play_arrow

keyboard_arrow_right

skip_previous play_arrow skip_next
00:00 00:00
playlist_play chevron_left
chevron_left
  • cover play_arrow

    Techno Radio Top Music Radio

Albums

Blackfeet Braves – Blackfeet Braves

today19/10/2012 1

Arrière-plan
share close

Il y a des disques qui se laissent désirer. Pas de manière dramatique et sans réelle impatience. C’est une autre forme d’attente, plus inégale et plus insoupçonnée : le souvenir revient de temps en temps dans les mémoires, ces disques en puissance font surface ponctuellement comme autant de promesses jamais accomplies, autant de pâles désirs irrésolus. Le premier disque des Blackfeet Braves faisait partie de la race de ces albums attendus.
Attendus de qui ? Pas grand monde à vrai dire. Une poignée de connaisseurs, toujours les mêmes, qui recherchent et qui creusent les méandres d’internet pour trouver ce qui se fait de meilleur et de plus insoupçonné. Ils se connaissent entre eux et ils s’aiguillent, forment un réseau de pisteurs inlassables et fiers. Il est utile d’être ami avec un ou deux de ces chercheurs d’or car sans eux, inutile de dire que cette chronique n’aurait jamais vu le jour.

La fable commence donc il y a plusieurs mois. Il était une fois un lien bandcamp découvert au hasard où les Blackfeet Braves, groupe presque anonyme de San Diego, dévoilaient une série de démos fascinantes. Tout en cuir et fils dorés, des chansons solaires semblaient se traîner dans la poussière d’arrangements lo-fi, dessinant un garage blanc aux reflets psychédéliques et marbré de blues résigné. Cloud Nine, première piste sur la liste, retenait alors particulièrement l’attention avec sa tristesse de western et la beauté simple de la voix réverbérée. Le reste semblaient encore inachevé, mal mixé et grossier comme le chef-d’œuvre d’une statue en attente d’être sculptée. Rien pourtant pour indiquer si un jour l’objet final verrait le jour.
Il y eut alors de l’attente et le groupe fut même parfois oublié. Et puis la rentrée apporta son lot de bonnes surprises puisque ce premier disque parut. Les longues périodes d’expectatives furent alors entièrement pardonnées : dans la nouvelle version du LP, les chansons semblaient véritablement renaître à la faveur d’une production épurée et équilibrée, sans fausses notes. À l’écoute, des paysages désertiques venaient à l’esprit (jaunes et gris comme ceux de la pochette), partout l’excitation et la résignation semblaient se combiner. C’était un disque déjà sans âge car s’il semblait très moderne dans son discours, il était cependant impossible de le décrire en utilisant un présent de l’indicatif. L’imparfait, avec sa chaleur suspendue, correspondait mieux à la douceur aigre d’une chanson comme Vicious Cycle, par exemple.
La fable ne se clôt pas réellement avec l’avènement de ce tout petit miracle. Elle se termine en fait par une dernière recommandation, ou plutôt une prière. Car si l’attente demande de la reconnaissance et d’être estimée comme un trésor, ce disque n’est pas beau parce qu’il a été attendu et choyé. Il est beau car il a la teneur de ces objets inépuisables. Il doit désormais vivre dans le présent et mérite d’être écouté au-delà du cercle de ses admirateurs. Il faut qu’il soit écouté.

Audio

Tracklist

Blackfeet Braves – Blackfeet Braves (unsigned, 2012)

1. Mystic Rabbit
2. Trippin Like I Do
3. Open Up Your Heart
4. Misery Loves Company
5. Please Let Me Know
6. Dockweiler
7. Oh So Fine
8. Cloud Nine
9. Stranger Lovers
10. Hangin’ Round
11. Vicious Cycle
12. Hugh n’ Dry

Écrit par: Amelie

Rate it

Article précédent

Featured

On y était – Ike Yard, Cult Of Youth et Object à l’Espace B

Ike Yard, Cult Of Youth et Object, le 26 septembre 2012 à l'Espace B Par un mercredi soir pluvieux de septembre guère attractif, une troupe de fidèles curieux s'est quand même réunie à l'Espace B pour soutenir deux groupes qui génèrent chacun leur petit culte, et dont le facteur commun réside dans leur éthique cold/post-punk malgré des sensibilités somme toute très éloignées. Formation franco-italienne entre autres issue du combo rock-indus […]

today19/10/2012

Commentaires d’articles (1)

  1. walkingwiththebeast sur 22/10/2012

    Magnifique disque…et une très belle chronique qui lui rend justice. Bravo !

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués d'un * sont obligatoires

0%