Medias

Gaika – Bohdy Knows At 90

today22/01/2016 117

Arrière-plan
share close

S’il fallait crever de cynisme en régurgitant une à une les contradictions de nos quotidiens dans une société occidentale complètement bipolaire, Bohdy Knows At 90 du londonien Gaika se placerait sur le podium des oraisons funèbres. Totalement moulé au reste de l’expérimentale mixtape Machine sortie en novembre dernier, ce grime trap minimal à playlister dans toutes les caves ironise sur nos paradoxes comportementaux. Et Gaika d’appuyer le constat: “On dirait parfois que la société et la culture sont uniquement déterminées par l’hédonisme, la culpabilité et la tension qui en découle”, avant de passer les quatre minutes et quelques du morceau à demander pardon pour ses péchés par la bouche de Bipolar Sunshine.

Crédibilité oblige, le clip — réalisé par Gaika lui-même et l’artiste audiovisuel Diogo Lopes — colle au mood du morceau comme le khôl après les larmes. Filmé dans la houle à distance d’un bras, Gaika se met en scène, démasqué pour la première fois, et entrecoupe ses lyrics plaintifs de symbolismes subliminaux, de flashes colorés et autres ralentis et doubles-expositions saccadés. On est dans le tourment crade, mis à vif par la crudité du discours et d’une réalisation endeuillée par la quasi absence de couleur, déroulant un gris au pathos communicatif avant de conclure sur une dernière séquence de plans passés aux hachoirs. Funèbre, on avait dit?

Vidéo

Écrit par: Ted Supercar

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

HZ since 2007

Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

Contact us

doner dooner

dieu vous le rendra….

0%