Reports

On y était – Cubenx + Composer au Point Éphémère

today04/01/2012 7

Arrière-plan
share close

En ouverture d’un showcase de quarante-huit heures qui s’étale sur toutes les facettes du fidèle et subtil label InFiné, deux nouvelles signatures à ranger du côté art-pop de son catalogue se présentent ce soir au Point Éphémère. Composer, tandem réunissant deux musiciens issus de l’expérimental comme du folk et rejoints sur scène par une chanteuse, exécute son premier véritable live et s’en sort honorablement. Le set s’entame dans une certaine abstraction, et on croirait presque que Composer cherche à recréer une sorte de David Sylvian dernière période version électronica (ambiance glitch + vocaux mélodiques posés sur le tas). Le reste de la prestation s’étale sur les morceaux les plus pop de leur joli premier LP, et révèlent finalement une série de micro-tubes qui dépassent, par leur qualité, un certain nombre d’artistes dans le domaine. C’est certes un peu trop innocent par endroits, mais on constate un souci du détail et des atmosphères qui font toujours leur effet.

La « tête d’affiche » de la soirée est en fait Cubenx. Le Mexicain s’était fait remarquer comme producteur d’électro-tech auparavant, mais a fait un coming out cold wave/shoegazing sur InFiné. On peut dire que c’est attendu par les temps qui courent, mais le résultat est bourré de classe et son album a généré un succès d’estime mérité. Sur scène avec Alfredo Nogueira, collaborateur vocal d’un peu tout le monde (Apparat, Telefon Tel Aviv), l’élégant Latino ne fait même pas un clin d’œil aux 2/3 tracks électro de son album et se plonge toujours plus loin dans le cold, au point de rappeler, par sa présence et par le tact glacé mais sensuel de ses tracks (quelques inédits délicieux), le Français Colder, dont certains se rappellent encore des deux albums sur feu Output. Une potentielle mini-star indé de 2012 – même le NME l’a déjà repéré, ce qui n’est pas toujours de bon augure au demeurant…

Écrit par: Thomas Corlin

Rate it

Article précédent

Reviews

Daughter – The Wild Youth EP

On va dire que Simone nous fait sa rabat-joie, en vieille Grinch qu'elle est. Pourquoi ? Parce que toute l'année, on nous a dit que Daughter, aka Elena Tonra (et son boyfriend Igor), allait forcément devenir BIG. Alors, la demoiselle anglaise s'est sentie pousser des ailes et nous a pondu deux-trois EP à la suite, en préparation de l'année du succès que sera 2012 selon de nombreux blogs et critiques […]

today04/01/2012 38

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%