( | )

par | dim,19 décembre, 2010

amdiscUn peu plus tôt dans l’année, avant même de nous gratifier d’une interview et d’une mixtape au tracklisting long comme trois bras, nos amis tchèques d’Amdiscs avaient poussé le vice, dans un élan d’éloquence cathartique, de ne pas feindre l’orgie avec une double Asapizza Anal Compilation en forme d’incommensurable plaidoyer indie. En d’autres termes, un puits sans fond pour tout amateur de musique pas comme les autres, où l’étrangeté des mélodies tarabuste sans frilosité la damnation d’un génie vicié, devenu insensé. A boire et à manger à se faire exploser la panse et les esgourdes, entre révélations tonitruantes (Ghost Animal, Teen Porn, C V L T S), désormais valeurs sûres (Persona La Ave, Dream Boat, Railcars) et foultitude de nouvelles trombines sur qui il faudra compter, pas plus tard que l’année prochaine (Wise Blood, Computer Magic, Danniel Radall ou Teenage Reverb pour ne citer qu’eux). A peu près au même moment, du côté de Brest, nos deux compères du label digital Beko – que l’on avait préalablement sondés dans un entretien fourmillant de coups de cœur – se fendaient successivement en juillet et août de deux cassettes regorgeant d’innombrables bonnes découvertes tout en déclinant des climats sensiblement divergents.

ambeko1

Si la première égrainait un continuum pop lo-fi, entre les guitares réverbérées, synthétiseurs décatis et vocalises endolories de, pêle-mêle, Death and Vanilla, La Femme, Eternal Summers, Tan Dollar, Procedure Club ou encore Splash Waves, la seconde étirait le halo à forte teneur opiacée d’une bedroom pop émouvante, carénant l’été de sa langueur enivrante avec, sans exhaustivité aucune, Porcelain Raft, Pandit, Foxes in Fiction, Blackbird Blackbird, Kiss Kiss Fantastic et Mon Insomnie comme figures de proue. Alors que la grande industrie du disque ne cesse de déclamer à qui veut bien l’écouter sa situation économique dramatique, idéal tremplin à la pénalisation d’internautes avides de téléchargement sauvage, une armée de l’ombre, n’ayant d’autres médiums qu’internet, fomente par ses comportements dispersés mais univoques, un véritable raz-de-marée musical, se jouant des frontières et de la classique dichotomie entre tarification et gratuité, les deux étant bon an, mal an compatibles. On en restait là, sur cette constatation, pantois, quand les prémisses d’une collaboration, sous les atours d’une compilation, entre Amdiscs et Beko s’insinuaient sur la toile omnisciente. Il n’en fallait pas moins pour éveiller une curiosité vite rassasiée et rapidement étourdie devant une telle profusion d’indiscipline mélodique et d’endoctrinement satanique. Ça cogne, ça suinte, c’est malsain, angélique, ça tutoie les cimes, ça insuffle l’abîme, c’est brut de coffre et proprement exaltant, c’est Amdiscs sur Beko, ou quarante-neuf morceaux pour deux LP. Rien de moins. Ci-dessous, le listage et les liens, en plus de quelques extraits rapidement répertoriés. Une compilation que n’aurait certainement pas reniée Marco Ferreri. A noter que Beko s’apprête à récidiver très bientôt dans nos pages. A bon entendeur.

Audio / Tracklisting

A écouter et à télécharger par , ou via le site de Beko ou d’Amdiscs.

LP 1

a2. a3. a4. a5. a6. a7. a8. a9. a10. a11. a12. Kodak To Graphe – Feel it out (Port Cit33 remix)

b1. b2. b3. b4. b5. b6. b7. b8. b9. b10. b11. b12. b13. Every – Mstrtfcked,u

LP 2

c2. c3. c4. c5. c6. c7. c8. c9. c10. c11. c12. Young Adults – Campfires

d1. d2. Every – Triangularathonanon d3. d4. d5. d6. d7. d8. d9. d10. d11. d12. Chat Logs – Arithmetics and Decay