Who are you Shelter Press ? : interview & mixtape

On ne va pas se mentir, mon intérêt pour Shelter Press s’est éveillé par un jeu de circonstances plutôt heureux. L’album de Pete Swanson sorti chez Type (le double album pour être plus juste : Man With Potential/Man With Garbage) est selon moi l’une des meilleures, si ce n’est la meilleure production de l’année écoulée. En creusant le back catalogue de l’ex-Yellow Swans, une étape de sa discographie demeurait introuvable ou presque : un LP partagé avec Rene Hell.

Au détour d’un mail, la bonne nouvelle tombait : le LP en question était réédité par Shelter Press, maison d’édition aux contours pluriels et la suite promise par Bartolomé Sanson à la fin de Kaugummi Books. L’entretien ci-dessous vous permettra de faire le lien entre passé proche et projections, nouveaux médias et pertinence artistique.

Entretien avec Bartolomé

Cette rubrique sert d’habitude à présenter un label, mais Shelter Press n’a pas vocation à ne sortir que des disques. Comment souhaites-tu qu’on en parle ?

Shelter Press tire son nom de l’ouvrage Shelter de Lloyd Kahn, un utopiste californien qui a dédié sa vie aux abris faits main et fait encore aujourd’hui du skate board à 80 ans. Sa vision généreuse, politique et philosophique de l’habitat était une belle inspiration pour une structure d’édition de livres et de disques !

Le support s’adapte aux idées et les idées seront épaulées par le support ; comme dans cette architecture toute particulière. Cette « polyvalence décidée » définit ainsi le questionnement dans lequel je me trouve. La structure est très jeune et est encore en pleine mutation. Dans l’immédiat, je crois que Shelter Press peut être considérée comme étant simplement une structure éditant des disques vinyle et des livres d’art, mais cette plateforme devrait être amenée à muter d’ici la fin de l’année vers quelque chose de plus ambitieux et de plus « global ». Un univers en soi !

Tu as été, dans un passé proche, éditeur d’un certain nombre de zines graphiques (Kaugummi Books). Tu avais également sorti quelques albums (sous différents formats) d’artistes dont tu es assez proche (Felicia AtkinsonHigh Wolf) qui n’auraient peut-être pas vu le jour ailleurs. Défends-tu la même idée avec Shelter Press ? Le nom de cette nouvelle structure pourrait le laisser penser…

C’est justement toute la raison d’être de cette structure. J’ai travaillé par le biais de Kaugummi Books avec plus de 250 artistes différents en moins de quatre ans, et si certains m’étaient totalement inconnus et le sont restés, d’autres étaient ou sont devenus des amis très proches. Et c’est justement cette situation qui m’a motivé à arrêter une structure pour en démarrer une nouvelle : resserrer au maximum le nombre de collaborateurs pour travailler intimement avec chacun, sur un temps plus long, pouvoir défendre leurs travaux plus intensément et créer une structure abritant cette communauté d’artistes dont je suis proche.

Et au-delà du travail et des collaborations, nous sommes tous très connectés sur cet axe nord-ouest de la France, avec ces gens qui sont d’abord mes amis comme Alice Dourlen (Chicaloyoh) qui était à l’origine de Kaugummi avec moi et dont j’ai sorti les premiers disques, High Wolf avec qui j’ai habité, Gilles Etasse (Marsh Cavern) qui est derrière le label Tamed Records… Et Félicia Atkinson, bien sûr (Je Suis Le Petit Chevalier), qui copilote maintenant Shelter Press avec moi…

Peux-tu nous en dire plus sur ta première sortie vinyle, ce LP partagé entre Pete Swanson et Rene Hell, vierge de tout tirage continental (autoproduit par les deux artistes en 2010) et que tu ressors en quelque sorte en Europe ? C’est quelque chose que tu avais dans tes cartons depuis un moment ?

Pas forcément dans mes cartons depuis longtemps, mais l’anecdote est assez amusante pour mériter d’être racontée. Quand Max (High Wolf) est rentré de son premier US tour, il a rapporté dans ses valises une masse assez incroyable de disques, dont ce fameux split Pete Swanson/Rene Hell limité à 250 copies et alors introuvable à un prix décent. Bien jaloux de mon colocataire qui ne manquait pas de me rappeler que je n’aurais sûrement plus l’occasion de réécouter ce disque une fois que j’aurais déménagé, j’ai plaisanté avec Pete Swanson sur l’idée que ma seule chance de l’avoir un jour serait de le rééditer. Plaisanterie qui s’est vite transformée en réel projet et quelques mois plus tard, le disque était l’occasion de lancer Shelter Press.

Pete Swanson apparaît également aux crédits de ta prochaine sortie (master du Age Of Wonder de F.A). Est-ce une volonté d’unifier la signature sonore de tes sorties ? Le label a t-il d’ailleurs vocation à afficher une unité quelconque (aussi bien sonore que visuelle) ?

Je ne sais pas si c’est une volonté d’unification, mais il s’avère que Pete (en plus d’avoir sorti le meilleur disque de 2011, Man With Potential) est une des personnes produisant les meilleurs masterings aujourd’hui. Il était donc évident pour nous de faire appel à lui pour le disque de Félicia. Il s’est d’ailleurs aussi occupé du disque précédant de Je Suis Le Petit Chevalier (L’Enfant Sauvage sur l’excellent label Aguirre) qui est en quelque sorte la première partie du diptyque que formeront ces deux disques. À noter que An Age Of Wonder est co-édité avec le super label La Station Radar !

Concernant une unité sonore ou visuelle autour de Shelter Press, c’est très important pour moi et c’est la base de ce projet. Elle sera visible mais plutôt d’un point de vue thématique ou spirituel. Créer une forme d’univers invisible qui reliera toutes les sorties entre elles.

Le clip vidéo a peu à peu remplacé la diffusion gratuite et systématique de mp3 comme outil de promo. Est-ce un format sur lequel Shelter Press sera amené à travailler ?

Je ne sais pas, et cela pour plusieurs raisons. Comme tout support, la vidéo peut être vecteur du meilleur comme du pire et ce systématisme a provoqué une telle quantité d’horreurs ces derniers mois que je ne crois vraiment pas que ce soit nécessairement une bonne idée. Aussi, peu de personnes ont les épaules pour fournir une vidéo de qualité pour un titre durant plus de 15 minutes ! Pour répondre sans détour à ta question, je dirais oui, dans le cadre d’un trailer. Plus difficilement pour un titre en entier.

Concernant ton activité d’éditeur, tu expliquais de manière détaillée les raisons pour lesquelles tu arrêtais l’édition de zines. Les activités d’édition de SP semblent davantage tournées vers la production d’objets plus conventionnels d’un point de vue formel (livres, magazines). À moins que je me trompe, il y a un pan sur lequel tu n’as pas encore travaillé : le roman et sa réduction, la nouvelle. Y a-t-il déjà eu une tentative par le passé ? As-tu un intérêt pour la chose ? 

Comme je te le disais plus haut, je ne sais pas encore très bien vers quoi je me dirige exactement avec cette structure et il m’est donc difficile de te répondre. Mais pour être honnête, je me sentirais assez mal à l’aise et incompétent pour publier du texte de fiction. Par contre, j’aimerais bien publier des essais théoriques sur l’art un jour…

Il y a un facteur très pragmatique qui entre aussi en compte : vendre des livres d’images ou des disques est relativement aisé car tu te situes alors dans un contexte mondial qui permet d’écouler assez rapidement tes stocks et avancer. Éditer du texte induit que tu t’adresses alors à un nombre bien plus restreint de personnes qui partagent ta langue… Ce qui complique beaucoup de choses du point de vue logistique et économique.

Ton travail est très lié à l’activité de tes contemporains, qu’ils soient dessinateurs, photographes, graphistes ou musiciens… T’imagines-tu travailler à la réédition d’archives ou de documents tombés dans le domaine public ?

OUI ! Avec Félicia, on est très attaché aux images d’archives ! L’archive est au centre de son travail. La toute dernière publication Kaugummi Books était justement un livre très limité qu’on avait fait ensemble à l’occasion d’une exposition à Chicago l’été dernier.

Que peut-on souhaiter à Shelter Press en 2012 ?

Des nouveaux projets ?! À commencer par le LP de Je Suis Le Petit Chevalier et un livre de l’artiste Julien Langendorff pour février, un livre de Nicolas Poillot et un livre de Félicia Atkinson pour le printemps, un livre d’Estelle Hanania et un LP de Chicaloyoh à l’automne, et sûrement pas mal d’autres choses entre temps…

Mixtape

Cold Winter Playlist

01. RxRy « A1 – A4 » (Sweat Lodge Guru)
02. Xela & Jefre Cantu Ledesma « Love Is An Echo » (Type)
03. Chicaloyoh « In My Garden Shed » (Self Released)
04. Pete Swanson « A&O&0 » (Type)
05. Leslie Keffer « Untitled 04 – Split w/ Inca Ore » (Cherried-Out Merch)
06. Keith Fullerton Whitman « Generator 01 » (Root Strata)
07. Je Suis Le Petit Chevalier « No Talisman » (Aguirre)
08. Rene Hell « Bending (Voice) » (Shelter Press)
09. Andy Stott « We Stay Together (Part1) » (Modern Love)
10. Astral Social Club « Skelp » (Happy Prince)

Vidéo