Xiu Xiu l’interview

XiuXiu_phDanBleckley_DSC_6631editChaque album de Xiu Xiu est différent, chaque album est semblable… Se pencher plus profondément sur le cas Jamie Stewart semble tenir de la psychanalyse tant la musique du collectif tenu d’une main de fer par son imperturbable leader fait étalage de nos propres phobies, nous renvoyant à nos angoisses à travers de macabres comptines narrées par la diva de l’expé-folk. En apparence du moins… Car derrière cette sensiblerie malsaine se cache une trivialité d’une extraordinaire insignifiance. Une vie en somme toute banale dans une société où l’atrocité et le malaise ont atteint une certaine forme de normalité. Voilà le message qui pourrait se cacher derrière l’étrange et fascinant Angel Guts: Red Classroom, dernier disque du duo californien. Le passage récent de Xiu Xiu à Petit Bain nous a donné l’occasion de s’entretenir avec la tête pensante du band de San Diego. Réputé pour ses sautes d’humeur, nous avions pris toutes nos précautions avant cette rencontre, armés de questions à l’épreuve des balles. Une appréhension absurde car c’est avec un homme serein et souriant avec qui nous avons discuté. Récit des faits ici, n’importe comment, autour de n’importe quoi…

Retrouvez la vidéo de Black Dick ici et celle d’El Naco .

Xiu Xiu l’interview

XiuXiu2
Bonjour Jamie, peux-tu nous dire comment s’est déroulée la session d’enregistrement d’Angels Guts: Red Classroom ? Cet album sonne plus brut que les précédents, quel était ton état d’esprit en l’enregistrant ?
Hello Jamie, Can you tell me how the recording session of Angels Guts: Red Classroom went about ? This album sounds more raw than the ones before. What was your state of mind when you recorded it ?

Techniquement, ça s’est déroulé en deux étapes. J’ai un petit home studio. J’ai y donc enregistré les boîtes à rythmes et les synthés puis je me suis envolé à Dallas pour enregistrer les voix et les batteries chez John Congleton. Il a un studio un peu funky mais vraiment magnifiquement équipé et il a produit le disque. C’est quelqu’un que je connais depuis des années. Il a mixé beaucoup de mes disques mais nous n’avons jamais eu la chance de travailler ensemble sur un projet du début jusqu’à la fin. Durant le processus, je lui ai parfois envoyé des paroles, il y a eu beaucoup d’allers-retours entre nous, ce que nous n’avions jamais fait auparavant.

Tu m’as demandé dans quel état d’esprit j’étais ? Pendant que nous mixions le dernier album, John a suggéré que les mélodies et l’harmonie du prochain soient beaucoup plus simples et nous a conseillé de prendre exemple sur Suicide, ce que nous avons fait – nous les avons allègrement copiés tout au long de l’album. Au même moment, j’ai quitté cette petite ville toute pourrie de rien du tout en Caroline du Nord, au sud des Etats-Unis, pour retourner à Los Angeles où j’ai grandi, mais malheureusement dans un quartier compliqué et dangereux, le genre de quartier où je n’avais jamais habité auparavant, dans lequel on ne peut pas sortir la nuit ; même le jour, il faut être en permanence aux aguets, voir ce qu’il se passe autour de soi si on veut rester sain et sauf. Le disque a été fortement influencé par cette constante tension et vivre dans une telle pourriture est une chose que je n’avais jamais vécue. Je comprends que la plupart des gens sur terre vivent comme ça, mais ceci me préoccupait en permanence. Il s’agissait vraiment d’un voisinage inhabituel pour moi, peuplé d’une quantité de sans-abri, de dealers et de gangsters mais il y avait de l’autre côté de la rue ce qui avait dû jadis être un très beau parc. Il y a donc ce parc plutôt charmant, occupé par ces gens dont les vies ne sont qu’un effondrement et notre appartement étant en face de ce parc, il est clair que ce voisinage a vraiment influencé le disque.

Technically, we did it in 2 stages. I have a small home studio so I recorded all the synth and drum machines first there and then I flew out to Dallas, to the person who produced the disc, John Congleton who has a kind of funky but really beautifully equipped studio and did the vocals and the drum parts there. He is someone I have known for several years, he mixed a lot of records but we haven’t had the chance to really work from the beginning on something, and during the process, I occasionally sent him lyrics, there was a lot of back and forth between us wich is something we had never done before particularly with lyrics.

You asked me what was my stage of mind? While we were mixing the last record, John suggested the next record should be a lot simpler harmonically and more simpler melodically, suggesting maybe to use the band Suicide as a reference wich obviously we did, we rip them off constantly for this record. And at the same time, I had moved from this kind of rotten little city of North Carolina which is in the south of the US, kind of nothing and went back to Los Angeles where I grew up, but kind of inadvertedly to a very complicated and dangerous neighbourhood which is the type of place I had never lived before, the type of place where you can’t go out at night, even in the day time, you’ve got to be really aware of what is going on around to stay safe. So the record was really largely informed by that sense of really constant tension and being around that much decay essentially is not something I had ever experienced before. I mean, I understand that most people on earth live like that, but for me, it was something I had to think about in every different way. It is a really an unusual neighbourhood, a tremendous amount of homeless people, lot of drug dealers and gangsters, but it is across the street from this, what once was a very beautiful park. So there is this kind of a nice park but it is populated by all these people whose lives are essentially totally falling apart and that was across the street from our apartment.So the neighbourhood really influenced the record.

Le titre de cet album se réfère à la célèbre série de films Pinku-Eiga de Takashi Ishii. Pourquoi avoir choisi ce titre ? Et pourquoi Red Classroom et pas un autre ?
The album’s title refers to the famous film series Pinku Eiga by Takashi Ishii, what made you choose this title? And also why Red Classroom and not another one?

Pour plusieurs raisons. La première est très simple et la plus folle. D’un point de vue non-intellectuel, la consonance nous a plu. C’est aussi lié à L.A. J’ai quitté cette petite ville débile pour L.A. et durant. les jours qui suivirent, j’ai vu que le film se jouait dans une salle du genre plutôt normale. Tu sais, c’est l’un des films les plus transgressifs et débauchés que j’aie jamais vu.. Ce n’est même pas un bon film, c’est juste… horrible à tout point de vue, mais c’est justement ce genre de choses qui m’interpelle généralement. J’étais tellement soulagé d’être dans un endroit où quelque chose comme ça paraissait presque normal. Ce n’était pas un endroit bizarre et caché dans un dortoir de collège comme ça aurait pu l’être, mais dans une des rues les plus fréquentées de la ville. Ils ont passé ses films pendant toute une semaine dans ce cinéma, ce qui a en quelque sorte donné le ton à ce qui allait être le climat esthétique de ma vie. J’ai été en quelque sorte dépendant les quatre années qui ont suivi.

There ar a couple of reasons. The simple one is just, it is the craziest title. Just from a non intellectual sort of sub-aesthetic reason, we just liked how it sounded. But additionally, it kind of has to do with LA a little bit and so forth when I moved from the stupid little town to LA and within a couple of days saw the movie was playing at a pretty normal movie theatre. You know, it is one of the most kind of debauched transgressive movies I‘ve ever seen, it is totally unbelievable, it’s not even a good movie, but it’s just…awful at almost every regard. But that is the sort of thing that appeals to me generally and I felt so relieved to be back in a place where something like this was sort of normal almost. It wasn’t like a secret weird little place in some college kids dorm like it would be… It was on one of the busiest streets and they did a whole week of his movies at this movie house. So it was kind of resetting the tone of what was going to be available in my life aesthetically. I felt deprived for 4 years after that.

On te sait particulièrement attiré par le cinéma, la littérature… As-tu déjà été tenté par d’autres expériences artistiques que la musique ? Tes textes sont empreints de beaucoup de poésie, n’as-tu jamais pensé à en écrire ?
We know you are particularly attracted by the cinema and by literature. Have you ever thought of experimenting via other vectors besides music? Your texts are full of poetry. Have you ever thought of writing some yourself?

J’aime le fait qu’il y ait un médium dans lequel je ne m’investisse pas et que je peux seulement aimer comme un fan. Je suis vraiment intéressé par les films mais je crois que si je m’impliquais d’une manière ou d’une autre, c’est quelque chose qui me servirait surtout d’échappatoire à la musique. Même chose pour la littérature. Un jour, j’ai tenté d’écrire un livre mais c’était très mauvais. Je crois que je serais un mauvais écrivain… Cependant, je crois que j’ai écrit peut-être quatre – peut-être deux, c’est difficile à dire – deux livres complets de haïkus puis trois plus petits, qui sont plus ou moins proches de haïkus. Je crois qu’il y en a peut-être près de 2000 de publiés ou quelque chose comme ça.

I really sort of like the fact that there could be a medium that I don’t have really any investment, that I can just as a fan, totally enjoy. I think that I am totally interested in movies but I think that if I got involved in them, it would be something that I could just essentially use as an escape from music. Same thing with literature. I also tried to write a book once but it was terrible, I think I would be a bad writer so…But I wrote I think maybe 4… maybe 2, it’s hard to say, 2 full books of haikus and then kind of 3 smaller ones but I think more or less are just sticking to Haikus, I think I have maybe like 2000 published or something.

Tu as un rythme de travail effréné. Depuis les débuts de Xiu Xiu, on dénombre à peu près une sortie par an, et dernièrement le rythme semble encore s’accélérer… Comment vois-tu ta musique ? Comme une psychanalyse ? Un exutoire ?
You have a frenetic work rhythm since Xiu Xiu had debuted, about one recording a year and the rhythm seems still to accelerate. How do you see your music? As a psychoanalysis? An emotional release?

Je crois principalement comme une béquille, pour le meilleur et pour le pire. C’est devenu un moyen d’organiser ma vie émotionnelle. Je ne sais pas vraiment ce qu’elle serait sans ça. Ce n’est pas comme si les chansons faisaient fuir les mauvaises ondes, mais c’est un endroit ou mettre les énergies négatives, un exutoire. J’ai d’ailleurs du mal à envisager ce que je vais faire de Xiu Xiu plus tard, et c’est même la raison pour laquelle je panique un peu. L’idée de faire face à ma vie sans le groupe est un peu inquiétante.

I think essentially a crutch, you know what that word is? I think it is for better or for worse, it has become the way that I essentially organise my whole emotional life. I don’t really know what I would do without it. It’s not like songs make bad feelings go away, but it’s a place to put negative energy, so it’s an emotional release. I am actually having a really difficult time figuring out what to do with Xiu Xiu next and it makes me panic a little bit for that very reason. The idea of facing my life without it is a little worrisome.

Xiu Xiu a toujours été vu comme un groupe à géométrie variable avec toi comme chef d’orchestre. Cependant depuis quelques années Angela Seo semble faire partie intégrante de ta pensée musicale. Comment vivez-vous cette collaboration au jour le jour ? Elle semble être à la fois ta muse et ton âme soeur.
Xiu Xiu has always been seen as a fluctuating group with you as leader. However, since several years Angela Seo seems to be an integral member. How do you experience this collaboration daily? She seems to resemble at once your muse and your soul-mate.

C’est mon amie la plus proche et nous tournons ensemble depuis 2012. Mais nous habitons dans deux villes différentes. Nous n’avons donc pas l’occasion de faire de la musique ensemble si souvent. Ça fait des années qu’elle est ma meilleure amie bien avant qu’elle ne s’implique dans le groupe et nous avons une profonde compréhension l’un de l’autre. Notre relation est basée sur la confiance. Il est difficile de décrire notre relation de travail. Je peux expliquer la partie fonctionnelle, mais c’est assez dur de traduire avec des mots la partie sous-jacente, musicale. D’habitude, si je travaille sur un morceau et que je lui fait écouter, elle va me dire : “Ça c’est bien, ça c’est mauvais, continue avec ça ou ne va pas vers ça ». C’est vraiment quelqu’un dont l’opinion compte tout particulièrement pour moi ces dernières années. Je crois que lorsque je perds confiance en moi, je compte plus sur elle. Je ne sais pas combien de tournées elle pourra encore assurer car elle a un travail stable qu’elle doit garder. Mais elle va sûrement continuer à s’impliquer dans les disques…

She is my closest friend and we’ve been touring together since 2012. But we live in different cities so we don’t get a chance to work on music as often. She has been my closest friend several years before she got involved in the band and we have a really deep understanding of each other, a lot of trust is there. It’s difficult to describe our working relationship, I can explain the functional part of it, but the underline subconscious, the musical part is kind off difficult to put on words. Usually I work on something and then will have her listened to it and she will say this part is good this part is bad, keep on going with this or don’t go with that.. it’s really somebody whose opinion that I trust particularly in the last couple of years. I think as I get less confident, I am relying more on her. I don’t know how much touring she will be able to do in the future but she got a regular job that she needs to hold on too, but she will certainly continue to be involved in the records.

XiuXiu3

Vous vous mettez d’ailleurs souvent en scène dans vos clips, souvent dans des situations contradictoires… Ça vous plaît de jouer face à la caméra ?
You are often together on stage in your video clips, often in opposing situations… Does the camera inspire you?

Elle est superbe sur les photos et moi je suis affreux. Sur 500 photos, il y en a peut-être deux bonnes de moi alors qu’elle sera bien sur 400. Je déteste les shootings mais elle les aime et s’en sort bien.

She looks great on photos and I look terrible on photos… Ok if you saw 500 photos, maybe you will see 2 good ones? She will look good on like 400 and I will look possible on 2 of them. I hate photoshoots but she likes them and she’s good at it.

Je parlais plus des clips en fait.
I was actually talking more of the video clips I am sorry.

Je fais tout pour les éviter.

I do my best to stay out of them.

Dear God I hate myself par exemple ? Lorsqu’elle se fait se fait vomir ?
Dear God I hate myself for example? With the throwing up?

Je crois que si c’était juste une vidéo de moi en train de manger, ça ne voudrait rien dire. Mais le fait de nous avoir tous les deux nous montre plus en complémentarité qu’en opposition. Il s’agit encore de venir avec un concept direct et simple de quelque chose que quelqu’un pourrait avoir envie de regarder pendant 3 min. Tout comme Black Dick, il s’agit d’une vidéo qui a un concept. Je ne me rends pas compte de leur succès mais l’intention est de faire quelque chose d’extrêmement direct.

Je crois qu’après avoir fait cette vidéo, les gens ont commencé à nous poser un tas de questions à son sujet et nous nous sommes mis à nous demander quel en était le sujet. Mais nous nous sommes sentis obligés de défendre ce clip parce qu’il a été très mal compris. Les gens ont dit énormément de choses terriblement racistes sur cette vidéo. C’est fou ce que certaines personnes peuvent être débiles. Ça a pris des proportions bien plus folles que ce qu’on attendait, ce qui est très bien. Je suppose que c’est bien là le but de toute expérimentation esthétique.

Et bien c’est réussi.

I think if it was just a video of me eating it wouldn’t mean anything, but having us together is more complementary than in opposition. That again is trying to come up with some fairly, direct and very simple idea that somebody could potentially want to look at for 3 min. That’s another video not unlike Black Dick that has one idea and Dear God has one idea. I don’t know how successful they are but the attempt is to do something incredibly direct.

Well it is then a success.

I think after we made that video and people started asking us about of it a lot, we started considering what the subjects would be, but we almost felt we had to defend it because it was really largely misunderstood. People said a lot of tremendously racist things about the video. It is really surprising how fucking stupid some people are. It became a hell lot more than it intended to be which is fine, which in some ways I suppose would be the goal of any sort of aesthetic experiment.

En parlant de vidéo, le clip de Black Dick a clairement été rejeté par les canaux habituels… Etait-ce inconscient ou un but recherché ? Une manière de voir ce que les médias et le public pouvaient tolérer ?
Speaking of videos, Black Dick was evidently rejected by the habitual channels. Was this unpremeditated or a definite provocation, testing what the media and the public could tolerate?

Essentiellement, le contenu de la vidéo repose sur une idée : filmer sur mon laptop des images porno particulièrement débauchées, puis des images de chats. C’est une idée très stupide et très simple. Il n’y a vraiment rien derrière tout ça. J’aurais aimé que ce soit une sorte de provocation envers les habituels médias rasoirs, mais ils sont tellement ennuyeux que je ne vois vraiment pas l’intérêt de les provoquer. C’était un truc vraiment adolescent et toute cette vidéo est une vraie sottise d’adolescent. Je trouvais ça drôle. J’aurais aimé que ce soit très malin mais ce n’est pas le cas.

The content of the video is just basically one idea: Film on my laptop screen images of particularly debauched pornography and then images of cats. It’s a very stupid and simple idea.Considering that we were going to be using them really over pornographic images, we knew it wouldn’t be anything else… There really is nothing behind it at all. I wish that it was something like a provocation against a sort of regular boring media, I think those things are so boring already, I see no point in provoking them anyway Pause…It is really being a total teenager, the whole video is really a teenage idiocy. I thought it was funny. I wish I was smarter but that is not the case.

Il y a clairement une évolution entre le Xiu Xiu de Knife Play et celui d’Angel Guts, mais le plus surprenant reste ta manière d’aborder certaines thématiques. Le côté très mélancolique et sombre des débuts semble s’être mué en humour noir ou colère franche… Comment expliques-tu cela ?
There is a clear evolution, between de Xiu Xiu of Knife Play and the one of Angel Guts, but most surprising is your manner to take on certain subjects. The dark and melancholic side of your first albums seems to have muted into black humour or sincere anger… Can you tell us about this?

Voilà une question parfaitement légitime mais je suis sans doute la dernière personne à pouvoir y répondre car je n’ai pas du tout de recul sur tout ça. Nous avons fait des disques dans l’idée de : “On commence un disque, on le finit puis on en démarre un autre, on le finit”. Les disques sont presque toujours des témoignages, comme je l’ai dit, des vies familiales des membres du groupe, des différentes choses personnelles qui leur arrivent. C’est pourquoi il n’y a pas le recul nécessaire. J’apprécie que tu aies vu une évolution, c’est possible, mais je crois qu’à moins de rester assis une heure durant à y réfléchir, je ne crois pas pouvoir en dire grand chose. Merci de l’avoir remarqué. Ok, j’imagine que la chose à retenir est ce qui a compté pour moi depuis douze ans, un reportage sur les vies des gens du groupe et de leur entourage.

This is a totally fair question but I am probably the worst person to answer that question because I don’t have any perspective on it at all. Because we made records, like “we start a record, finish one and we will start another one and finish one” the records are always documents, are, as I said, the lives of the family members of the band, politics and things that happened to people in the band. There’s really no kind of distance from it. I appreciate that you have seen some evolution and that might be a possibility but I think without like sitting and thinking of it for an hour, I don’t know if I could really say a lot about it. Thanks for observing it. Ok, I guess the one thing it would be is as a document of the lives of the people of the band and things around them that are important to me over 12 years.

As-tu déjà imaginé ta vie sans Xiu Xiu ? Sans la musique, où tu te verrais-tu aujourd’hui ?
Have you ever imagined life without Xiu Xiu? Without music, where would you see yourself now?

J’y ai beaucoup réfléchi et j’essaye d’imaginer ce que je pourrais potentiellement faire après, je me demande si… (longue pause)… Ça a l’air une blague, mais je crois que ça n’en est pas une. Je crois que je vais devenir un entrepreneur de pompes funèbres. Mais je vais devoir en parler à mon psy, parce que ça me fait très peur.

Pourquoi pas après tout.

Ma mère travaille au cimetière donc…

Ça prend son sens.

Dans un sens, totalement, ridiculement plutôt embarrassant et super évident, je réalise vraiment que ça a du sens. N’hésite pas à me rire au nez. J’en ai parlé à un de mes bookers et ça l’a aussi fait rire.

Well I’ve been thinking of it a lot and I just try to figure out what potentially to do next, I am wondering if… (pause)… This will sound like a joke (laughs) I don’t think it is a joke, but I think I might become a mortician. But I have to talk to my therapist about it because it is freaking me out so.

Well why not after all.

My mum works at the cemetery so…

It does make sense.

In a really totally, super obvious and ridiculous and semi-embarassing way, I do realize that it makes sense. Feel free to laugh at my face. I mentioned this to a booking agent of mine and he was also laughing.

Merci beaucoup Jamie.
Thank you so much Jamie.

Interview & traduction : Juliette Indjic

Audio