Featured

Hommage à David Bowie

today11/01/2016 38

Arrière-plan
share close

C’était l’homme qui venait d’ailleurs… L’artiste aux mille visages… On le connaissait sous les noms de Ziggy Stardust, d’Aladin Sane, d’Halloween Jack, du Thin White Duke. Il est né David Robert Jones, mais tout le monde se rappellera de lui sous le patronyme de David Bowie… Le 10 Janvier 2016, le musicien aux yeux vairons a rejoint définitivement les étoiles, emporté par un cancer qui le dévorait depuis de nombreuses années, laissant derrière lui une carrière flamboyante mais également des générations d’orphelins. Rarement artiste aura traversé les décennies avec autant de brio, embrassant une carrière sans fausses notes, qui inspirera des centaines d’artistes pour lesquels il deviendra souvent plus qu’une muse, un héros.

Entre vie tumultueuse et créativité infinie, il aura marqué la musique jusqu’à sa fin, transformant souvent ses premiers détracteurs en fans transis. Il était l’homme discret caché derrières des personnages excentriques, l’inventeur du glam rock aux côtés de ses amis Lou Reed et Marc Bolan, il fut vampire pour Tony Scott ou encore extra-terrestre pour Nicolas Roeg, tour à tour pirate ou icône androgyne… Personnage insaisissable, et pourtant généreux… Il comptait parmi ses amis d’illustres compagnons de parcours (Brian Eno, Iggy Pop, les membres de Queen, Philip Glass, Tony Visconti…) avec qui il collaborera, échangera et réalisera des albums qui résonnent encore comme des sources d’inspirations pour de jeunes talents émergeants. Sans lui, Ian Curtis n’aurait jamais fondé Joy Division, citant Bowie comme son influence première…

Et pourtant, c’est au son de The Idiot d’Iggy Pop qu’il mettra fin à ses jours, album concept inspiré par le Thin White Duke. Plus que figurant, le personnage était également l’un des  protagonistes majeur de l’autobiographie de Christiane F. C’est dire si David Bowie eut une influence capitale sur ses contemporains. Plus, il fut une figure essentielle de l’univers musical tout court, certains de ses titres résonnant dans l’histoire, telle sa fameuse trilogie berlinoise préfigurant la fin d’un régime dictatorial tout en soulignant la mélancolie ambiante. Si certains se consoleront en écoutant Blackstar, dernier OVNI du sieur Bowie, mêlant avec beauté jazz, dubstep et pop-rock, d’autres regrettent de ne pas avoir vu leur idole sur scène, le musicien se sachant malade depuis de nombreuses années, n’avait quasiment plus fait d’apparition publique depuis la sortie du très mésestimé Reality et la tournée magistrale qui s’ensuivit. Des larmes à l’excès à travers les médias et les réseaux sociaux… Cela pourrait sembler pathétique ! Et pourtant c’est la perte d’un acteur essentiel, d’une voix unique et d’un génie que nous pleurons aujourd’hui. Life on Mars, Space oddity, Rebel Rebel, Changes, Heroes, China Girl… Et d’autres centaines de hits qui auront autant marqué les esprits qu’explosé le Billboard ! Une discographie à découvrir ou à redécouvrir. Nous avons tristement perdu The Man Who Sold The World. RIP !

Audio

Écrit par: Akitrash

Rate it

Article précédent

Albums

Cheshire Cat (The Bouncing) – Empty Stripes

La musique est souvent une histoire de courants entremêlés, de mots-valises, d’accommodations stylistiques et contextuelles. Croisez par exemple la cadence d’un rock’n’roll d’après-guerre et les références populaires des hillbillies du Kentucky des années 30 et vous obtenez le rockabilly, qui accouchera lui-même fin 70 de bâtards enthousiastes comme le psychobilly ou le gothabilly des Cramps, retraites musicales parmi d’autres d’une génération américaine étouffée par un double choc pétrolier et une […]

today11/01/2016 21

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%