par Nastasia Hadjadji

La dernière sortie Hylé Tapes est un évènement à plusieurs titres : trois cassettes, un fanzine, trente-quatre artistes rassemblées, plus de six nationalités et surtout un parti-pris fort, ne rassembler que des artistes féminines et/ou non-binaires. Self-Identified Non-Male Artists Making Experimental Electronic Music fait partie de ces objets politiques et sonores singuliers qui ne sont que trop rares dans le paysage musical français. Les trois cassettes de cette compilation donnent à entendre l’immense diversité des productions sonores rangées sous l’étiquette « musique électronique expérimentale » : de l’ambient poétique, en passant par les expérimentations drone et post-industrielles, cette compilation explore ce spectre musical dans toute sa largeur.

En ne réunissant que des artistes femmes (ou female-identified), cette compilation se fait l’écho de voix et de propositions sonores trop souvent inaudibles, ou absentes des programmations. Parce qu’en 2017 la question de la représentation des femmes et des minorités de genre – dans l’ensemble de la société tout comme dans le champ de la musique et de la culture – demeure un enjeu crucial, cette compilation est une initiative importante. Importante parce qu’en réunissant ces trente-quatre artistes, elle permet la mise en réseau et le partage d’expériences ; importante ensuite parce que ces trente-quatre artistes sont autant de figures sources d’inspiration pour de potentielles futures musiciennes ; importante enfin parce que l’initiative est portée par un label indépendant, et qu’il est fondamental que les marges s’emparent de cet enjeu si déterminant.

La compilation sort en édition limitée à cinquante exemplaires (K7) et s’écoute ci-dessous :

Audio

V.A. – Self-Identified Non-Male Artists Making Experimental Electronic Music (Hylé Tapes, 17 février 2017)