Coffee Or Not - Not Alone In Your Mind

coffee-or-not-albumEn Belgique, quand on n'est ni un disciple de Sharko ni de Girls In Hawaii, il est très difficile de rendre un projet pop crédible. C'est une triste réalité qui force souvent les artistes à s'expatrier. Même les impeccables et regrettés Venus ont dû trouver la reconnaissance en France avant d'être considérés dans le plat pays... C'est donc dans cette ambiance propice à la défaite que doit pourtant voir le jour le premier opus de deux Bruxellois dont les ébats musicaux ont enfanté 14 morceaux authentiques, sincères et prometteurs. Coffee Or Not est composé de Soho Grant et Renaud Versteegen, deux musiciens déjà actifs chacun de leur côté dans bon nombre de formules (Pierre Castor, Ruacutane ...), et dont la rencontre a provoqué de manière imminente et évidente la naissance de Not Alone In Your Mind. Ainsi, en un temps record, guidés par une sorte de spontanéité urgente, les deux protagonistes ont écrit, composé, arrangé et enregistré une multitude de titres.
24974_387702174009_237216019009_4188951_3457460_n Et comme souvent, les projets les plus immédiats et les moins réfléchis, sont les plus porteurs de fraîcheur et d'émotions. Toutefois, même si la spontanéité et l'urgence ont régné durant la création, les arrangements choisis par Coffee Or Not sont soignés, sobres et justes. D'apparence pop/folk à l'instar des titres So Many Ways, qui ouvre joliment l'album,  Home Again ou Ghost Song, Not Alone In Your Mind est composé de styles variés mais liés par un fil conducteur qui fait la part belle aux harmonies et aux jeux de voix remarquables.
Ainsi, tout en visitant des contrées familières à Cat Power sur Behind Your Walls et Dear Moon où sons et mots nous font frissonner sans répit, on est enchanté de rencontrer des morceaux pop/rock tels que Mouth Full ou Inside Our Bones, premier single aux arrangements imparables et à l'efficacité redoutable. Si tous ces morceaux sont réussis, le premier bouleversement arrive réellement quand la divine pluie harmonique de Winter Rain nous atteint avec finesse. On se met alors à douter de la perméabilité de notre enveloppe. La subtilité et la délicatesse sont toujours de mise sur Fall Apart, Med ainsi que sur le magnifique Loneliness où l'élégance de la voix masculine, touchée par la grâce d'un Jay-Jay Johanson, ajoutée à la rudesse de la voix féminine, font mouche. Le premier album de Coffee Or Not sortira en Belgique et en France le 30 août 2010. Puisse-t-il trouver l'intérêt et l'écoute qu'il mérite et enfin forcer les barrières de l'imposture pop made in Belgium !

Audio

Coffee Or Not - Inside Our Bones

Coffee Or Not - Loneliness

Tracklist

Coffee Or Not - Not Alone In Your Mind (Purple K, 2010)

1. So Many Ways
2. Behind Your Walls
3. Winter Rain
4. Home Again
5. Dear Moon
6. Not Alone In Your Mind I
7. Inside Our Bones
8. Loneliness
9. Mouth Full
10. Med
11. Fall Apart
12. Not Alone In Your Mind II
13. Ghost Song
14. On And On


On y était - Soldout

l_7df0d0e134984b88b322cfcf99540eaf

SOLDOUT, Paris, Nouveau Casino, le 10 Avril 2010

C’était ambiance branchi-branchouille ce week-end dans les salles parisiennes. Entre Chloé qui présentait la veille son One In Other en live au Point FMR, Anoraak et Tresors qui venaient faire chauffer la piste de la Flèche d’Or, le ré-acoquinement des membres de Raggasonic au Bataclan et la présence de l’inégalable Seth Troxler au Régine’s… Difficile de savoir où donner de la tête. Pourtant, à mille lieues de ces mini-évènements, j’avais pris rendez-vous au Nouveau Caz’ pour m’assurer du potentiel scénique du duo initié par les deux Belges, Charlotte Maison et David Baboulis.

Une chose est certaine, Soldout n’affichait pas complet ! Et les charmants énergumènes que sont Gachettes of the Mastiff de chauffer le dancefloor comme il se doit. Je ne sais d’ailleurs pas si c’est le look de la jeune chanteuse/musicienne ou la programmation électro-rock décadente, mais le public présent me donna l’impression de m’être égaré dans un épisode de The L World. Cela dit nos Gachettes ne passèrent pas inaperçues, motivant une meute certes réduite, mais pas mollassonne pour autant, leur électro tout terrain fait remuer la tête sans casser les oreilles. Un brin D.I.Y, borderline sous contrôle, Caïman Kawaii et GAtO détournent les sonorités claviériques synthétiques les plus salopées pour s’en réapproprier l’originalité, et faire leur tambouille. Un charmant couple mixte qui rappellera par moment Kap Bambino ou Crystal Castles… Rien que ça !

Et quand vient l’heure pour Soldout de faire son entrée sur les planches, c’est une vague d’hystérie qui accueille l’explosif duo qui s’entoure exclusivement de vieux synthés vintage et rappelle l’éloquence de Suicide. Charlotte Maison, que l’on avait découverte avec un look plutôt naïf et bon enfant sur le plutôt noisy Stop Talking, arbore maintenant plus l’allure d’un pendant féminin d’Alan Vega. Même les sonorités plus proprettes de Cuts sont torturées par les deux trublions belges, ajoutant une touche punk à un show prenant des accents démesurés pour la petite salle du Nouveau Casino. Le jeu de lumière absolument fabuleux s’adaptant parfaitement à leur univers électro-crade mais sexy. Le groupe disparaît dans un nuage de fumée pour mieux réapparaître derrière des lasers balayant une salle en transe. Des visuels assassins collent aux kicks brutaux et écorchés balancés sans mise en garde par un David Baboulis en très grande forme. La jeune chanteuse quant à elle, n’en finit plus de captiver l’audience de sa voix hypnotisante et lascive. Et un I don’t want to have sex with you n’empêchera pas les corps de se mêler, car comme elle le dit elle-même : I can’t wait. Electro-rock sans guitare et exécuté exclusivement à l’aide de machines, Soldout envoie sévère, et décolle les pieds du sol qu’on le veuille où non. Et vous ? Qu’avez-vous fait samedi soir ?


The Go Find

go-find-4Dieter Sermeus est un doux rêveur en plus d'être belge. Et comme tout laborantin d'onirisme pop qui se respecte, avec The Go Find, il distille ses comptines électro-acoustiques depuis 2004, et son album Miami, sur le label berlinois Morr Music. Encore un dira-t-on. Oui mais pas n'importe lequel. D'ailleurs ledit label se fend d'une succulente description s'agissant de ce troisième album au titre à rallonge, Everybody Knows It's Gonna Happen Only Not Tonight, qu'il présente sur son site comme "le bruit à peine perceptible des céréales touchés par le lait. Un bruit à la fois réconfortant et addictif". La perte de l'innocence, le tumulte doux amer du doute et la mélancolie engendrée par les premiers amours perdus, un drôle de programme en somme pour un gaillard de trente piges. Loin de laisser insensible, le disque, mariant à merveille candeur du ton et beauté des arrangements, sort le 14 février et résonne comme une invitation à s'isoler et à laisser défiler le temps, les écouteurs bien ancrés sur les oreilles. On vous en offre deux extraits. Et non des moindres.

Thibault

Audio

The Go Find - Everybody Knows It's Gonna Happen Only Not Tonight

Bonus

The Go Find - One Hundred Percent