Usé l’interview

Enfant de la crise et rejeton des squats, Usé a déjà connu milles vies avant de sortir au grand jour son projet solo. Après plusieurs formations (Headwar, Les Morts Vont Bien, etc.), il sort son deuxième album, Selflic, chez Born Bad Records. Exutoire à la monotonie ambiante ou digne héritier de la no wave, Usé vient de pondre un LP authentique et sans concession, et se fait le gardien d’une jeunesse enchantée, à l’honnêteté salvatrice. Avec ses faux airs de Mark Arm de Mudhoney, c’est dans le jardin du boss de Born Bad qu’il est venu faire sa promo. Ambiance plutôt chillax.

Agenda : release party au Point Ephémère, à Paris, le 04/07 (event FB)

Quelle est la principale différence avec le premier album ?

Il y en a beaucoup mais c’est surtout le son. Le premier était hyper DIY, j’avais enregistré des batteries avec Seb Normal, c’était un peu plus à l’arrache. Là j’avais envie de rien foutre donc j’ai demandé à Vincent d’enregistrer et même de mixer. Le son change vraiment la dynamique de l’album. En gros, moi j’ai un home studio à 3 000 balles tandis que lui a énormément de matos, c’est plus produit, c’est différent.

Par rapport à tes autres projets, qu’est-ce que cela change d’être sur un label comme Born Bad pour toi ?

Je fais de la musique depuis l’âge de seize ans, j’ai fait mille tournées, j’ai monté un label… c’est juste qu’avant, j’avais pas de copinage avec des journalistes. Born Bad a des contacts. C’est pour ça que je préfère que les journalistes viennent me voir ici que l’inverse. Ça me fait plus plaisir que les mecs viennent par envie. C’est intéressant de voir comment marche cette industrie par rapport aux médias. Pour JB, Born Bad c’est une famille, mais pas forcément pour moi ; j’ai mon label (Brique, ndlr), si je fais des trucs avec lui c’est pour découvrir un autre milieu, voir comment ça se passe, et si ça s’arrête je recommencerais mes trucs à côté. Ce n’est pas bien grave.

Tu continues tes projets à côté ?

Les Morts Vont Bien, c’est toujours d’actualité mais Headwar c’est un peu en suspens. Usé, c’est mon projet solo. Ca a été compliqué, j’ai mis six ans à avoir l’installation. Au départ, je devais avoir dix guitares devant moi, finalement j’en ai plus qu’une. J’avais pas de clavier, juste une batterie complète. Ça sonnait un peu comme Glen Branca ou Swans, des guitares désaccordées où je frappais dessus. J’ai finalement tout viré pour avoir plus de puissance avec des cymbales, etc.

C’est pas trop casse gueule avec ce genre de set up d’assurer en live ?

C’est ce qui m’intéresse. Quand tu vois Lux Interior des Cramps, tu sens que le truc est sur le fil. Ou comme Jesus Lizard. Le truc est solide derrière, ce qui permet au leader d’être en roue libre. Pour Usé, c’est pareil, j’ai comme un back up derrière qui me permet de faire n’imp’ à côté.

Quel est le process pour tes compositions ?

J’ai d’abord une idée musicale, les thèmes viennent ensuite, sauf parfois pour les chansons d’amour. Ou parfois j’ai l’idée d’un clip, des images, et la musique vient. C’est ce que je vais faire pour une chanson, Tamponne-Moi, avec un propos assez cul. Ca se passera dans des auto tamponneuses. C’est mon coloc’ qui réalise tous les clips, on bosse tout le temps ensemble. On se bourre la gueule et on écrit. En gros. L’alcool est assez important dans Usé. J’admire des mecs comme Gainsbourg. Je lisais l’autre jour que Charlotte, sa fille, se plaignait qu’il était tout le temps à bloc… et bien moi j’admire ce mec : je ne sais pas comment il a pu autant ramassé et être autant prolifique. Pour lui mais aussi pour les autres. Rien que pour ça, ce mec me dépasse.

Tu peux nous parler d’Accueil Froid, ta salle à Amiens ?

On avait un squat avec des potes dans lequel j’habitais et on organisait beaucoup de concerts là-bas mais on s’est fait virés. J’en avais marre de paumer le matos et j’ai eu un plan pour louer un endroit, mes potes ont suivi, j’ai mis deux ans à le trouver, j’ai fait des rendez-vous avec la mairie. Ça, c’est après les élections municipales, on a mis deux ans à réouvrir. Pendant deux ans, la ville nous faisait visiter des lieux complètement improbables, j’en ai eu marre, d’où l’idée de me présenter aux élections, avec l’histoire que l’on connait.

Qu’est-ce que ça t’a appris justement ?

Ça m’a pas fait prendre conscience que j’avais pas forcément raison face aux institutions. Mais les gens de la culture à Amiens m’ont énormément aidé. Même des SMAC m’ont soutenu. On a voulu faire les choses à notre manière : engagées et absurdes à la fois. C’est une expérience, c’est intéressant. Quand tu te retrouves chez France Bleu à sept heures du mat’, que t’as pas dormi, devant des journalistes à parler des élections, alors que tout le monde écoute ça en direct en allant bosser, là c’est compliqué.

D’où t’es venu le thème de Selflic ?

J’ai souvent des insomnies, j’écoutais I Shot A Sheriff de Bob Marley et j’ai adoré le truc tout lent avec des paroles bien bourrines, le décalage est intéressant. Après j’ai une passion pour les slows. Comme pour Marilou, musicalement c’est une blague mais le texte est une histoire personnelle. Les slows, ça me sert à faire des « pauses » en concert car physiquement, parfois, c’est compliqué. Tout est construit pour le live à la base. Parfois, les intros sont longues mais c’est pour me poser aussi. Après c’est pas de la performance, il y a une part de théâtralité mais comme chez les Dead Kennedys ou les Cramps. Il m’arrive de sortir de concert et les mecs me disent « merci pour la performance » mais de quoi ? J’ai du mal avec ce truc. Ça reste un concert.

Audio

Tracklist

Usé – Selflic (Born Bad Records, 22 juin 2018)

01. Dans sa corde
02. Cardiaque
03. Danser un slow avec un flic
04. Elle seule
05. Dans un coin
06. En 3 secondes
07. Insomnie le temps d’une nuit