Le son de la semaine

Blanche Blanche Blanche – Runny Day

today10/03/2012 68

Arrière-plan
share close


Night People est une de ces structures américaines qui, lorsqu’elles opèrent un update de leur catalogue, réussissent à vous faire pendre la langue jusqu’au parquet. Fondé en 2003 à Los Angeles, le label est issu de l’effort de Shawn Reed, désireux de sortir une cassette de son groupe d’alors, Raccoo-oo-oon. Doté d’un souci constant d’exploration des franges lo-fi, expérimentales et DIY d’une musique populaire aux volutes psyché et à la temporalité dilatée, Night People fascine. Pour preuve, cette avalanche de sorties avec en ligne de mire des groupes provenant aussi bien de Pékin que de Melbourne ou Philadelphie : Ryan Garbes (membre de Wet Hair en compagnie de Shawn Reed), Featureless Ghost, Angels in America, Lantern, Mole House, Terror of the Deep, N.213, Son of Salami, Xiao Hong Yu Xiao Xiao Hong et Lab Coast. S’il fallait une preuve audio à ces dires, une compilation, Dada Damage, est offerte ici par le label. En guise d’introduction, deux extraits sont ci-dessous à écouter avec Blanche Blanche Blanche et Lab Coast, deux merveilles à l’esthétique aussi rare qu’indécise.

Mention spéciale au groupe de Zach Phillips, fondateur d’OSR Tapes, et aux multiples casquettes patronymiques – Blanche Blanche Blanche donc, mais aussi Nals Goring, Sord et GDC responsable, en autres, d’une très belle cassette piochée dans le Larousse, Un jour avec Jennie (Alchemist Records) – bientôt au centre d’une « correspondance » entre Night People et La Station Radar qui sortiront chacun un LP de Blanche Blanche Blanche… un même jour d’avril. Respectivement Wink With Both Eyes et Papas Proof. De quoi continuer à aiguiser les appétits.

Audio

Écrit par: Thibault

Rate it

Commentaires d’articles (0)

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

HZ since 2007

Hier, sans aucune forme de prétention, nous cherchions à transcrire et à réfléchir notre époque. Curieux et audacieux, défricheur passionné, nous  explorions  sans oeillères et à travers un contenu éditorial toujours riche
et exigeant l’ensemble des strates qui composaient le monde bouillonnant de la musique indépendante, ses marges souvent nichées dans le creuset du web comme le halo médiatique qui entourait certains. Mais çà c’était avant. Aujourd’hui, on fait ce qu’on peu !

Contact us

doner dooner

dieu vous le rendra….

0%