Albums

Imugem Orihasam – s/t

today16/02/2016 8

Arrière-plan
share close

Si l’on avait dit alors que Chicago et Détroit synthétiseraient, au début des années quatre-vingt dix, l’un des mouvements musicaux les plus unifiés et mondialisés du vingt-et-unième siècle, pas grand monde n’aurait soutenu le propos. Et pour cause : dans ces deux mégalopoles la house et la techno, en pleine fermentation de leurs composantes soul, funk et new wave, n’étaient à ce moment là que d’infimes épiphénomènes n’aimantant qu’une somme de minorités n’ayant en commun que leur goût immodéré pour la musique et l’hédonisme à tous crins. Mais le constat est là : outre les marchés financiers, quoi de plus soluble dans la mondialisation que la musique électronique et par extension, la techno ? De la même façon que le soleil ne se couche jamais sur le monde des bourses, celui-ci fuit aussi l’internationale de la fête, une armée de DJ de toutes bannières s’enquillant des dates aux quatre coins des deux hémisphères tout en n’esquivant jamais quelques passages obligés, entre Berlin, Londres et désormais Paris. Une mondialisation des autoroutes du kick, pour le meilleur et bien souvent pour le pire, qui aboutit ainsi à de drôles de panachages pourtant musicalement sans relief : j’entends, l’album d’un producteur japonais sur un jeune label argentin crée tout autant de proximité et d’instantanéité à l’écoute pour un Parisien que les cinq derniers reçus en moins d’une semaine émanant de collectifs fisto-hypes franciliens. Tout autant signe d’uniformisation que de dialogue, cet état de fait à pourtant une conséquence – et non la moindre : le Japonais en question doit vraiment envoyer du bois pour supplanter les autres téléchargements de la semaine, la carte de l’exotisme s’avérant inopérante. Imugem Orihasam est de cette trempe là, ceux qui bastonnent à tout-va pour se faire une place au soleil, et notamment les micro-sillons de Diffuse Reality Records ayant préalablement sorti l’artillerie lourde avec quelques maxis signés Ben Gibson & Rodrigo Garcia – les boss du label – , Drvg Cvltvre et DJ Surgeles. A la fois rugueuse et inquiétante, à l’image du monde dans lequel l’on (sur)vit, l’oraison dystopique du natif d’Hokkaido s’imprime en filigrane d’une machinerie rythmique classique et implacable, via de pénétrantes textures à l’acidité addictive sous la langue, sculptées dans un aréopage de synthétiseurs hypnotiques. Aussi statique qu’une teuf underground à dix heures du matin, le LP s’accompagne de remixes cinq étoiles signés Arnaud Le Texier, Martyn Hare ou Manni Dee, telle une réplique du séisme préalablement provoqué.

Audio

Tracklisting

Imugem Orihasam – s/t (Diffuse Reality, 29 janvier 2015)

01. Repremise
02. Engraving
03. Move
04. Megining
05. Implication free
06. Confront conformity
07. Back and forth
08. Implication in free (Arnaud Le Texier remix)
09. Implication in free (Martyn Hare remix)
10. Back and forth (Manni Dee remix)
11. Back and forth (Dimitri Pike remix)

Écrit par: Thibault

Rate it

Article précédent

News

Apostille – Virile Strain Transmission

L’apostille, c’est cette note discrète en pied de page, sans rapport avec le contenu, un truc auquel personne ne fait gaffe mais qui garantit l’authenticité. Un sceau. Apostille de son propre label Night School Records (Molly Nilsson, Sally Dige, Paper Dollhouse…), aussi discret qu’efficace à promouvoir par l’expérimentation pluristylistique la diversité de son catalogue, Michael Kasparis vient de sortir son troisième album, Virile Strain Transmission, au titre étrangement parfumé d’eugénisme […]

today16/02/2016 43

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%