Villeneuve – Death Race

villeneuveLe morceau commence comme celui d’un quinquet de jazz qui s’accorde. On est bien loin du compte. Une basse ronde et puissante donne le feu vert à un piano virevoltant, embarquant dans sa course une batterie tout en cymbales, pour neuf minutes étourdissantes, d’une intensité rare. Caracolant en pôle d’un style exsudant l’émotion pure, instrumentale et catatonique (fasciné par les sommets, obnubilé par la chute), à la manière des écossais de Mogwai ou des antibois de M83, Benoît de Villeneuve, producteur parisien de son état et agissant sous le nom de Villeneuve, annonce, via le sublime morceau Death race disponible en maxi vinyle, un album à paraître en janvier 2010, Dry Marks of Memory, succédant au revigorant First Date (2005). L’album, enregistré live, promet d’être beau et rétro avec les collaborations de Liz Green, Nili (Lily Wood & The Prick) et Ozark Henry. Le clip vidéo est un montage d’images du film THX1138 (1971) de Georges Lucas, produit par Francis Ford Coppola, dont la célérité ne donne que plus de cachet à cette funeste apologie de la vitesse.

Thibault

Video