Reviews

Gil Scott-Heron – I’m New Here

today25/12/2010 10

Arrière-plan
share close

gill-scott-heron-im-new-hereEn 2009, le label Light in the Attic rééditait Cold Fact et redonnait une seconde vie à la carrière musicale de Sixto Rodriguez qui, quarante ans plus tard, nous donna une leçon de modestie et d’humilité lors de son passage à Paris. C’est un autre grand homme en 2010 que le label XL Recordings ressuscite en produisant I’m New Here, le disque de la rédemption de Gil Scott-Heron. On sent qu’il revient de loin, cet album en dit long sur la descente aux enfers du père du spoken word : ses problèmes liés à la drogue l’ont conduit en prison en 2001, il en sort en 2002 mais l’homme est usé. En revanche sa voix rocailleuse est toujours intacte, un peu plus grave, comme ce disque sombre et intense. Notre attention se porte sur cette voix qui semble porter un témoignage, trente minutes traversées par des interludes comme des messages que GSH laisserait sur son répondeur, se parlant à lui-même et à nous indirectement, la reprise de Bill Callahan, Smog, I’m New Here et I’ll Take Care of You avec Damon Albarn au piano sont les seuls titres où il chante. Il y a pour moi une perte d’intérêt sur le reste du disque car je ne comprends pas assez bien l’anglais pour saisir les mots que prononcent GSH. Pourtant, le magnétisme de cette voix posée me plaque à quelques centimètres de son visage anguleux, l’ambiance sonore très noire forme une voûte en pierres ou l’on s’enfonce, attiré par le fond de ses cordes vocales. J’aimerais trouver un recueil des textes de GSH, je prendrais plaisir à savourer cette poésie et j’entendrais encore sa musique, sa voix. J’espère qu’un jour, on verra une adaptation de la vie de ce génie à l’écran tant son engagement artistique est fort : il a traversé les années les plus dures de l’Amérique, il a toujours eu un discours fort envers la politique des Etats-Unis. Il est décrit par le gouvernement comme le musicien vivant le plus dangereux. C’est au New Morning que j’ai pu applaudir cet homme affaibli par le poids de la vie qui n’a aujourd’hui plus rien à prouver à personne, toujours accompagné des musiciens qui ont joué sur ses albums : Brian Jackson, Hubert Laws, ou Ron Carter. Comment décrire la jubilation d’entendre en live The Bottle ou The Revolution Will Not Be Televised, deux hymnes de liberté d’une oeuvre qui n’aura de cesse d’inspirer les générations futures. Le label anglais Soul Brother Records vient de rééditer deux albums, It’s you World et Real Eyes, Jamie des XX a remixé l’album chroniqué ici, et voici un premier extrait de We’re New Here, qui sortira en février prochain.

Vidéo

Tracklist

Gil Scott-Heron – I’m New Here (Beggars Banquet, 2010)

1. On Coming from a Broken Home (Pt. 1)
2. Me and the Devil
3. I’m New Here
4. Your Soul and Mine
5. Parents (Interlude)
6. I’ll Take Care of You
7. Being Blessed (Interlude)
8. Where Did the Night Go
9. I Was Guided (Interlude)
10. New York is Killing Me
11. Certain Things (Interlude)
12. Running
13. The Crutch
14. I’ve Been Me (Interlude)
15. On Coming from a Broken Home (Pt. 2)

Écrit par: David

Rate it

Article précédent

Reviews

Tamaryn – The Waves

Alors que l'année dernière je faisais flamber mon sapin en me servant de l'album de Delphic comme soufflet, cette année, un peu moins revêche, je glisserai sous mon conifère nouvellement décoré l'excellent premier opus de Tamaryn. Passé inaperçu lors de sa sortie, voici venue l'occasion de redécouvrir ou de faire découvrir l'une des plus savoureuses révélations musicales de ce cru 2010. Nous nous étions pourtant déjà penchés sur le cas […]

today24/12/2010 9 2

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%