VA – Sisters (Sister Phunk)

va-sisters-phunkQui n’a pas eu ce problème ? Le cadre : le bord de la piscine. L’enjeu : impressionné ces amis avec le son de l’été. Évidement on ne va pas sortir le dernier tube estival poussé par les chaînes généralistes. Héhé… Hartzine a la solution. La compilation Sisters du jeune label parisien Sisters Phunk. 18 morceaux qui te sortent du transat sans trop savoir comment… Sisters est la compilation pop hybride idéale de l’été 2009, voire même une « compilation définissant son époque » selon certains. On y trouve 18 « airs du temps » entre pop, rock, electro de jeunes talents internationaux émergents. Ca c’est pour le côté officiel de la présentation. Dans le détail, la programmation est cohérente, dansante. Rien de trop tape à l’oeil. Il y a les valeurs -déjà- presque sûre comme Passion Pit, Micachu ou The Modernaires. Le reste ? Beaucoup de révélation, assurément. Difficile d’égrainer tous les groupes alors, je me contenterai d’une petite sélection. Prenons, BMX par exemple. Bon ok, avec un nom pareil pas facile de percer. Très franchement, je mettrais bien un billet australien quand même. Avec sa voix de jeune fille pas sage, BMX emprunte aux Ting Tings ou à Lily Allen version années 80. C’est ultra rythmé avec le côté kitsch du « clap your hands ». Ce War est une petite bombe dancefloor très proche de ce que fait The Golden Filter à peine plus loin. Vous êtes plus branché The Streets ? Ca tombe bien Micachu aussi. Ici, direction Londres. Vous avez un mixer ? Electro, r’n’b, punk et expérimentations, ça donne un album génial : Jewellery (Beggars/Naïve) et un single sur la compile sisters baptisé Golden Phone. Après un tel coktail, il faut s’attendre à avoir des visions. L’ovni s’appelle Django Django. Pas franchement des inconnus mais à chaque fois une découverte. Avec eux, on reste du même côté de la manche et il en sort un truc intemporel. Storm commence comme un bon vieux tube des années 60 sauf que Django Django passe tout ça finement à la moulinette électronique. Il en ressort un son hybride à l’image de leurs inspirations affichées Daft Punk, Public Enemy, Pink Floyd, The Beatles ou Bo Diddley. Histoire d’être cohérent, je terminerais avec Où est le Swimming Pool. Drôle de nom pour ce groupe anglais, mais ne vous y trompez pas, ce trio de Camden distille une électro pop bien dark. Ils ont probablement un peu trop écouté Justice mais les voix collent tellement aux instrus que je me dis que c’est un peu un mélange parfait. Les trois petits génies de la pop s’appellent Andelé Peligroso Pericosima, Fernando P.I. et Affa. Avec toute l’attention des maisons de disque d’ors et déjà braquée sur eux, Où est le Swimming Pool est appelé à devenir la sensation de 2009 à ne pas rater. Alors ? Elle est où le piscine…

Fabrice Clooney

Audio

BMX – War (via discodust)

Bonus