Reviews

La Chatte – Bastet

today22/05/2010 19 2

Arrière-plan
share close

6a00d10a7905288bfa01347edc8809860b-320piÇa doit bien faire 3 mois que j’entends parler de cet album. On me l’avait vendu comme la nouvelle came électronique de Born Bad. A moitié juste, un 3 titres est effectivement sorti sur le label garage mais le LP sort sur Tsunami Addiction que je ne connaissais absolument pas mais qui a cependant eu le bon goût de sortir dans le passé un LP intitulé Coco Douleur. Drôle de coïncidence, Vava Dudu, chanteuse de son état, expose sa vision de la mode dans le dernier Vice Magazine.
On arrête là pour les présentations. La Chatte délivre ce qu’on pourrait appeler communément de la mongolo pop synthétique. La pochette, sobre, et le titre du CD, mystique, ne maquillent que légèrement le propos. A peine le premier titre lancé, tu te retrouves projeté en plein souk electroclash. La programmation est efficace, les lignes de guitares évitent le niais et l’immédiateté mélodique. Le côté mongolo se retrouve dans la performance quasi ininterrompue de Vava Dudu et de son chant insupportable. En point d’orgue le massacre Cosmique Cosmétique, rencontre entre Peaches et les Télétubbies. Rien d’étonnant alors que mes morceaux préférés soient Rien, Libre et Mortelle Robe Chinoise, où un quasi spoken word se taille la part du lion et rend la chose plus que supportable. Les textes sont pétés et témoignent de l’importance de repenser la prévention des comportements à risques dans les grands ensembles urbains.

Audio

La Chatte – Mortelle Robe Chinoise

Vidéo

Tracklist

La Chatte – Bastet (Tsunami Addiction, 2010)

1. Apache
2. Rien
3. Jacques
4. Danse
5. Libre
6. Mortelle Robe Chinoise
7. Cosmique Cosmétique
8. Un Femme Monsieur
9. Ti Bo
10. Ambiance
11. Amour

Écrit par: Nicolas

Rate it

Article précédent

Le son de la semaine

Ian Curtis (80-010)

Cette semaine on a fêté, et c'est peu de le dire, les 30 ans de la disparition (que rajouter ici comme synonymes, éminemment tragique peut-être, anormalement évidente sans doute) de Ian Curtis, mythe indépassable s'il en est avec Kurt Cobain et Nick Drake du chanteur aliéné par son propre génie. Beaucoup d'entre-nous n'étions pas encore vivants, trop jeunes ou tout simplement pas au fait de l'actualité culturelle de Manchester lorsque […]

today22/05/2010 33

Commentaires d’articles (2)

  1. Vv sur 22/05/2010

    jeezus j’en ai des frissons spasmofiliques. Proprement atroce.

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%