Boris/Torche – Chapter Ahead Being Fake

torche_boris_scan3_s-500x409Ces dernières années, pas mal de labels ont contribué a redonner ses lettres de noblesses au métal. Il faut dire qu’on repartait de loin, tant l’explosion de la comète néo-métal (korn, limp bizkit, etc) avait fait beaucoup de victimes. D’un point de vue historique, on va dire que des structures comme Relapse records, Teepee records, Southern lord ou encore Hydra Head records ont déployé leur aura bien au delà de leur fanbase traditionnelle. Il n’y a qu’à observer la constitution des premières compilations Contamination sorties chez Relapse. Déjà composées des futurs poids lourds de la nouvelle scène métal (the dillinger escape plan entres autres), elles n’en restaient pas moins fermées sur elles-mêmes. A l’époque, quel fan de mortician (groupe culte de gore grindcore, tout est dit) aurait imaginé son groupe partager une compile, quelques années plus tard, au côté du projet prog Zombi ?

Les explications de la réussite de ces labels sont à prendre autant du côté des choix artistiques que des cellules marketing mobilisant de plus en plus de dollars sur les lignes budgétaires de ces désormais multi-nationales. Les têtes de wagons de ce nouveau business orienté métal extrême entretenant des relations quasi incestueuses, il n’est pas rare de voir certains groupes partager les mêmes labels au gré des collaborations. C’est notamment le cas de Boris et de Torche, pensionnaires d’au moins la moitié des faiseurs de disques pré-cités.

Il n’est pas étonnant de voir les deux groupes s’unir pour un split. Il y a beaucoup en commun : un amour des tournées intensives, un intérêt pour les guitares accordées très bas et un attrait pour les mélodies noyées dans un déluge de saturation. Le résultat est vraiment bon, les deux groupes apparaissent transcendés. Pour Boris, c’est plûtot habituel : leur discographie est parsemée de morceaux faisant le lien entre astrobrite et khanate; un shoegaze-doom (doom-shoegaze ça marche aussi) performé au poil, évitant l’emphatisme du post-hardcore et la sécheresse de la drone. Pour Torche, c’est LA bonne surprise. Leur discographie stoner-rock-metal restait pour moi dans l’ombre de Kylesa (groupe que je leur associe, je ne sais pas pourquoi), honte à moi. Leur morceau, bien que débutant sur un gimmick neurosien, s’étoffe par la suite. King Beef prend toute sa mesure des que le larsen apparaît et atteint par la suite sa potentialité sonique qu’on est en droit d’attendre de la part de ce genre de groupes.

Nicolas

Audio

Torche – King Beef

Tracklist

Boris/Torche – Chapter Ahead Being Fake (Hydra Head records, 2009)

1. Boris – Luna
2. Torche – King Beef