Véritable terre promise d’une ouverture musicale sans bornes, la Californie n’en finit plus d’abreuver l’auditeur curieux de projets singuliers qui n’auraient pu prendre vie ailleurs qu’ici, ce mini-pays à l’intérieur du pays. Une territoire à l’économie dynamique portée par Los Angeles, métropole singulière, agitée et vivace, emprisonnée dans un gigantesque déplacement de véhicules en tous genres. Une société en mouvement, agglutinée dans d’interminables bouchons où se croisent des milliers de vies anonymes, corps en déplacement au milieu de l’immensité.

A peu de choses près, les premières ondes envoyées par le saxophone de Anenon sur ce Petrol résonnent comme un véritable hommage à cette construction humaine et symbolique. Balloté par les accélérations des automobiles et de l’orage qui gronde en arrière-plan, Anenon devient cet esprit fugace et insaisissable parcourant des dizaines de kilomètres sans rencontrer d’obstacles majeurs, à la vitesse du son. Se perdant dans les espaces urbains, un fantôme sonique qui rebondit sur chaque bâtiment, chaque élément du décor qui devient, en un instant, le paysage fantasmé dépeint par Petrol. Une zone de jeu qu’Anenon prend plaisir à repeindre de cette mixture mi-jazz mi-ambient vaguement new age, parfois rehaussée de drum breaks ravageurs ou de lignes de claviers mystérieuses, un entre-deux classieux et éthéré, véritable cocon tout trouvé pour les lignes cuivrées de son saxophone.

anenon_rothko_high

Cet espace personnel maussade mais intriguant, Anenon le construit depuis ses premières aventures musicales, en solo ou au sein de Non Projects, label transversal, entièrement dédié à la créativité de Los Angeles, lui aussi. Une histoire qui pourrait sembler redondante si chaque nouvelle sortie d’Anenon et de ses comparses ne venaient nous rappeler combien les choses évoluent vite en Californie, peut-être plus qu’ailleurs. Le mouvement des particules musicales en accélération constante produit de telles collisions musicales qu’il en ressort bien souvent un mélange des genres inédit, de mini-fusions esthétiques donnant naissance à de véritables Frankenstein artistiques à disséquer avec précaution.

Pour ce troisième LP, cette fois chez le Friend Of Friends de Lazy Brow, le saxophone habite l’album comme un résident étrange, que l’on aperçoit au loin sans jamais véritablement pouvoir s’en approcher. Fugace, timide, attirant. Un choix qui sort de facto Petrol du lot des albums du même genre pour lui donner un état d’esprit singulier, dépassant de loin la figure du musicien aux manettes. Un hommage improvisé, rêveur et touchant qui parfois frôle de peu l’anonymat mais qui laisse entrevoir un Los Angeles fantasmé, un désert aux dimensions infinies où les longues plages étalées d’Anenon peuvent s’étendre jusqu’à perte de vue. Un témoignage d’une vie en suspension au sein d’une métropole étrange, presque inaccessible et illusoire, dont on émerge comme au sortir d’un sommeil agité : rassuré mais amer d’avoir quitté ce monde des possibles sans limites véritables.

Audio

Anenon – Petrol

Tracklist

Anenon – Petrol (Friend Of Friends, 4 mars 2016)
01. Body
02. Lumina
03. Once
04. CXP
05. Mouth
06. Hinoki
07. Machines
08. Panes
09. Petrol