The Drums - Summertime!

the_drums_press_shot_3Les choses auraient pu tourner autrement. Jonathan et Jacob auraient pu se détester à jamais l'un l'autre, ne pas transformer cette amitié fraternelle débutée lors d'un camp d'ado estival, quelque part sur la côte est des Etats-Unis, en une des plus belles promesses musicales des années à venir. Pis, Jonathan et Jacob auraient pu ne jamais se trouver d'affinités électives, l'un et l'autre étouffés par la certitude de n'être pas fait musicalement l'un pour l'autre et ainsi, assouvir leur amour commun de la chose musicale seuls, dans leur coin, à des jours de voiture l'un de l'autre sans jamais confondre leur talent. Mais voilà, The Drums existe et Jonathan et Jacob n'ont jamais cesser d'y croire, nous donnant ainsi à entendre sur ce premier Ep le mélange atypique et détonnant découlant de la rencontre fortuite de deux univers musicaux. Véritable pont entre deux rives , celui reliant les distorsions électriques de la surf music  aux élucubrations sonores de la  Madchester,  Summertime! est finalement l'album qui saura le mieux cette année accompagner musicalement les changements de saisons et ce, que vous les aimiez chaudes ou froides.

Ian curtis et Dick Dale apprécieront.

Benoît

Audio

The Drums - I Felt Stupid

Video

[flashvideo file=http://www.youtube.com/v/8dBv4i0dXUc /]

Tracklist

THE DRUMS - Summertime! (Twentyseven Records, 2009)

1. Saddest Summer
2. Let's Go Surfing
3. Make You Mine
4. Don't be a Jerk, Jonny
5. Submarine
6. Down by the Water


Boris/Torche - Chapter Ahead Being Fake

torche_boris_scan3_s-500x409Ces dernières années, pas mal de labels ont contribué a redonner ses lettres de noblesses au métal. Il faut dire qu'on repartait de loin, tant l'explosion de la comète néo-métal (korn, limp bizkit, etc) avait fait beaucoup de victimes. D'un point de vue historique, on va dire que des structures comme Relapse records, Teepee records, Southern lord ou encore Hydra Head records ont déployé leur aura bien au delà de leur fanbase traditionnelle. Il n'y a qu'à observer la constitution des premières compilations Contamination sorties chez Relapse. Déjà composées des futurs poids lourds de la nouvelle scène métal (the dillinger escape plan entres autres), elles n'en restaient pas moins fermées sur elles-mêmes. A l'époque, quel fan de mortician (groupe culte de gore grindcore, tout est dit) aurait imaginé son groupe partager une compile, quelques années plus tard, au côté du projet prog Zombi ?

Les explications de la réussite de ces labels sont à prendre autant du côté des choix artistiques que des cellules marketing mobilisant de plus en plus de dollars sur les lignes budgétaires de ces désormais multi-nationales. Les têtes de wagons de ce nouveau business orienté métal extrême entretenant des relations quasi incestueuses, il n'est pas rare de voir certains groupes partager les mêmes labels au gré des collaborations. C'est notamment le cas de Boris et de Torche, pensionnaires d'au moins la moitié des faiseurs de disques pré-cités.

Il n'est pas étonnant de voir les deux groupes s'unir pour un split. Il y a beaucoup en commun : un amour des tournées intensives, un intérêt pour les guitares accordées très bas et un attrait pour les mélodies noyées dans un déluge de saturation. Le résultat est vraiment bon, les deux groupes apparaissent transcendés. Pour Boris, c'est plûtot habituel : leur discographie est parsemée de morceaux faisant le lien entre astrobrite et khanate; un shoegaze-doom (doom-shoegaze ça marche aussi) performé au poil, évitant l'emphatisme du post-hardcore et la sécheresse de la drone. Pour Torche, c'est LA bonne surprise. Leur discographie stoner-rock-metal restait pour moi dans l'ombre de Kylesa (groupe que je leur associe, je ne sais pas pourquoi), honte à moi. Leur morceau, bien que débutant sur un gimmick neurosien, s'étoffe par la suite. King Beef prend toute sa mesure des que le larsen apparaît et atteint par la suite sa potentialité sonique qu'on est en droit d'attendre de la part de ce genre de groupes.

Nicolas

Audio

Torche – King Beef

Tracklist

Boris/Torche - Chapter Ahead Being Fake (Hydra Head records, 2009)

1. Boris – Luna
2. Torche – King Beef


Chairlift - Bruises (ep)

bruisesL'espoir vous fait vivre et vous souhaitez connaître la recette pour sortir de l'indifférence musicale générale qui vous entoure et rencontrer une bonne fois pour toute le succès  à la fois critique et commercial? Rien de plus simple, il vous faudra suivre la démarche énoncée ci-après. Avant toute chose délestez-vous de toutes attaches qu'elles soient personnelles, professionnelles ou matérielles car l'atlantique il vous faudra traverser. Démerdez-vous également pour vous constituer un sympathique pécule afin de pouvoir passer à l'étape décisive suivante. Direction donc le pays où paraît-il tout est possible. Une fois là-bas, inscrivez-vous dans une université, de préférence gauchiste genre Wesleyan et tentez d'y suivre les cours d'ethnomusicologie proposés. Après un semestre d'immersion où vous en aurez profité pour améliorer votre connaissance du synthétiseur et vous constituer une banque de sons digne de ce nom sur  disquette 3"5, passez une petite annonce sur la page facebook de l'université  pour une opération flash mob ayant par exemple pour objet de marcher au ralenti, qui plus est à reculons, dans l'allée principale du campus au son d'un mashup traduisant votre ouverture d'esprit . Si vous réussissez, des gens formidables viendrons vous féliciter. Sachez alors ouvrir l'œil et reconnaître  parmi ces derniers vos futurs compagnons de route.  Une fois donc votre band monté, deux, trois, voire quatre chansons rodées, bref de quoi déjà vous risquer à organiser la série de concert à travers tout le conté, une page myspace et ses milliers de connexions plus tard, rejoignez sur un coup de tête Brooklyn et installez-vous dans le Williamsbourg. Humez l'odeur de l'effervescence artistique qui s'y trame et inspirez-vous en pour réécrire votre demo que vous vous empresserez ensuite d'envoyer aux micro labels influents du coin (Catora, Frenchkiss, Kanine...).  Une fois le contrat signé, votre premier ep paru, playlisté, remixé, bootlegué, hyperlinké, acheté pour une pub, utilisé pour un meeting de l'UMP, chroniqué sur pitchfork, joué live pour une dayrotter session, vous serez contacté par Rick Rubin, vous signerez chez Columbia et le succès enfin vous connaîtrez.

C'est très grossièrement ce qu'ont vécu les trois membres de Chairlift dont l'album Does You Inspire You depuis maintenant plus d'un an ne cesse de recevoir les louanges du milieu . C'est d'ailleurs au tour de la gentille balade synthpop Bruises - après avoir fait office de fond musical pour une publicité d'une légendaire firme de Cupertino - d'être mise à l'honneur via la sortie d'un maxi. Bonne surprise, ce dernier vaut autant par la nonchalante liberté que son titre phare évoque, que par les relectures percutantes et sensorielles qu'en font, en bons voisins, Passion Pit et Juan Mclean.

Audio

Chairlift - Bruises (Passion Pit remix)

Chairlift - Bruises (Juan Maclean remix)

Tracklist

Chairlift - Bruise (Columbia, 2009)

01. Bruises (Original)
02. Bruises (Passion Pit Remix)
03. Bruises (The Juan Mac Lean Remix)
04. Le Flying Saucer Hat