Peter Kris - Rim Of The World

Depuis 2012, l’on suit avec attention l’activité du label cassette de Joe McKay, Spring Break Tapes (lire). Force est de constater que ce résident de la Cité des Anges, instigateur depuis d’une vingtaine de cassettes supplémentaires, n’a pas chômé en transformant sa balbutiante entreprise passionnée en véritable maison d’édition au travail tout aussi exalté et exaltant. Désormais à mi-chemin entre l’art musical et graphique, Joe McKay étant artiste de son état, il n’y avait donc pas de rencontre plus souhaitable que celle du label avec Peter Kris, moitié de German Army (lire), qui vient de sortir par cette entremise la bande magnétique de Rim Of The World sertie d’un supplément photographique. Soignée et élégante, cette double parution s’attache à mettre en relief une situation socio-géographique bien précise : Inland Empire. Nom populaire et informel donné à la région située dans les comtés de Riverside et San Bernardino en Californie du Sud, l’endroit est un véritable déversoir de population ne pouvant plus se loger à Los Angeles pour raison économique et où, malgré l’afflux de personnes y habitant, tout y décline sauf le crime et le nombre sans cesse plus élevé de sans abris. Une sorte de contrefort nauséeux et avilissant au rêve américain, incarnée par l’entertainment que symbolise Los Angeles, et que Peter Kris se propose de documenter, lui qui nous indiquait lors d’une récente interview : « J’ai grandi à San Bernardino, la nature dans cet environnement m’a beaucoup inspiré. Humainement par contre, c’est très primitif et déprimant, comme Needles ou n’importe quelle autre zone déserte, ça peut te marquer très intensément. » L’oblongue Pale Surface est en écoute ci-après.

Audio