Le Groupe Obscur

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’une secte blanche, d’un groupe aussi discret que dramatique : le Groupe Obscur.

Entre pénombre et lumière blanche, leurs concerts aux allures de messes noires intriguent autant qu’ils fascinent. Cette formation de cinq mestres ensorcelle. La voix de la chanteuse prêche en français entre accents perchés et chant angélique. Son audace et son timbre rendent hommage aux plus belles voix des années cold wave, de Siouxie Sioux à Elizabeth Fraser (Cocteau Twins). Cette voix angélique, associée à la puissance de son orchestre, donne corps à ce projet dont l’âme se veut à la fois rêveuse et salvatrice.

Le groupe est plein de contradictions, à l’image de leur titre Oiseau de Feu, histoire d’un oiseau de feu évoluant dans un univers de glace. Une métaphore racontée sur une basse des plus froides et une voix profonde à la Siouxie Sioux.

Sous cette désinvolture apparente, le groupe a une promesse ; non pas nous embarquer au fin fond des ténèbres, mais nous proposer un voyage qui casse les codes. Si l’on ne touche pas la lune à bord de leur vaisseau, on touchera au moins quelques étoiles.

L’esthétique du groupe est largement inspirée de grands classiques de la littérature tels que Alice au Pays des Merveilles, que l’on retrouve dans la vidéo Du Fond des Mondes. La formation s’inspire également du dadaïsme, mouvement artistique le plus libre jamais créé. Le Groupe Obscur a bon goût, de Man Ray à Georges Méliès, leur imagerie aussi sombre que romantique est maîtrisée.

Le Groupe Obscur est une pépite délicate, puissante et pleine de poésie dans un monde toujours plus violent. Chers lecteurs, j’espère vous croiser à la prochaine messe.

Vidéos

Photo : Lise Dua