Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/experime/hartzine.com/wp-content/plugins/easy-social-share-buttons3/lib/modules/social-followers-counter/essb-social-followers-counter-widget.php on line 3

Deprecated: Function create_function() is deprecated in /home/experime/hartzine.com/wp-content/plugins/easy-social-share-buttons3/lib/modules/social-followers-counter/essb-social-followers-counter-widget.php on line 4
On y était - Fool’s Gold | HARTZINE

foolsgold
Fool’s Gold, Point Ephémère, Paris, 28 janvier 2010

Température record enregistrée ce soir-là le long du canal Saint-Martin pour un 28 janvier.Non ce n’était pas du à un feu de camp de sans-papiers à Jaurès mais à l’excellent combo-band venu tout droit de Los Angeles, Fool’s Gold qui a simplement envoûté les nombreux curieux venus les voir ce soir là.
Fool’s Gold est un groupé fondé initialement par deux illuminés de musique africaine : Luke Top et Lewis Pesacov. Au fil des rencontres et aussi d’amis adhérant au projet, le collectif se transforme en vrai groupe (ils sont 10) et commence à enregistrer des titres en studio donnant naissance à un LP qui sort début mars en physique. Ils viennent nous le présenter sur scène ce soir.
20h, on arrive assez tôt pour pouvoir bien se placer. Après une bonne heure et demi de mix afro, funk, pop en guise d’amuse-gueule, le groupe pointe enfin le bout de son nez. Une de mes premières interrogations de ce début de soirée est de savoir comment les 10 personnes qui composent le groupe allaient tenir sur la petite scène du Point Ephémère. Début de réponse en voyant débouler Luke Top et seulement cinq autres acolytes sur scène. Mais place à la musique!
Dès les premières notes de guitare, oublier cette question stupide et les problèmes futiles du quotidien, la grisaille hivernale, le boulot…
La musique de Fool’s Gold est une invitation au voyage à partir vers des contrées lointains, ensoleillées où sourire, chant et danse sont les maitres mots. Mélangeant musique africaine, funk et folk , le groupe prend toute son ampleur en live où chants en l’hébreu, guitares, tambourin, batterie, gankoshi et sax s’en donnent à cÅ“ur joie pour faire danser les gens .Un vrai plaisir de les voir jouer ensemble.Si après la première chanson, certaines personnes seraient encore réticents et mou du genou, le funky « Surprise Hotel » a eu raison d’eux. Tout le monde danse frénétiquement et même chante sur « The World is All There is » ( David Herman Dune est même conquis dans la salle ). 8 chansons, un bain de foule et deux rappels plus tard, dur dur d’enlever ce joli sourire sur mon visage. Non je n’ai rien pris, juste conquis !!!SHALOM !

Patrice

Photos

[flagallery gid=3 name= »Gallery »]

Bonus

Privacy Preference Center