant, précise : « Nos influences majeures sont les relations et les expériences. Il y a souvent des points communs dans la nature des relations qu’elles soient amicales ou amoureuses. Chaque chanson de The Noyelle Beat est ce que nous avons voulu dire à quelqu’un mais les mots ne sont pas sortis de la bouche en temps voulu… Les chansons sont basées sur des faits réels, nous sommes donc restés un peu vagues volontairement… »
Standard Fare arrange ses morceaux de manière minimaliste (basse, batterie, guitare, voix) et aurait pu ne susciter aucun intérêt s’il n’était pas aussi délicieusement anglais, frais et drôle. Par exemple, sur Fifteen, Emma Kuppa évoque avec ironie l’attirance d’une personne adulte de 22 ans pour un(e) adolescent(e) de 15 ans ou sur Wrong Kind of Trouble s’interroge sur le genre d’ennuis qu’elle veut se créer (« Sleeping with the enemy, sleeping with the hired help, seducing friends of the family, and flirting with anyone else. Oh that’s the kind of trouble I want to get into »).
On pense beaucoup à The Housemartins ou un peu à The Shins sur Love Doesn’t Just Stop. Standard Fare est un jeune projet sans prétention qui ne demande pas à mûrir. À consommer sans modération ici.

Tracklist

Standard Fare – The Noyelle Beat (Sheffield Phonographic Corporation, 2010)

1. Love Doesn’t Just Stop
2. Nuit Avec Une Ami
3. Philadelphia
4. Wrong Kind of Trouble
5. Fifteen (Nothing Happened)
6. Let’s Get Back Together
7. Secret Little Sweetheart
8. I Know It’s Hard
9. Married
10. Edges and Corners
11. Dancing
12. Be In To Us
13. Wow