TRANSMUSICALES DE RENNES 2014


Arrière-plan
share close

Transmusicales de Rennes 2Vous allez nous dire que les années se suivent et se ressemblent, que nous participons à votre routine métro-boulot-disque-visite quotidienne chez hartzine-concert-(alcool)-dodo, que la fin d’année a été suffisamment triste pour en rajouter, etc. Eh bien oui, mais nous on est très traditions et donc, comme tous les ans, nous retournons en Bretagne (mère patrie) le premier week-end de décembre sur la scène de tous les excès et outrages de nos années estudiantines passées aux sacro-saintes Transmusicales de Rennes.

La recette est connue et éprouvée depuis maintenant plus de trente-cinq ans. L’après-midi, salle du Liberté pour entendre, voire écouter parfois, des groupes locaux. Des apéros entre vieux copains dans le centre-ville rue Saint-Michel (rue de la soif pour les intimes) en laissant traîner l’oreille sur les groupes programmés par Bars en Trans – le off – avant un périlleux transport en navette vers le Parc des Expositions aménagé pour l’occasion en un lieu presqu’adapté. S’en suivra un marathon d’un hall à l’autre jusqu’au petit matin pour découvrir (c’est le mot puisqu’en général, personne n’a entendu parler des groupes programmés ici) des musiciens venus de partout sur la planète, jouant toutes les musiques, des plus expérimentales aux plus référencées, sous la bienveillance de l’indéboulonnable gourou Jean-Louis Brossard, programmateur historique que l’on ne présente plus. Nous n’allons pas vous faire le coup une nouvelle fois des découvertes historiques du monsieur, mais comme vous le savez, la liste est longue, même si tout de même la grande majorité des groupes passés par le festival ont replongé assez vite dans l’anonymat le plus total.

Bien sûr, quelques incursions dans les nombreux bars à thèmes seront nécessaires pour tenir en essayant de se maintenir. Pour les plus téméraires, un mythique « paninio » à la viande vous permettra de garder un souvenir inoubliable de votre virée rennaise…

Cette année, trente-sixième édition, et pas d’écart à la ligne directrice du festival qu’est le défrichage (il est vrai que l’organisation a bien retenu la leçon des gamelles financières prises il y a dix ans du fait de la programmation de vedettes internationales datées aux cachets monumentaux, ayant presque causé la perte de notre rendez-vous automnal préféré) ; on vous avoue qu’on ne ne connaît pas grand chose à l’affiche cette fois encore, et c’est tant mieux. On peut tout de même vous dire que nous mettrons cette année un billet sur Forever Pavot, Rich Aucoin & Encore, Curtis Harding, Jungle by Night, Andre Bratten et Max Jury, mais aussi une pièce sur les locaux Clarens et Fragments.

Une chose est sûre, comme chaque dimanche du premier week-end de décembre, nous ressentirons ce coup de blues post-Trans qui nous tiendra jusqu’à Noël… C’est pas un gage de qualité et d’escapade réussie, ça ?

Programmation complète ici

Teaser


Détails
Rate it

0%