Reviews

The Babies – The Babies

today12/11/2011 18

Arrière-plan
share close

The Babies correspond parfaitement à l’archétype du groupe sans prétention dont on se voit très bien faire partie. Il n’est pas vraiment difficile de s’imaginer à la place de Cassie Ramone – échappée des Vivian Girls pour l’occasion – donner la réplique à Kevin Morby – quant à lui en vacances de Woods – dans cette course effrénée entre garage et punk pop qui, toute en désinvolture, n’a pas vraiment de départ ni de but. The Babies n’est qu’un side-project spontané de plus né des entrailles fécondes de Brooklyn. Il n’est pas là pour conquérir le monde – tout juste son quartier. Et pourtant, les dix morceaux de son album éponyme sont tous si bien trouvés et si bien portés par la nudité de leurs arrangements que le charme opère inévitablement, évidemment, sans qu’on y prête attention. C’est là tout le charme de The Babies : si facile qu’on y aurait pas pensé. Et mine de rien, sans éclats et sans effets, le quatuor new-yorkais aura balancé l’un des albums qu’on aura le plus écouté cette année. Ce dernier ne contient pas de tubes, mais les bons morceaux s’y enchaînent aussi simplement qu’une répèt’ dans un garage – ça passe tout seul. L’opus démarre discrètement avec les quelques notes gratouillées de Run Me Over et prend son envol avec l’énergique Meet Me In The City, avant de nous convaincre définitivement grâce à l’excellent trio de tête composé de PersonalityBreaking The Law et Sick Kid. Sur celui-ci, la folk inventive et sensible de Woods trouve sa parfaite harmonie avec le garage rugueux des Vivian Girls. Et si Cassie Ramone reste étonnamment assez discrète tout le long de l’essai, répondant nonchalamment à son acolyte comme dans une simple conversation, Kevin Morby, quant à lui, sort de l’ombre et y révèle des talents d’écriture insoupçonnés. Nul doute qu’on entendra encore parler de lui.
Inutile de disserter davantage sur le premier album de The Babies : il serait vain de se perdre en conjectures devant une telle évidence. Ce n’est pas de la grande musique ; on n’y évoque pas de sentiments supérieurs ; on n’y réfléchit pas au sens de l’existence ni à ses amours déçues. Ce n’est pas plus qu’une parfaite virée entre potes – un juste reflet de la vie.

Comme rien ne vaut une vérification par soi-même, Hartzine et l’Espace B sont fiers de recevoir The Babies pour leur première et unique date parisienne le 15 novembre. Si, comme nous, ça fait près d’un an que vous attendiez ça, ne prenez pas le risque de manquer cet événement et réservez dès maintenant vos places par ici. Pour l’occasion, les New-Yorkais seront accompagnés des Parisiens de Cry Wolf, nouvelle formation née des cendres encore fumantes de This Is Pop, Cavaliers, Le Parti, Voltamix ou encore Fix-It.

Hartzine présente THE BABIES + CRY WOLF
Mardi 15 novembre à 21h
L’Espace B
club_concerts_amour_expos
16, rue Barbanègre
75019 Paris
Entrée : 8,80€ en prévente/10€ sur place
Event Facebook

Audio

Tracklist

The Babies – The Babies (Shrimper Records, 2011)

1. Run Me Over
2. Sunset
3. All Things Come To Pass
4. Meet Me In The City
5. Personality
6. Breaking The Law
7. Sick Kid
8. Wild 1
9. Wild 2
10. Caroline

Écrit par: Emeline Ancel-Pirouelle

Rate it

Article précédent

Featured

On y était – The Creators Project in New York

©Martin Condomines The Creators Project (Teen Daze + Yuksek + Atlas Sound + Florence & The Machine + Company Flow + Justice DJ-set), DUMBO (Down Under the Manhattan Bridge Overpass), Brooklyn, New-York, le 15 octobre 2011 A New-York, il y a des salles de concerts. On entre rarement en dessous de 25$, la bière est à 7$ (plus « tip »), l'ambiance est impersonnelle, les gens ont tellement de mal […]

today12/11/2011 7

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%