Artistes

You’ll Never Get to Heaven interview

today11/01/2013 339

Arrière-plan
share close

À l’occasion de la parution en septembre dernier de la vidéo de Drowning Out (lire), second extrait du premier album de You’ll Never Get To Heaven, il vous était seriné à propos de l’onirique duo canadien œuvrant sur Divorce Records qu’il s’agissait là d’un proche voisin d’alcôve des Suédois de Death And Vanilla (lire). Une bande-son à l’esthétique passéiste confectionnée de quelques rêveries duveteuses et suspensives, aux textures ouatées, confondant tendresse et mélancolie. Inutile de dire qu’avec le temps, cette impression s’est trouvée renforcée par l’écoute hivernale et solitaire d’un LP paru le 12 octobre dernier. Histoire de divulguer à des âmes bien trop sensibles cette fructueuse collaboration entre Chuck Blazevic, électronicien agissant seul sous le patronyme de Dreamsploitation, et Alice Hansen, à la voix délicieusement spectrale, ce dernier est en écoute en intégralité ci-après, le tout serti d’une entrevue et d’une (magistrale) mixtape du groupe. Bonne écoute.

Entretien avec Alice

Comment est né le concept de You’ll Never Get To Heaven et d’où vient ce nom pour le moins énigmatique ?
How was born the concept of You’ll Never Get To Heaven and can you explain this enigmatic name?

Le concept du groupe est tiré d’un vieux disque de jazz symphonique. Nous étions fascinés par la façon dont ce disque donnait le sentiment d’être suspendu dans le temps. Quand nous avons samplé ledit morceau pour créer notre première chanson, nous avons tenté de préserver cette impression. Le résultat nous à ouvert un monde de sonorités nouvelles, monde que l’on explore depuis. Le groupe tient son nom d’une chanson de Burt Bacharach, un compositeur que nous admirons tous les deux.

The concept for the band started with a piece from an old symphonic jazz record. We were fascinated with how this piece captured the sense of being suspended in time. When we sampled the piece to create our first song we tried to preserve that feeling. The resulting song opened up a sound world for us that we have been exploring since. The project is named after a song by Burt Bacharach — a composer we both admire.

Comment décririez-vous votre musique et quelles sont vos plus grandes influences ?
How would you describe your music and which are your biggest influences?

Notre musique est brumeuse, rêveuse, texturale, sombre et anachronique. Parmi nos influences les plus importantes, et pour n’en nommer que quelques-unes, se trouvent My Bloody Valentine, Cocteau Twins, Broadcast et The Caretaker

It’s hazy, dreamy, textured, anachronistic, somber. Important influences include My Bloody Valentine, Cocteau Twins, Broadcast and The Caretaker, among many others.

Chuck, tu viens d’un univers plus électronique (Dreamsploitation). Est-ce pour toi une façon de décliner tes aspirations plus pop, romantiques ?
Chuck, you come from a electronic universe (Dreamsploitation). Is it for you a way to express your pop and romantic aspirations?

Une grande part de la musique que j’ai produite par le passé est d’un genre plutôt romantique. C’est un changement très rafraîchissant que de travailler, en collaboration, sur un projet orienté pop. D’une certaine façon, ce dernier est la fusion de l’amour que je porte pour l’accessibilité des sonorités pop et de l’ensemble des possibilités texturales offertes par l’électronique abstraite.

Most of the music I’ve worked on has a romantic quality. It’s a refreshing change to work in a pop-oriented context with a collaborator. In a way this project is a consolidation of my love for pop accessibility and the textural possibilities of abstract electronic music.

Alice, que faisais-tu avant ? C’est ta première expérience au chant ?
Alice, whom did you make before? It is your first experience in the singing?

Lorsque nous travaillions sur l’album, j’étais étudiante à l’université. Raison pour laquelle nous avons d’ailleurs déménagé à London, dans l’Ontario. Avant de nous y installer, nous résidions à Halifax, en Nouvelle-Écosse, où je jouais avec d’autres groupes en plus de travailler. Ce n’est pas ma première expérience au chant. Chuck et moi étions dans une autre formation avec laquelle j’ai commencé à chanter.

While we were working on the album I was attending university. That’s why we moved to London, Ontario. Before we moved here I was playing with some other bands and working in Halifax, Nova Scotia. This is not my first experience singing. Chuck and I were in another band before this one, which got me started with singing.

Qu’aviez-vous en tête à l’heure de composer votre premier album ?
What was your objective to compose this first album?

Une des choses que nous gardions en tête était de ne pas trop manipuler notre musique, de manière à la laisser, en quelque sorte, à l’état brut. Nous aimons vraiment l’immédiateté et la beauté de chansons créées sous forme démo. Nous avons essayé de ne pas trop perdre de cet effet.

One thing we kept in mind was to not over-process the music and to let it be kind of raw. We both really love the immediacy and beauty of songs in demo form. We tried not to lose too much of that.

Drowning Out est un morceau magnifique. Pouvez-vous me parler des conditions dans lesquelles vous l’avez écrit ?
Drowning Out is a magnificent piece. Can you speak to me conditions in which you wrote it?

Ah, merci ! Nous étions très enthousiasmés par la création de cette chanson. Je ne me souviens pas exactement des conditions entourant sa conception, mais à ce moment, Chuck était inspiré par Krzysztof Komeda, compositeur polonais de musique de films. Pour ma part, j’étais fascinée par les gammes pentatoniques et Claude Debussy.

Ah, merci ! We were both so excited when that song came together. I don’t remember the exact conditions, but Chuck was inspired by film composer Krzysztof Komeda for the song and I was really fascinated by pentatonic scales and Claude Debussy at the time.

Votre premier LP est sorti sur Divorce Records. Comment en êtes-vous arrivés là ?
Your first LP went out on Divorce Records. How did you arrive there?

Nous avons rencontré Darcy Spidle à l’occasion d’un concert du pianiste Lubomyr Melnyk que nous organisions en 2009. Nous avons demandé à Darcy de nous aider à promouvoir l’évènement à Halifax. Nous avons gardé contact, et ce, malgré les années. Chuck lui a envoyé quelques-unes de nos premières chansons et, très vite, l’idée de travailler avec nous lui a plu. Nous ne pouvons être plus heureux de la façon dont les choses ont tournées.

We got to know Darcy Spidle through a concert we organized for pianist, Lubomyr Melnyk in 2009. We asked Darcy to help us promote the show in Halifax. After that, we kept in touch over the years. Chuck sent Darcy a couple of our early tracks and he expressed interest in working with us. We couldn’t be more pleased with how everything turned out.

L’Ontario est-il propice à l’inspiration ?
Ontario is a good place for the inspiration?

London s’est révélé adéquat pour nous. Cet endroit nous donne assez d’espace pour penser et être productif, aussi bien au niveau musical qu’en de multiples autres aspects.

London has been good for us. It provides us with a lot of space to think and to be productive, musically and otherwise.

Quels sont les groupes dont vous vous sentez proches ?
What are bands you feel close?

Personnellement, je me sens proche de la musique de Colleen. Je crois que Chuck citerait le travail d’Ennio Morricone comme pierre de touche.

I personally feel close to the music of Colleen (from France). I think Chuck would cite the work of Ennio Morricone as a touchstone.

Écoute intégrale

Mixtape

01. General Strike – Next Day
02. Paco Sala – Gifts Of The Bloom
03. Inga Copeland – Notitle
04. « Blue » Gene Tyranny – Timing [excerpt]
05. Vazz – Cast Reflections
06. Naffi – Take Me In Your Car
07. Antena – Noelle A Hawai
08. Coldreams – Morning Rain
09. Zana – Ti Si Neko Staro Lice
10. Die Welttraumforscher – Hinter Sieben Monden

Vidéo

Écrit par: Thibault

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

HZ since 2007

Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

Contact us

doner dooner

dieu vous le rendra….

0%