Medias

Momentform – Order (PREMIERE)

today04/04/2016 21

Arrière-plan
share close

Ianis Lallemand n’est pas du style à effeuiller la discographie de son projet Momentform, somme toute de plus en plus remplie, via un même label, prenant ainsi acte d’affinités, que l’on observe partout ailleurs, presque trop confortables. Non, l’oiseau rare se fait volage lorsqu’il s’agit de retranscrire matériellement la beauté froide et mélancolique de ses compositions sur objet vinylique. Ainsi, après le W.T. Records de Willie Burns, le Londonien New Ideals (lire) et le label zurichois Lux Rec emmanché par le duo Daniele Cosmo & Dominik Faber (lire), celui qui nous a récemment concocté une mixtape quatre étoiles pour noctambules avertis, à réécouter par ici, vient émailler d’une lascive caresse synth-wave instrumentale les épaules déjà bien solide des Hollandais d’Electronic Emergencies – tout juste dealer d’un conséquent LP de Popsimonova et dont on a longuement parlé il y a peu (lire). Avec le maxi Lapse, sorti physiquement le 21 mars dernier à paraître digitalement le 11 avril prochain, le Parisien donne une coloration d’autant plus spectrale à ses tribulations que l’on se prend à ériger celles-ci en habillage sonore d’un monde définitivement déshumanisé, où les individus ploient sous l’arrogance de plus en plus démesurée de leurs propres constructions. Entremêlant considérations architecturales, notamment par le biais de ses vidéo-clip auto-produits comme celui d’Order à découvrir ci-après, et linéarités synthétiques minimalistes, l’orfèvre des claviers et boîtes à rythmes prend le pli, sans jamais tomber dans le piège de la redite, de figurer sensiblement un monde où l’homme n’est plus que contingence. Soit un pessimisme suspensif véritablement obnubilant.

Vidéo (PREMIERE)

Tracklisting

Momentform – Lapse 12″ (Electronic Emergencies, 11 avril 2016)

01. Monument
02. Path
03. Order
04. Memorial

Écrit par: Thibault

Rate it

Article précédent

Artistes

Johnny Hawaii l’interview

Difficile de décrire autrement la musique ondoyante du Marseillais Olivier Scalia, et de son projet solitaire Johnny Hawaii, autrement qu'en la ramenant à son élément premier : la mer. Celle d'huile léchant paisiblement quelques doigts de pieds en éventail, celle agitée, ravissant de ses lames, une soif inextinguible de sensations fortes. Il est presque impossible d'ailleurs de traverser par l'écoute ses tribulations hypnotiques sans se sentir parcouru, presque immédiatement, d'un […]

today03/04/2016 38

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%