Bernard Fèvre 3
Bernard Fèvre aka Black Devil Disco Club, a été longtemps un des secrets les mieux gardés de l’hexagone. Après quelques dizaines d’années de silence, en 2010 on le retrouvait sur scène à l’occasion d’une tournée. Aujourd’hui après avoir été samplé par Aphex Twin et Chemical Brothers, Alter-K a décidé de rééditer les trois premiers albums de ce maestro du synthé à la française. Trois albums longtemps restés dans les cartons mais qui pourtant ont fait date. Suspense, Cosmos 2043, et Disco Club sont trois appréhensions de la musique de Bernard Fèvre, tantôt résolument tourné vers « l’illustration sonore » et le récit, tantôt vers le dancefloor disco-kraut. Trois albums devenus mythiques, quelques générations après leur première sortie.

Bernard Fèvre sera en concert à Bordeaux vendredi 10 juillet au Bootleg.

Bernard Fèvre l’interview

Bernard Fèvre 2

Vous avez une drôle d’histoire, des albums dans les années 70 et puis plus de 20 ans plus tard Aphex Twin et les Chemical Brothers vous samplent, aujourd’hui trois de vos albums sont réédités, comment s’est passée toute cette aventure ?

Dans les années 70 j’ai eu l’occasion de réaliser quatre albums Strange World of B. FevreCosmos 2043Suspense et Black Devil Disco Club, les trois premiers étant des albums destinés aux pros de l’illustration sonore donc non vendus dans le commerce. Black Devil était lui destiné à cartonner dans la disco musique (Nada). Bide et tristesse.

Vingt-cinq ans après alors que je me destinais à partir de la pub’ qui me faisait vivre et aller taquiner le goujon. Des Anglais samplent des trucs à moi, rééditent en partie Black Devil Disco Club m’invitent, me fêtent, me labellisent, et me font remonter sur scène… enfin plein de choses qui m’empêchent soudain de m’encrouter.

J’ai donc remis le couvert avec 28 after qui a plu. Depuis j’en suis au 5ème Album produit. Et aujourd’hui plusieurs labels répartis dans le monde m’offre le plaisir d’offrir ma musique de 70 à plein de gens qui l’attendaient et qui maintenant attirent vers moi un monde qui m’ignorait.

Je me suis toujours demandé ce que vous utilisiez comme synthé pour composer vos morceaux, sur scène il me semble que vous jouez avec quelques synthés et un laptop aussi. Est-ce que vous utilisez le même dispositif pour la composition ?

Sur scène je gère mon Laptop qui contient beaucoup de sons injouables live, car ils sortent de machines anciennes improgrammables. Et comme au bon vieux temps j’utilise des plugins et autres bidouilles du 21eme siècle – je ne suis pas contre le progrès ! Il y a des techniciens qui font toujours avancer la musique, peut-être plus parfois, que des musiciens conformistes. J’ai plaisir à faire un set qui joue, danse et chante avec le grand plaisir de voir mes Kids heureux de mon job.

D’ailleurs comment se passe le passage du studio au live ?

La difficulté du studio est de savoir m’arrêter avant d’exploser mes idées. Le live, c’est en 1H démontrer par une sorte de communication mystique le plaisir que j’ai eu et que j’ai de faire ma musique.

Il y aussi sur certains albums, notamment Cosmos 2043, un côté très cinématographique et assez narratif dans vos compositions, on pense notamment à cette B.O de la planète interdite de Louis et Bebe Barron qui été je crois assez historique dans l’utilisation des synthétiseurs, ou des premières machines qui pouvaient y ressembler. C’est quelque chose que vous tenez à travailler, ce lien entre dancefloor toujours, et en même temps quelque chose de l’ordre du récit ?

Ma musique est descriptive car en réalité je joue les images qui me passent dans la tête au moment où je compose. La chimie fait que grâce aux synthé qui ont des sont riches et variés ces images se transforment en sentiments. La musique insuffle des vibrations qui sont autant corporelles qu’intellectuelles c’est elle, la musique, qui m’a rendu à peu près équilibré. En danse et en pensée.

Bernard Fèvre

Disco Club, est plutôt radicalement dancefloor, avec un côté parfois assez « dark » dans le travail de la voix, quelle réception l’album a eu l’année de sa sortie en 1978? Il me semble que c’était plutôt une interprétation très neuve de la disco pour l’époque.

Je pense que j’avais assez une punk attitude à l’époque, comme tout les enfants qui n’ont pas de vrai destiné, donc toutes mes innovations sont dues au fait de: «pas vouloir faire comme on fait d’habitude» Le dark vient du fait que ce qui est nouveau fait peur, j’ai du faire drôlement peur à l’époque ! Aujourd’hui mon public n’a aucune frayeur.

Qu’est-ce que ça signifie pour vous de rééditer ces trois albums à près de 40 ans d’écart de leurs premières sorties ?

Ca signifie que je n’étais pas débile, ce que j’ai cru à un moment. Ca signifie que le monde avance malgré tout. Ca signifie que mon fils de vingt-et-un ans est assez content de son père. Ça signifie pour finir que je ne me sens plus trop vieux et que je mourrai en ayant eu un peu de gloire.

Justement sur le changement de réception de ta musique entre les années 70 et aujourd’hui, vous dîtes que vous avez du vachement faire peur aux gens à la sortie de Black Devil, comment ils ont réagi à l’époque ? Et maintenant où vous faîtes quand même des grosses tournées, comment réagit le public ? Est-ce qu’il a changé aussi, ou est-ce qu’il est mélangé ?

Ils ont réagit en disant que c’était une musique insensée, choquante qui n’avait aucun avenir…

De tout temps il y’a de « vieux pseudo-professionnels » qui jugent la musique qui arrive sur leur bureau. Il faut donc que ça corresponde à leur culture, qui en générale s’est arrêtée à leur vingt-cinq ans. Ils disent principalement après écoute: «Je ne vois Pas… » Alors que l’artiste lui écoute évolue et voit toute sa vie.

Partout où je vais dans le monde, le public – dorénavant plus jeune qu’il y a neuf ans – , est heureux de m’applaudir, même parfois de m’ovationner. Beaucoup de Français sont contents aujourd’hui de me découvrir quand on m’invite. Il faut dire, qu’on m’ignore super bien dans mon pays.

Mon public ressemble beaucoup à tout ces jeunes qui font partie d’un nouveau monde qui cherche… Un nouveau monde ! C’ est là où on se rejoint.

Quels sont les projets pour Black Devil Disco Club après ces rééditions? Un nouvel album ?

En ce moment le jeu est de dire que 2043 sera l’année de ma mort, donc encore vingt-huit ans pour quelques albums mais « Cool Papy ».

Audio

Tracklisting

reissue

Bernard Fevre ‎– Suspense (Alter K, 2015)

01. Weekee Way
02. On The Channel
03. Skeese
04. Magnetic Spool
05. Mister Green
06. What Happens
07. Double Dream
08. Rocal System
09. To Much Water
10. Contemplation Of The Mountains
11. Path Of Tomorrow

Bernard Fevre ‎– Cosmos 2043 (Alter K, 2015)

01. Space Team
02. Nº 59018
03. Central Way
04. Satellite 33
05. Ronde Interstellaire
06. Cimes Eternelles
07. Le Monde Avait 5 Ans
08. Moon Heart
09. Sunshine On March
10. Stars Away
11. Earth Message
12. 2043
13. Odyssée

Bernard Fevre ‎– The Strange World Of Bernard Fevre (Alter K, 2015)

01. Fantasm
02. Cosmic Rays
03. Impressionnism
04. Dali
05. Molecule Dance
06. Monster Laboratory
07. Hell Riders
08. Savana Melody
09. Expectation
10. Restless
11. Pendulum
12. New From Future
13. Special Spatial
14. Subconscient Lamentation